AFP : Sarkozy et l'UMP tentent d'en finir avec l'indépendance de l'agence

Publié le par dan29000

 

 

Offensive sarkozyste contre l'indépendance de l'AFP

 

Si la proposition de loi «relative à la gouvernance de l'AFP» déposée au Sénat est adoptée, «l'agence est morte», affirment Dominique Ferrandini et Patrick Filleux, membres fondateurs du Syndicat autonome des journalistes (SAJ-UNSA).

 

 

 


puceinvite.jpgA onze mois de l'élection présidentielle, le pouvoir sarkozyste s'attaque, dans la précipitation, à l'indépendance de la principale entreprise de presse française et troisième agence mondiale d'information, l'Agence France-Presse (AFP).

Par le biais du dépôt, au Sénat, d'une proposition de loi «relative à la gouvernance de l'AFP», signée par le sénateur UMP Jacques Legendre et qui doit être examinée dans l'urgence avant la clôture de la session parlementaire, fin juin, c'est bien le statut «constitution» de l'Agence, voté par le Parlement en 1957 et qui lui a permis d'assurer jusqu'à ce jour son indépendance, qui est menacé.

L'indépendance de l'AFP vis-à-vis de l'Etat, donc de son exécutif, fut au cœur de la réflexion du législateur en 1957. L'accouchement fut long et difficile. 15 ans de gestation. Le bébé fut conçu dans la Résistance, dans un élan démocratique et progressiste combattant, tout entier dicté par deux intangibles paradigmes: le droit à informer et le droit à être informé.

Couper le cordon ombilical avec l'Etat, donc garantir la diffusion à l'ensemble de la presse française et internationale, d'une information mondiale honnête, vérifiée, recoupée, exempte de toute pression politique, économique ou idéologique, fut le gage de la crédibilité de l'AFP, donc de son existence et de son développement.

Quelque 3.000 journalistes et personnels techniques travaillent aujourd'hui pour l'Agence dans 165 pays. Leur mission, selon l'article 1er du statut de 1957, est «de rechercher, tant en France (...) qu'à l'étranger, les éléments d'une information complète et objective».

Mais c'est l'article 2 qui définit et fixe le cadre éthique dans lequel l'Agence œuvre en toute indépendance: «L'Agence France-Presse ne peut en aucune circonstance tenir compte d'influences ou de considérations de nature à compromettre l'éxactitude ou l'objectivité de l'information; elle ne doit, en aucune circonstance, passer sous le contrôle de droit ou de fait d'un groupement idéologique, politique ou économique».

Tout est là !

Qu'en est-il dans la proposition de loi sénatoriale, appuyée et endossée sans réserve par l'actuel PDG Emmanuel Hoog, parachuté en 2010 avec la bénédiction -sinon l'intervention- de l'actuel pouvoir, dont il serait lassant de rappeler les attaques auquel il s'est livré contre la liberté et l'indépendance de la presse en général et de l'AFP en particulier depuis 2007 ?

Certes, l'article 2 est conservé en l'état, mais vidé de sa substance.

La nouvelle «gouvernance» envisagée -tant dans la composition du conseil d'administration, qu'en ce qui concerne les ressources et moyens financiers de fonctionnement et développement- sous prétexte d'harmoniser le statut de 1957 avec les lois et directives européennes, place de facto et officiellement l'AFP sous la sujétion de l'Etat.

De plus, l'AFP, qui a été dotée en 1957 d'un statut «d'organisme autonome bénéficiant de la personnalité civile», sans capital ni propriétaire, et dont les ressources proviennent des abonnements de ses usagers, serait assimilée à un organisme «privé».

Mais, lourde contradiction hypothèquant son développement, tout en étant soumise aux règles commerciales classiques, elle se verrait interdire d'entrer en concurrence avec ses clients (la presse de détail écrite et audiovisuelle), pour rester cantonnée au rôle de grossiste de l'information.

L'AFP serait donc à l'avenir, et dans le cadre de la révolution du Net, dans l'impossibilité de commercialiser sur la Toile et à l'usage des potentiels clients privés que nous sommes, vous et moi, la masse de ses informations françaises et internationales.

Cette formule commerciale à l'étude, a pour nom anglo-saxon B2C (Business to Consummer), mais est fermement combattue depuis l'éclosion de l'Internet par les patrons de presse français, pour la plupart amis ou idéologiquement proches de l'actuel pouvoir politique.

Ils y voient, en ce qui concerne l'Agence, une «intolérable concurrence déloyale», mais avant tout une grave menace pour leurs intérêts vitaux, incapables qu'ils sont de diversifier leurs productions, tant sur le fond que sur la forme, pour aller à la rencontre de «nouveaux gisements de clientèle», ou pour faire tout simplement leur métier de diffuseurs d'informations sous toutes ses formes.

Voici donc l'AFP de demain, imaginée par le couple Hoog-Legendre: une agence «d'informations» assujétie au pouvoir de l'Etat et bridée dans son développement par le pouvoir de l'argent des grands groupes de presse.

Autant dire que l'AFP, agence mondiale de presse indépendante, vecteur essentiel de diffusion de la culture française dans le monde, est morte. Sa singularité, son regard, sa lecture des évènements du monde, face à ses deux concurrentes anglo-saxonnes uni-tonales, l'étatsunienne Associated Press et la britannique Reuter's, sont réduits à néant.

Avant l'actuel statut de 1957, ces deux là ne manquaient jamais en citant l'AFP, de préciser à leurs lecteurs «agence gouvernementale française». Nul doute qu'elles entonneront le même refrain décrédibilisant, si le bouleversement de statut proposé était adopté par la représentation nationale.

Reste que l'Agence France-Presse est un bien commun des citoyens français d'où ils puisent l'immense majorité des informations honnêtes et vérifiées lues dans leurs journaux, écoutées sur leurs radios et diffusées sur leurs écrans.

Cette tentative aussi grossière que malhabile d'encadrement politique, idéologique et économique de la principale source d'information française (dont Sarkozy s'est plaint à maintes reprises pour ne pas être suffisamment à sa bottine), entreprise dans la précipitation avant une échéance qui se présente pour le moins en la défaveur du Président sortant (et presque sorti), illustre -s'il en était besoin- sa lecture des mots Démocratie et République.

Les journalistes et personnel technique et ouvrier de l'AFP ont fait une première grève de 24 heures, jeudi et vendredi, pour y faire échec. Mais leur combat ne doit pas, ne peut pas rester solitaire.

Tous les citoyens français, démocrates et républicains sont concernés.

Publié dans actualités

Commenter cet article