Amiante et Eternit, fortunes et forfaitures, de Maria Roselli, aux éditions d'en bas

Publié le par dan29000

 

amiante  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nous poursuivons notre cycle sur le scandale sans fin de l'amiante. Débuté en octobre dernier avec "Eternit, la fibre tueuse", il se poursuivra prochainement avec un formidable thriller d'Anne Rambach, intitulé "Ravages", qui vient de sortir en librairie. Mais aujourd'hui, nous vous proposons un des ouvrages de référence sur le sujet, même s'il date de quatre ans.

 

  Quand on lit le mot "amiante", chacun pense aussitôt à d'autres mots, nuisances, maladies, décès, cancers, procès, scandales... La liste pourrait être longue. Mais en fait, c'est pire, encore pire...

  Pourquoi ?

  C'est pire par ce que les chiffres sont effarants :

  Environ 100 000 morts pour la France.

  Environ 500 000 morts pour l'Europe.

 

  Pire aussi, et surtout, parce que l'on a su très tôt que l'amiante tuait les ouvriers qui la manipulaient. Et pas que les ouvriers, mais aussi les habitants autour des usines. Et pourtant durant des années, enfin disons plutôt des dizaines d'années, les lobbies de l'industrie résistèrent victorieusement à tous les assauts.

  Et encore pire, ils continuent aujourd'hui, du Canada à l'Afrique, en passant par l'Asie et la Russie...

  Et toujours pire, avec l'appui des pouvoirs publics et politiques... D'après une étude de l'Union européenne, d'ici à 2030, un demi-million de personnes mourront en Europe d'un cancer de l'amiante (2005, GUE/NGL : Amiante les coûts humains de la cupidité des entreprises). Un mort toutes les cinq minutes.

  Dans ce livre-dossier, Maria Roselli, journaliste free lance d'origine italienne nous offre avec ce document une histoire de cette fibre que l'on présenta à la fin du 19e siècle comme miraculeuse. L'amiante-ciment dont l'inventeur en déposa le brevet sous le nom d'"Eternit", soulignant ainsi l'aspect indestructible et incombustible de ce matériau dans la construction des bâtiments publics et privés.

  Dès 1918 aux USA, des assureurs sur la vie refusèrent d'assurer les travailleurs de l'amiante suite à de très nombreux cas d'asbestose, maladie incurable provoquée par l'inhalation de poussières d'amiante. Rapprochons ce fait... de l'interdiction en France... en 1996 ! En Suède, ce fut en 1975 pour les éléments de construction, et en 1984 pour la Norvège.

  Maria Roselli alterne dans son étude, des faits, des chiffres, des dates, des noms, avec, et c'est un des points forts de son étude, des témoignages de victimes ou de syndicalistes et même du PDG d'Eternit Suisse. Tout le monde savait, mais l'argument des industriels et de leurs experts, médecins, instituts, médias, a toujours été "On ne savait pas". Un classique que l'on peut hélas souvent retrouver dans les scandales médicaux. Ceci étant ici favorisé par les dix à quinze ans de latence avant le déclenchement des quatre principales maladies mortelles.

  Ce livre est aussi indispensable que terrifiant, d'autant plus qu'une grande partie du globe produit toujours de l'amiante, une sorte de cauchemar sans fin, éternel. Enfin comme souvent, le pire cache le pire, la complicité constante des États qui subissent les volontés de lobbies industriels, se rendant complices via les lenteurs et autres aveuglements de la justice...

Avec pour l'exemple, celui des victimes françaises dont les procès semblent bloqués, alors que le premier dépôt de plainte date de seize ans. Chaque année 3000 à 4000 morts dans l'hexagone, malgré les milliers de manifestants chaque année et le courageux acharnement des associations de victimes qui se retrouvent face à Saint Gobain, Valeo ou la SNCF et surtout face à l'État comme le rappelle à juste titre le Syndicat de la magistrature. Le procès était prévu en 2010, puis 2011, et 2012, et 2013...Le silence tue... Comme l'amiante... et parfois la raison d'État...

 

  Lire ce livre de Maria Roselli est essentiel, pour que personne ne puisse jamais plus dire, "Je ne savais pas"...


 

Dan29000

 

 

 

Amiante & Eternit

Fortunes et forfaitures

Maria Roselli

Traduit de l'allemand par Marianne Enckell et CAOVA

Editions d'en bas & CAOVA

2008 / 256 p / 20 euros


 

Voir le site de l'éditeur


 

Lire aussi notre article sur ETERNIT, la fibre tueuse

Publié dans lectures

Commenter cet article