Algérie : marche de l'opposition le 12, toujours interdite par le pouvoir

Publié le par dan29000

 

 

 

 

Algérie, la mobilisation de l’opposition en février 2011 : qui marche avec qui ?

 


par Habib Souaïdia, 4 février 2011

 


Depuis les émeutes de janvier 2011, grâce à la presse algérienne et internationale, le docteur Saïd Sadi, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), est devenu en quelques jours le plus grand « opposant » de l’Algérie indépendante ! Ce retour fracassant d’un parti ultraminoritaire sur la scène politique algérienne, où il développe un soudain activisme en direction des Algériens et de la communauté internationale, est-il le fruit du hasard ou une nouvelle conspiration contre le peuple algérien ? A-t-on oublié le soutien résolu du RCD au coup d’État militaire de 1992 ? A-t-on oublié sa pleine approbation de l’état d’urgence décrété en février 1992 et toujours en vigueur à ce jour ? A-t-on oublié le silence assourdissant de ce parti et sa complaisance face aux massacres, à la torture, aux exactions extrajudiciaires et aux multiples violations des droits de l’homme perpétrées lors de la « sale guerre » conduite par les chefs de l’armée contre la population ? A-t-on oublié que le RCD a contribué, dès 1994, à la création de milices ayant multiplié les exactions ? A-t-on oublié les liens historiques entre ce parti, créé en 1989, et le Département de renseignement et de sécurité (DRS), commandé depuis vingt ans par le général Mohamed Médiène, dit « Toufik » ? Comment pourrait-on aujourd’hui donner crédit à un parti qui, depuis quelques années, prétend s’afficher comme « opposant » au régime des généraux, au seul motif que ceux-ci l’ont écarté parce qu’il ne leur servait plus à grand-chose, et alors même qu’il n’a jamais renié sa complicité avec les crimes contre l’humanité commis par certains secteurs de l’armée et par le DRS dans les années 1990 ?

Tandis que les partis politiques de la fausse opposition, et à leur tête le RCD, lorgnent vers le pouvoir incarné par le général Toufik et mesurent la distance qui les en sépare encore, leurs militants souvent désabusés ont des doutes, à force de regarder passer, de leur plateforme trop immobile, les révoltes bruyantes des « inorganisés ». Sitôt qu’un mouvement social se développe, ces partis ne peuvent pas ignorer toute cette force qu’ils ne contrôlent pas. Mais on ne renie pas si facilement une organisation. Surtout quand elle a servi, comme le RCD, depuis plus de vingt ans, un régime d’oppression, d’abord activement, puis dans une prétendue opposition sans conséquence. D’où la tentative du RCD de jouer le cheval de Troie au sein du fragile mouvement d’opposition réelle qui tente aujourd’hui de se structurer en soutien à la colère du peuple.

Je sais que je vais déplaire à certains de mes compatriotes et à beaucoup d’amis, mais je préfère être franc qu’hypocrite. Je n’ai rien, bien au contraire, contre la marche qui va être organisée à Alger le 12 février 2011 par des militants des droits de l’homme, des syndicats autonomes et divers membres de la société civile, mais je suis contre le jeu de rôles qu’essaye d’y jouer le RCD.

Je n’ai pas envie de changer une démocratie de façade par une autre. Comme tout Algérien, je veux un changement réel qui nous débarrassera définitivement de notre funeste police politique, le DRS, le seul vrai pouvoir, celui qui organise à son profit le pillage de nos richesses et qui fabrique la hogra. Or, manifester avec le RCD, c’est comme manifester avec le DRS.

Pour certains, cela veut dire qu’il s’agit comme toujours d’un jeu du pouvoir qui utilise les Algériens les uns contre les autres. Je dirais plutôt au RCD et à ses semblables de jouer cartes sur table et de dire pour une fois aux Algériens la vérité. Qu’ils nous expliquent pourquoi ils ne se sont jamais sérieusement mobilisés pour soutenir les victimes des violations des droits de l’homme de la décennie noire, qu’il s’agisse des victimes de l’armée ou des groupes armés se réclamant de l’islamisme ! Qu’ils nous disent qui a applaudi l’arrivée de Bouteflika à la tête de l’État en 1999, alors que la vraie opposition a dénoncé dès le départ le fait qu’il n’était que la « vitrine » des généraux ! Qui à des députés dans les assemblées désignées et non élues ?

Vous savez bien que tout est faux en Algérie : faux président, fausse presse libre, faux partis, faux députés, fausse opposition. Il n’y a que le DRS qui est réel. Et il est tellement réel que le docteur Saïd Sadi a même eu le privilège de rencontrer récemment le général Toufik en tête à tête, pour lui dire que « l’Algérie va mal ». Merci, général Toufik, pour votre franchise ! Il n’y a que vous qui puissiez s’immiscer comme un voleur de poules dans les organes dits « d’opposition », pour tenter de casser ceux qui sont à la pointe des combats démocratiques.

Une telle réalité révèle aussi que les faux opposants et les faux démocrates, dès lors qu’ils accèdent à des fonctions de responsabilité dans l’appareil d’État, ne peuvent que devenir des antidémocrates et dévoiler leur fourberie. C’est l’une des raisons pour laquelle je ne m’associe pas avec le diable. Il ne suffit pas de se proclamer opposant pour être un démocrate et un patriote.

 

 
Source : ALGERIA WATCH

 

==================================================

 

Oran. Appel pour un grand rassemblement le 12 Février

La dynamique enclenchée par la création de la coordination nationale pour le changement et la démocratie regroupant la LADDH, des partis d’oppositions, des syndicats autonome, des mouvements associations et des jeunes « les Facebookers Algériens » etc.… a aujourd’hui atteint Oran la seconde ville d’Algérie.


En effet, cette coordination à l’origine de la décision d’une marche le 12 Février à Alger, vient de se structurer à Oran avec là encore, la présence de divers courant de la société, des représentants de partis politique, des journalistes, des avocats, des syndicalistes et autres mouvements citoyens, qui ont d’un commun accord décidé d’organiser un grand rassemblement à la date du 12 Février.

 

Pour les participants, cet appel aux citoyens à se regrouper pacifiquement à la place du 1er Novembre pour demander le changement du système, est une des réponses apportées aux velléités du régime de priver les Algériens de toutes formes d’expressions libres et pacifique et de se prendre en mains.

 

Tout comme pour le choix d’une marche le 12 Février, les membres de la coordination à Oran se retrouvent autour de ce socle commun qui est la demande de la levée de l’état d’urgence, la libération des émeutiers et de tous ceux qui sont emprisonnés pour fait de manifestation, l’ouverture du champ politique, associatif et médiatique .

 

Ce sont là d’ailleurs les slogans qui sont aussi retenu pour cet appel au rassemblement, avec la liberté aux participants d’y joindre leurs revendications. Mais c’est probablement sous la bannière d’un slogan résumant parfaitement l’état d’esprit et le sentiment de tous les Algériens que cette première action se fera comme cela a été proposé à savoir « Rendez nous notre pays ».

 

Fayçal Moulay

http://www.algerie-focus.com

Publié dans actualités

Commenter cet article