60 millions de consommateurs (INC) menacé de privatisation, les salariés en résistance

Publié le par dan29000

Ce que l'indépendance de « 60 » nous a permis de révéler


    Aujourd'hui, l'indépendance de 60 Millions de consommateurs, mensuel de l'Institut national de la consommation (INC), est menacée par un projet de privatisation. Voici quelques-uns des sujets les plus marquants révélés par « 60 ». Ils ont permis de modifier la législation, fait reculer les professionnels ou entraîné la répression des faits dénoncés.

    2000-2005 : OGM, euro, maisons de retraite…

    Novembre 2000. Stop aux chèques payants. Plusieurs banques s'apprêtent à tarifer les chèques, « 60 » déroule un argumentaire pour s'y opposer, et fait reculer les banquiers.

    Septembre 2001. A la veille du passage à la monnaie unique, « 60 » dénonce les euro-profiteurs qui ont dopé leur prix avant le grand basculement. C'est la première fois qu'on soupçonne l'euro d'être inflationniste. Le retentissement dans la presse est immense, d'autant que les professionnels s'étaient engagés à geler les prix durant les trois mois du grand passage.

    Janvier 2002. « 60 » publie une liste de 36 produits alimentaires courants contaminés aux OGM sur 103 analysés.

    Janvier 2003. L'analyse des céréales du petit-déjeuner révèle une contamination inquiétante aux mycotoxines, produites par des moisissures : jusqu'à deux fois la dose journalière tolérable par les enfants !

    Juin 2003. « 60 » révèle deux scandales financiers perpétrés par La Poste (placement Benefic) et Carrefour (placement Millenium) qui ont trompé plus de 300 000 épargnants. Ceux-ci croyaient avoir investi en toute sécurité dans un produit soi-disant garanti en capital, alors qu'ils ont perdu jusqu'à 30 %.

    Contre rémunération, des tests sur des malades d'Alzheimer

    La une de 60 Millions de consommateurs, en janvier 2004 (numéro 379).Janvier 2004. Un dossier consacré aux maisons de retraite révèle que les DDASS ont abandonné ou presque les inspections dans les maisons de retraite, ouvrant la voie aux pratiques les plus indignes. Toutes les maisons épinglées dans le dossier de « 60 » seront au final fermées par décision de justice ou de l'administration.

    L'une d'entre elles était dirigée par deux médecins qui testaient de nouvelles molécules sur les malades d'Alzheimer pour le compte de laboratoires pharmaceutiques, en contrepartie de substantielles rémunérations.

    Janvier 2005. « 60 » enquête sur les magouilles dans le diagnostic immobilier, un marché naissant mais gangréné par l'incompétence et la corruption. La Répression des fraudes lancera dans la foulée une vaste enquête avec des milliers de procédures à la clé. La réglementation de la profession évoluera.

    2006-2011 : éthylotests, alarmes de piscine, sel…

    Février 2006. On apprend que les éthylotests utilisés par les automobilistes ne sont toujours pas fiables. En avril, que fumer du cannabis revient à ingurgiter sept fois plus de goudron et de gaz carbonique que le tabac. En novembre, que 6 détecteurs de fumée sur 10 [abonnés] ne la détectent pas bien, la fumée !

    Novembre 2007. « 60 » établit le palmarès des abus les plus scandaleux dans les contrats de syndics. Sur 100 contrats décryptés, 96 comportent des irrégularités ! Ce constat aboutira finalement à l'adoption d'un arrêté imposant la standardisation des contrats.

    Des hausses de prix jusqu'à 48%

    La une de "60 Millions" de mars 2008 (numéro 425).Mars 2008. Avant même la diffusion du journal en kiosque, la « Liste noire des prix qui flambent » déclenche une telle bronca médiatique que le Premier ministre François Fillon convoque d'urgence une réunion interministérielle. L'enquête révèle des hausses allant jusqu'à 48%.

    Une cinquantaine d'enquêteurs de la Répression des fraudes sont envoyés dans les grandes surfaces pour vérifier ce coup de chaud sur les prix, dû à l'explosion des cours des matières premières agricoles.

