Altermondes : numéro 58, dossier "Villes citoyennes, villes humaines"

Publié le par dan29000

 

 

 

 altermondes.jpg

 

 

 

 

 

 

Pour cette livraison de décembre, la revue trimestrielle de solidarité internationale nous propose un copieux dossier sur les villes citoyennes, villes humaines, en partenariat avec AITEC, Amnesty France, Association 4D, Cites Unies France, Enda Europe et Gret.

 

  Depuis cinq ans, notre monde compte plus d'urbains que de ruraux. Et cette tendance va encore s'accélérer. En 2030, les villes abriteront 5 milliards d'êtres humains sur un total de 8, c'est à dire les deux tiers de la population mondiale. Ceci concernant surtout les pays du Sud. Le dossier proposé est constitué de trois parties. D'abord les identités urbaines, avec un article de David Eloy, puis celui de Thierry Paquot, philosophe de l'urbain et éditeur de la revue Urbanisme, sans oublier la dimension urbaine des insurrections, par Gustave Massiah, directeur de la publication. Enfin un passionnant papier sur l'Equateur. En effet depuis 2008, le droit à la ville est inscrit dans la Constitution du pays. Ce fut le résultat d'une vraie lutte sociale menée par des ONG, alliées à des organisations de base et des personnalités du monde universitaire. Article avec un titre parlant : "Une constitution orientée sur le bien vivre".

 

 Deuxième partie du dossier "A qui appartient la ville ?". Bonne question. D'abord la question du développement urbain est une question foncière, ici illustrée par l'exemple d'Antananarivo, capitale de Madagascar. Pourtant si la ville est souvent source d'émancipation, elle peut être aussi un moteur d'exclusion territoriale comme nous l'explique dans un entretien passionnant, Raquel Rolnik, rapporteuse spéciale à l'ONU sur le droit au logement décent. Parfois les autorités locales, alliées aux promoteurs immobiliers, entreprennent une politique d'expulsion des plus pauvres. Des résistances alors se font jour, comme à Port Harcourt au Nigeria (Amnesty international France). Pour compléter ce chapitre, la démocratie urbaine et l'exemple des recycleurs de Bogota, devenus acteurs de la ville.

 

 Troisième partie du dossier, un débat sur le thème de la coopération urbaine, entre Nord et Sud. Le dossier s'achevant sur une ouverture nécessaire, avec pour exemple le Brésil, le pays qui pratique depuis déjà longtemps le budget participatif. Erminia Maricato, professeur à l'université de Sao Paulo permet de rappeler que la mobilisation pour ce droit à la ville doit s'inscrire dans un cadre plus ample, celui d'un changement de société.

 

  Hors ce dossier, qui à lui seul justifie l'achat de la revue, des articles sur la Libye, les féministes du Moyen-Orient, les nuisances de Total, l'Inde (L'éducation contre l'exploitation). Pour éviter une trop longue énumération en forme de sommaire, ajoutons quand même un beau portrait dans la rubrique Parcours, celui d'Aminata Diallo, professeur de philosophie, qui a créé l'association "Maïa", espace de débats et remèdes aux inégalités frappant les femmes du Burkina Faso. Problèmes d'accès aux soins de santé, contraception, dépistage du VIH, mais aussi domination hommes-femmes ou violences conjugales. De plus les hommes sont intégrés, à la demande des femmes.

 

 Pour compléter, en fin de revue, quatre pages sur les cultures du monde.

 

 

Dan29000

 

Altermondes

Revue trimestrielle de solidarité internationale

2011 / N°28 / 5 euros / 52 p

 

Voir le site de la revue, ICI

 

Pour vous abonner, c'est LA

 

 

 

=============================================================================================

EDITO

 

Cause toujours !

 



Coluche me faisait rire. Je n’étais pas le seul. Au collège, avec les copains, nous nous délections de formules comme : « La dictature, c’est “Ferme ta gueule !”, la démocratie, c’est “Cause toujours !” ». Un embryon de conscience politique ou le plaisir de l’irrévérence ? Peu importe. Le problème est qu’aujourd’hui cette sentence ne prête plus beaucoup à rire, tant le spectacle que donnent les hommes et femmes politiques est atterrant. Comment est-il possible de rester aussi sourd aux mouvements d’indignation qui éclatent un peu partout sur la planète ? Il y a quelques mois, Nicolas Sarkozy se déclarait même « consterné » par l’annonce d’un possible referendum en Grèce. C’est quand le monde est en crise – et celle-ci est indéniable, dure et profonde – que les masques tombent.

Pour justifier les imperfections de la démocratie, Winston Churchill déclarait : « La démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres ». Et alors ? Combien de temps faudra-t-il encore se satisfaire de gouvernements qui promettent si peu, dont le projet d’avenir est si faible ? Gandhi soulignait à juste titre : « Quelle différence cela fait-il aux morts, aux orphelins et aux sans-abri, que la destruction aveugle ait été amenée au nom du totalitarisme ou au nom sacré de la liberté et de la démocratie ? »

2012 sera une année d’élections. Partout dans le monde, en France mais aussi en Corée du Sud, aux Etats-Unis, au Mali, au Mexique, en Russie, au Sénégal. Même la Chine choisira son nouveau leader. La moitié de la population mondiale pourrait potentiellement changer de dirigeant en 2012. On se prête alors à rêver de grands changements –les périodes de fin d’année y sont propices– mais, au final, on redoute le pire. Car la démocratie vaut mieux que les jeux électoralistes auxquels on prétend souvent la réduire et qui sont souvent bien éloignés des véritables enjeux de société, des réelles attentes des populations. Les hommes et les femmes politiques seraient bien inspirés de s’engager, enfin, résolument, dans une gouvernance partagée du monde, une démocratie participative où les populations auraient leur place pour réinventer et réenchanter leur avenir. C’est l’une des idées que nous développons dans le dossier de ce numéro. Cause toujours ?

 

PAR DAVID ELOY | RÉDACTEUR EN CHEF

Publié dans lectures

Commenter cet article

farida tahi 08/01/2012 22:26


Eh bien je trouve que vous vous causez bien, cela est agréable un peu de référence à l'histoire des hommes ou des femmes qui savent où ils ont les pieds, bon tous ça pour dire que cela m'a fait
plaisir de lire l'article de Davaid Eloy

dan29000 08/01/2012 22:43



Merci à vous, notre article sur votre livre demain ou mardi



Mitsuko 04/01/2012 07:46


Trés bel article de David Eloy,


Bonne initiative de parler de Coluche qui nous faisait rire ... Sauf qu'aujourd'hui, Coluche n'est plus là pour nous faire rire ...


Nous sommes dans une mouvance difficile actuellement et ça va certainement durer un bon moment ...


Je vais m'empresser d'aller acheter le N°58 d'Altermondes : "Villes citoyeunnes, villes humaines


 

dan29000 04/01/2012 22:40



Oui, à lire et faire lire, sans pub, sans people, toujours surprenant et surtout très juste, et plein d'infos, ne se trouve pas partout, le mieux étant de s''abonner...