Aéroport Notre-Dame des Landes : Ayrault et la diffamation

Publié le par dan29000

Projet d’aéroport Notre-Dame des Landes : la diffamation ne sera jamais une façon d’avoir raison !

Monsieur Jean-Marc AYRAULT,
Président de la Communauté urbaine de Nantes Métropole

Monsieur Patrick MARESCHAL,
Président du Conseil général de Loire-Atlantique et du syndicat mixte d’études de l’aéroport de Notre-Dame des Landes

A la suite de la publication d’un sondage qu’Agir pour l’Environnement a commandé à l’institut BVA faisant apparaître que 71% des Français étaient opposés à la construction de nouveaux aéroports, le Président du Conseil général de Loire-Atlantique, Monsieur Mareschal et celui de la Communauté urbain de Nantes Métropole, Monsieur Jean-Marc Ayrault, ont accusé l’association, par voie de presse, de « tenter de manipuler l’opinion » et de tenir des propos « truffés de mensonges ».

En quinze années d’existence, c’est la première fois qu’une institution utilise de telles méthodes pour tenter de déstabiliser Agir pour l’Environnement. Bien que l’outrance des écrits de ces décideurs politiques invalide pour partie le contenu de leurs assertions grotesques, Agir pour l’Environnement est fondée à réagir afin de ne pas laisser sans suite cette communication manifestement biaisée.

Rigoureuse dans son appréhension de tous les dossiers qu’elle aborde, Agir pour l’Environnement a étudié attentivement la pertinence dudit projet d’aéroport, notamment au regard de la possible saturation de l’actuel aéroport de Nantes Atlantique. Or, les données mises à disposition du grand public par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) relatives au nombre de mouvements (décollages et atterrissages) par aéroport démontrent, de façon incontestable, que le trafic des avions à Nantes a fortement diminué depuis 2000 (-14%). C’est notamment cette phrase [incluse dans le dernier communiqué d’Agir pour l’Environnement] qui amène les deux institutions locales à considérer les déclarations associatives comme « truffées de mensonges ».

Or, ces données officielles issues de la DGAC ne peuvent décemment être considérées comme mensongères. Par contre, elles peuvent légitimement remettre en cause l’une des principales justifications du projet d’aéroport de Notre-Dames-des-Landes, à savoir la saturation éventuelle de l’aéroport de Nantes Atlantique et son éventuel transfert vers un nouvel aéroport restant à construire. A la lecture des données officielles, cette saturation semble bien hypothétique à moins de surévaluer de façon totalement inconsidérée et artificielle le trafic passagers à échéance de 20/30 ans... Ce que les promoteurs dudit projet n’ont pas hésité à faire en envisageant un trafic passagers passant de 2,7 millions en 2008-2009 à 9 millions en 2050 !

Nous regrettons profondément qu’un élu de la Nation, président du principal groupe d’opposition à l’Assemblée nationale, utilise des méthodes aussi contestables afin d’imposer ses vues. Non, Monsieur Ayrault, la diffamation n’est pas et ne sera jamais une façon d’avoir raison ! Le débat démocratique mérite mieux qu’invectives, intimidations, et diffamations. Nous regrettons vivement l’agressivité de ces élus qui n’est que trop souvent le signe avant-coureur d’un échec annoncé. Pierre Bédier et son projet de circuit de Formule1 dans les Yvelines, inutile, coûteux et climaticide en sait quelque chose.

A ce titre, les associations mises en cause ne sauraient que trop conseiller aux édiles locaux d’ouvrir les yeux sur le monde du 21è siècle plutôt que de défendre un projet d’aéroport imaginé sous la Présidence du... Général de Gaulle !


Source / auteur : Agir pour l’environnement


Publié dans actualités

Commenter cet article