Allemagne : bataille rangée autour du Castor toujours bloqué

Publié le par dan29000

 

 

 

 

Train d’enfer : transport La Hague-Gorleben (5-8 novembre 2010)

Dernier ajout : 8 novembre.

 

 


Le train d’enfer ne redémarrera pas avant le lundi 8 novembre 9 h
du fait de la mobilisation massive des opposants au nucléaire.

 


Le train de déchets radioactifs est actuellement bloqué en Allemagne à la gare voyageurs de Dahlenburg et ne redémarrera pas au mieux avant le lundi 8 novembre 9h. Il lui restera ensuite à parcourir 40km jusqu’à Dannenberg Ost (terminal ferroviaire). A Dannenberg Ost, les 11 castors seront chargés sur des camions pour parcourir les 25 derniers kilomètres jusqu’au centre de stockage de Gorleben.
La mobilisation antinucléaire est exceptionnelle. C’est la première fois qu’un convoi de déchets radioactifs mettra autant de temps à arriver à Gorleben. C’est une violence d’état inadmissible qui répond à la détermination pacifique des militants (> voir la vidéo impressionnante ci-dessous).

 

 

 

8 novembre 2010 : Suivi du convoi heure par heure / der Konvoi rund um die Uhr

La résistance anti-nucléaire ne connait pas de frontière - Unser Widerstand kennt keine Grenzen

Point au lundi 08 novembre - 02:00

Etat des lieux des mobilisations et de la position du train/ Zustand der Mobilisierung :

Depuis 21h30, Le train est stationné à Dahlenburg, à 10 m des fenêtres de la chambre à coucher d’une habitante
Dahlenburg, 21h30, Castor-Zug parkt in Dahlenburg 10 Meter vor dem Wohnzimmerfenster einer Anwohnerin

selon une dépêche DPA la police a capitulé devant les blocages et ne pense pas que le castor pourra partir avant demain 9h
Laut einer Meldung der DPA hat die Polizei vor den Blockaden kapituliert und rechnet nicht damit, dass der Castor vor morgen 9:00 fährt.

La mobilisation allemande est très massive, avec des points de blocage ferroviaires et routiers un peu partout dans le Wentland. Le train est maintenant arrêté à Dahlenburg car il ne peut plus avancer. Il est stationné à 10m de la chambre à coucher d’une habitante ! Des "barbelés rasoirs" ont été installés autour.
Face à cette mobilisation, les forces de l’ordre ont eu recours à la méthode forte : lacrymogènes, canons à eau, utilisation des matraques contre des manifestants pacifiques.

 

Source : Réseau sortir du nucléaire + site spécial en temps réel : train d'enfer 

========================

 

Après avoir stoppé le train nucléaire, faisons dérailler la machine répressive !
lundi 8 novembre 2010 

Après avoir stoppé le train nucléaire, faisons dérailler la machine répressive !

Le train de déchets nucléaires à destination de Gorleben en Allemagne est encore bloqué grâce à une mobilisation internationale toujours plus massive et déterminée. Les militants du GANVA (Groupe d’Actions Non-Violentes Antinucléaires) s’en réjouissent même s’ils affrontent pour leur part une répression disproportionnée :

Six militants ont été maintenus en garde à vue pendant 24h et font l’objet d’un contrôle judiciaire supposant le règlement d’une caution de 15000€ à payer avant le 15 Novembre. A défaut elles se retrouveraient incarcérées jusqu’au procès, le 8 décembre à 14h. On peut constater que la volonté du gouvernement de réprimer sévèrement les militants anti-nucléaires a été exécutée à la lettre par le procureur de la république de Caen.

Trois militants ont été blessés, deux ayant des brûlures graves aux mains qui ont nécessité une prise en charge par les services hospitalliers. Le troisième a été aussi grièvement touchée, il a du subir une intervention chirurgicale sur deux tendons sectionnés à la main gauche. A sa sortie de l’hôpital, il a été directement conduit en garde à vue sous escorte policière. La volonté du gouvernement et du lobby nucléaire de faire passer ce convoi coute que coute aurait elle conditionnée l’expression d’une telle brutalité de la part des forces de police? Était-ce cela qu’elles avaient à cacher derrière les bâches tendues autour de la désincarcération?

Le 8 Décembre, les inculpés seront jugés au tribunal de grande instance de Caen, soyons nombreux pour venir les soutenir et affirmer notre opposition au nucléaire et à la répression qui l’entoure !

Unser Widerstand kennt keine Staatsgrenzen

Tout soutien financier est le bienvenu : chèque à l’ordre de l’APSAJ - Association Pour la Solidarité et l’Aide Juridique : APSAJ, 6 cours des alliés 35000 – Rennes


De : ganva
lundi 8 novembre 2010
 

Publié dans environnement

Commenter cet article