Altermondes, revue de solidarité internationale, numéro 24

Publié le par dan29000

 

 

altermondes 

 

 

 

 

 

Nous vous avons déjà parlé de cette revue trimestrielle, et nous allons poursuivre, selon nos habitudes qui sont de suivre un peu quelques auteurs, quelques idées, quelques pratiques qui contribuent à remettre en cause le monde actuelle, du Nord au Sud, où les méfaits du libéralisme prennent des visages divers.

 

 

Pour ce nouveau numéro, au centre de la revue, un dossier qui tombe à propos, sur le Sénégal, pays africain qui va être au centre de l'actualité dans quelques semaines avec la nouvelle édition du Forum social mondial début février. On va d'ailleurs beaucoup vous en parler début février. Alors ce dossier de seize pages est une bonne entrée en matière pour avoir un regard actuel sur la réalité du Sénégal avec ses douze millions d'habitants, son indépendance depuis juste cinquante ans et une espérance de vie de 56 ans. Le dossier s'ouvre sur un article du rédac'chef, David Eloy, intitulé "Une société civile foisonnante". Son article étant complété par un bref entretien avec le président du CONGAD (conseil des ONG d'appui au développement) Momar Talla Kane.

Suivent un article sur la situation encourageante des femmes (interdiction de l'excision en 1999, et vote d'une loi sur la parité dans les listes électorales en 2010), la scène culturelle sénégalaise avec un entretien donné par Didier Awadi (on vous parlera de lui en février lors de nos articles sur le FSM), la diaspora, la démocratie, fragile, mais existante, la vague de privatisations, comme partout. En fin de dossier, les paysans, les pêcheurs, une bibliographie, sans oublier le cadre du fameux forum si attendu, par Mamadou Mignane Diouf, du Comité d'organisation du FSM 2011.

Inutile d'insister, rien que pour ce dossier, d'ailleurs le vrai point fort de la revue, puisqu'il y a un dossier central par numéro, l'on peut acheter cette revue.

Mais sachant que nos lecteurs sont plus curieux du monde que la moyenne, on ne peut passer sous silence, en début de numéro, un gros plan sur l'accaparement des terres par les multinationales (en 2009, 45 millions d'hectares de terre furent achetés ou loués dans les pays en développement). La situation des paysans du sud était déjà difficile, maintenant c'est un avenir confisqué qui se fait jour. En exemple, car "Altermondes" ne reste jamais dans les théories, l'Indonésie, le Mozambique et le Guatémala avec l'interview du directeur de l'ONG "Sank", quand les terres se raréfient, l'insécurité augmente.

Ceux qui nous lisent régulièrement et donc connaissent bien "Survival" ne seront pas dépaysés avec un article prouvant qu'Avatar, ce n'est pas qu'un film, bien au contraire.

Dans la rubrique "Regards sur le monde", un coup de projecteur fort utile sur un des plus vieux conflits dans le monde, avec  celui des palestiniens, la lutte du peuple sahraoui avec le Front Polisario, article, entretien et un regard sur le livre : Sahraouis, photographies, publié par les excellentes éditons "Le passager clandestin" dont nous allons chroniquer plusieurs livres durant ce trimestre.

Notre site croyant beaucoup aux images, on ne peut que conseiller un bel article de Sophie Gergaud, sur la résistance par la vidéo, avec le Wapikoni mobile, studio ambulant de formation à la vidéo qui "visite" les communautés autochtontes du Québec.

Enfin plusieurs pages sur les Rroms, un portrait de Tata Milouda, la mamie du slam, le coin des libraires.

Sans oublier, un entretien avec  un grand écrivain mexicain, Paco Ignacio Taibo II, auteur de formidables polars et d'une biographie de référence sur le Che. Dignité dans la lutte pour un des rares pays d'Amérique latine qui n'a pas encore fait le choix de basculer à gauche. Gageons que cela viendra...

En complément, vous avez l'édito, qui donne une bonne idée de cette revue.

Une revue indispensable pour tous ceux, qui comme nous ici, pensent qu'un autre monde est possible, et qu'il s'agit de commencer à le construire, ici et maintenant...

J'oubliais, le directeur de publication est Gustave Massiah, un nom important dans le domaine de la solidarité internationale, de l'altermondialisme d'ATTAC au Tribunal Russell sur la Palestine (et on a milité dans une même structure il y a quelques années)... 

 

Dan29000

 

ALTERMONDES

Revue trimestrielle

N°24 / 5 euros 

 

==================================

Edito - Le temps des vikings


« La révolution se fait par les banques. Au lieu d’aller dans les rues faire des kilomètres pour manifester, tu vas à la banque de ton village et tu retires ton argent. Si 20 millions de personnes retirent leur argent, le système s’écroule : pas d’arme, pas de sang, rien du tout ». En appelant les Français à retirer leur argent des banques le 7 décembre, Eric Cantona, l’ex-footballeur, imaginait-il sérieusement l’engouement que cette idée rencontrerait ? Peu importe. Les banques, elles, ont pris peur, redoutant l’effondrement d’un système que les chefs d’Etat et de gouvernement mettent beaucoup d’énergie et de diligence à préserver, semant l’austérité en Grèce et en Irlande, comme ils la répandirent et la répandent encore dans les pays du Sud à coup de programmes d’ajustement structurel et autres dispositifs de « lutte contre la pauvreté ».

En 2007, l’effondrement était également au coeur d’un essai éponyme de Jared Diamond, un biogéographe américain. [1] Il y étudiait notamment les raisons de la disparition de la population de l’Île de Pâques et des colonies vikings du Groenland. « Le pouvoir de la société viking du Groenland était concentré au sommet de la pyramide entre les mains des chefs et du clergé. Ces derniers étaient propriétaires de la plus grande partie des terres, possédaient les bateaux et avaient la mainmise sur le commerce avec l’Europe (…) De nombreuses innovations furent suggérées qui auraient pu améliorer les conditions matérielles des Vikings (…) Mais ces innovations étaient susceptibles de menacer le pouvoir (…) La structure sociale du Groenland créa donc un conflit entre les intérêts à court terme des détenteurs du pouvoir et les intérêts à long terme de l’ensemble de la société. Les chefs vikings finirent par voir disparaître tous leurs partisans. Le dernier privilège qu’ils purent s’attribuer fut celui d’être les derniers à mourir de faim. »

Serions-nous revenus au temps des vikings ? L’ampleur des mobilisations citoyennes qui devraient culminer lors du Forum social mondial de Dakar, en février, et des sommets du G8-G20 qui se tiendront en France, nous permet d’espérer que non. Meilleurs voeux !

David Eloy, Rédacteur en chef d’Altermondes
Notes

[1] Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Jared Diamond, Ed. Folio Essais, 2009.

Publié dans lectures

Commenter cet article

SuperNana 03/01/2011 08:37



Bonjour Dan,


J'espère que les fêtes se sont bien passées pour toi ...


Continue à nous informer tous les jours car c'est un réel plaisir que de te lire et de savoir que tu es sincère ...


Beaucoup de bonnes choses pour toi, gentil Dan ...


Bon lundi à toi. A bientôt. Bizzzzzzzzz ...


SuperNana



dan29000 03/01/2011 09:56



bonne journée aussi à toi, et bonne première semaine de l'année, biz


dan