    Le gouvernement décide dans la foulée de reformer les relations fournisseurs-distributeurs, d'assouplir les règles d'urbanisme commercial et de créer une nouvelle autorité de la concurrence. (Voir la vidéo dans laquelle Luc Chatel dénonce la hausse des prix, le magazine en main)


    Mai 2008. Autre enquête qui entraînera une nouvelle loi : « 60 » envoie dans les grandes surfaces une dizaine de clients-mystère quasi surendettés se faire prêter sans grand problème des sommes qui les enfonceront encore plus. Christine Lagarde décidera l'année suivante d'exiger un dossier prouvant la solvabilité d'un emprunteur avant de lui accorder un crédit revolving.

    Juillet 2008. « 60 » teste les alarmes de piscine et constate avec effroi qu'un seul dispositif de sécurité a été capable de détecter la chute d'un enfant ! Les autorités administratives et politiques sont saisies du péril.

    La une de 60 Millions de consommateurs en novembre 2008 (numéro 432).Octobre 2008. « 60 » révèle les recettes des industriels pour augmenter les prix sans toucher au prix unitaire : il suffit de diminuer les quantités. Prince de Lu a rétréci, les petits pots Danette sont plus légers, le fromage blanc Jockey a perdu 100 gr. Cette mesquinerie à grande échelle aura un retentissement international.

    Alerte sur les chaussures chinoises

    Novembre 2008. Le magazine établit un bilan assez négatif sur l'évolution de la teneur en sel des produits de grande consommation sur 5 ans.

    Le même mois, le site de « 60 » lance une alerte sanitaire, constatant que de nombreuses personnes sont brulées par une substance qui se trouve dans certaines chaussures d'origine chinoise, le diméthylfumarate (DMF). Cette substance sera finalement interdite en décembre.

    La une de 60 Millions de consommateurs, février 2009.Février 2009. « 60 » livre les résultats d'un test sur les vêtements pour enfants : neuf d'entre eux contiennent des phtalates, substance chimique préoccupante, à un taux supérieur au seuil autorisé.

    Juin 2009. « 60 » est le premier à évoquer dans ses colonnes le phénomène du goût amer constaté après la consommation de pignons de pin. Il faudra attendre septembre 2010 pour que le mystère soit enfin éclairci : une espèce chinoise de pignons non-comestibles est en cause.

    Novembre 2009. « 60 » se lance dans un nouveau combat contre les frais punitifs des banques. L'enquête économique et juridique montre que les commissions d'intervention prélevées par les banques, pour honorer un paiement au-delà d'un découvert autorisé, sont usuraires, et donc illégales.

    Mai 2010. « 60 » demande l'instauration pour certains produits d'une nouvelle façon d'indiquer le tarif : le prix à l'usage. Pour les lessives, par exemple, le meilleur prix pour comparer entre poudre, liquide et tablettes plus ou moins concentrés, c'est le prix du lavage. Cette mesure se développe peu à peu actuellement.

    Juillet-août 2010. Nos analyses sur les poissons révèlent que 38% des filets sont vendus sous une fausse appellation.

    Octobre 2010. « 60 » publie une analyse détaillée du contenu des contrats d'assurance vie en euros, les plus « sécurisés », et les plus opaques jusque-là. L'on découvre avec surprise qu'ils contiennent des titres de créance douteuse, voire des actifs pourris.

    La une de 60 Millions de consommateurs, en avril 2011.Avril 2011. Plusieurs teintures pour cheveux contiennent des produits inquiétants, potentiellement toxiques. Certains échantillons contiennent jusqu'à quinze ingrédients préoccupants.

    Septembre 2011. « 60 » publie son indice annuel du pouvoir d'achat par ménage. Il constate un recul de 0,6% sur l'année écoulée et prévoit un recul de 0,4% sur l'ensemble de l'année 2011 alors que l'Insee annonce une hausse de 1%.


    Aujourd'hui, l'indépendance de 60 Millions de consommateurs est menacée par un projet de privatisation. Pour soutenir le magazine, une pétition est en ligne sur Soutenons60.org.

     


    Lionel Maugain, journaliste, représentant du personnel au conseil d'administration, et Fabienne Loiseau, journaliste, représentante du personnel au comité d'entreprise.


    Illustrations : unes de 60 Millions de consommateurs.


    A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

    Publié dans lectures

    Commenter cet article