Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Mobilisation à l’aéroport de Marignane contre “la politique du chiffre voulu par N. Sarkozy qui déchire une famille”. Florian Pourchi, correspondant itinérant était sur place.

M. Soilihi vit en France depuis 11 ans, ce comorien est père de 3 enfants nés en France dont deux scolarisés et un handicapé, il travaille en CDI dans la restauration sur Marseille et sa femme est titulaire d’une carte de séjour de 10 ans. Pourtant le 23 février 2011, il est arrêté lors d’un contrôle de papier et enfermé au centre de rétention du Canet. (Puis ensuite transféré à Nîmes.)
Les réseaux de soutien de RESF (Réseau Education Sans Frontière) et de la Ligue des Droits de l’Homme dénoncent “la politique du chiffre voulu par Nicolas Sarkozy” dont est victime M. Soilihi. “C’est inadmissible et inhumain de casser une famille. On ne peut pas construire une société sur la base d’injustice.” Samedi 12 mars, il devait être expulsé par l’avion de 17h45 au départ de Marignane, dès l’information du départ de M.Soilihi du centre de rétention de Nîmes, un convoi fut organisé depuis Marseille en direction l’aéroport.

Environ 200 manifestants, famille et soutiens ont fait irruption dans le hall 1 d’embarquement pour protester contre cette expulsion. Malgré les gaz lacrymogènes le sas d’embarquement est alors occupé pour informer les passagers de la situation et tenter de les convaincre de refuser d’embarquer.

Après plusieurs heures de mobilisation: Victoire pour les manifestants ! M. Soilihi ne sera pas expulsé. Le commandent de bord aurait refusé son embarquement. Il est donc ramené au centre de rétention de Nîmes.

A 21h le Juge des Libertés et de la Détention (JLD) décide sa libération tout en l’assignant à Résidence. C’est dans la nuit vers 3h00 du matin qu’il retrouve enfin sa famille.

Depuis ce dimanche 13 mars, il doit pointer au commissariat en attendant un nouvelle décision du JLD. Il peut aussi à tout moment recevoir une convocation de la PAF (Police Aux Frontières)  pour un vol retour dans son pays d’origine, loin de sa famille.

L’assignation à résidence ne lève donc rien à la situation de précarité de cet homme. Personne ne comprend l’entêtement de la préfecture des bouches du Rhône à vouloir expulser coûte que coûte M. Soilihi.

Les réseaux de soutien restent donc mobilisés.

Florian Pourchi

Des Liens

http://www.educationsansfrontieres.org

 


Tag(s) : #actualités

Partager cet article

Repost 0