Aminata, un très grand roman de Lawrence Hill, chez Présence Africaine

Publié le par dan29000

 

 

 

aminata 

 

 

 

 

 

Quand on lit beaucoup de romans, il y a les bons et les moins bons, et certains parfois assez médiocres...Et puis il y a les grands romans, comme Aminata. Mais direz-vous, qu'est-ce qu'un grand roman ? Chacun bien entendu peut avoir sa propre définition. Disons qu'un grand nom est une belle et longue bouffée d'air frais qui vient trancher dans nos lectures parfois répétitives. C'est aussi l'émergence dans nos esprits de lecteurs avides, d'un personnage qui dépasse la fiction et se matérialise de manière durable dans la vie des lecteurs.

 

 Ici le personnage central est féminin et se nomme Aminata Diallo.

 

 Ce roman magnifique est basé sur une enquête de cinq ans et des séjours en Afrique de Lawrence Hill. L'auteur est le fils de deux Américains - un noir et une blanche - venus s'installer au Canada après leur mariage. Ancien journaliste, Hill a beaucoup voyagé en Europe et en Afrique. Ce roman est d'abord paru au Québec l'an passé, et et a reçu quatre prix littéraires, dont le fameux "Commonwealth Writer's prize for the best book". L'auteur de "Black Berry, sweet juice : on being black and white in Canada" habite aujourd'hui à Hamilton dans l'Ontario et sa propre fille se nomme d'ailleurs Aminata.

 

 Aminata est à la fois un grand roman sur un sujet difficile, la traite négrière et aussi un formidable portrait de femme. Une femme que le lecteur va suivre durant plusieurs décennies, après sa capture dans un village de l'actuel Mali, où elle va être arrachée à sa famille, comme tant d'autres. Après des mois de marche se retrouve alors au milieu d'autres esclaves dans un bateau, direction l'Amérique. Elle va alors subir la vie d'esclave dans une plantation de Caroline du Sud, puis au gré de sa vie, elle va se retrouver à New York, puis en Nouvelle Ecosse et en Sierra Leone. Si l'on peut parler de roman historique, puisque l'histoire débute en 1745, il s'agit aussi d'un sublime portrait de femme rebelle comme la littérature nous en donne assez peu. Au fil des pages, sa vie va se dérouler depuis l'âge de onze ans sous le signe de la résistance grâce à un courage sans faille et aux compétences de sage-femme acquises dans sa famille. Elle va réussir à survivre alors que les morts se multiplient autour d'elle à un rythme accéléré. Avec un unique but, sa volonté de revenir un jour en Afrique, vers son village, vers sa famille, malgré le poids du temps qui passe...

 

 Progressivement, grâce au talent de Lawrence Hill et à la qualité de son travail de recherche, qu'il nous explique en partie en fin de volume, la belle figure d'Aminata se dessine. Certes un roman, mais sans nul doute au-delà de la fiction, l'auteur nous avoue que le livre reflète sa compréhension de l'histoire des loyalistes noirs. Avec pour base, le document le plus important sur les Noirs vivant en Amérique du Nord vers la fin du 18e siècle, le Book of Negroes (Registre des Noirs) qui renferme les noms et courtes descriptions de 3000 hommes, femmes et enfants qui après avoir vécu derrière les lignes britanniques pendant la guerre d'indépendance des États-Unis, furent embarqués sur des bateaux et aboutirent en Angleterre, Allemagne et Québec. Les apports historiques restent pourtant discrets, sans plomber le roman, un roman au long cours, plein de bruit et de fureur, que l'on peut difficilement quitter une fois embarquer dans cette incroyable et touchante histoire.

 

 Dans la lignée du grand roman d'Alex Haley, "Racines" qui lui en 1976, avait fait le choix d'un personnage central masculin. Deux romans marquants sur un même sujet à quelques décennies d'intervalle. Mais au-delà de l'aspect historique sur une des plus sombres pages de l'histoire des USA, la traite négrière et le génocide des Peaux rouges, il s'agit là aussi d'illustrer que si on peut déposséder de tout un être humain, sa famille, ses biens, son pays, sa langue, il est impossible de le déposséder de sa profonde identité qui ne peut que survivre par-delà les années et les humiliations à répétition.

 

 Un des plus beaux romans de cette année.


Dan29000

 

Aminata

Lawrence Hill

Editions Présence africaine

2012 / 568 p / 20 euros

 

 ====================================================

Lawrence-Hill_0.jpg

EXTRAIT /

 

« Je m’appelle Aminata Diallo, fille de Mamadou Diallo et de Sira Coulibali. Je suis née dans le village de Bayo, à trois lunes à pied de la côte des Graines en Afrique de l’Ouest. Je suis une Bambara. Et une Peule. Je suis les deux, comme je l’expliquerai plus loin. Je crois que je suis née en 1745, ou pas loin de là… »

 

 

Voir le site de Présence africaine


Voir le site de Lawrence Hill

 

Présence africaine, c'est aussi une librairie à Paris


présence africaineLibrairie Présence Africaine
25 bis rue des Ecoles 75005 Paris

Tél. : 01.43.54.15.88 Horaires d'ouverture :
Lundi à vendredi 10h-19h
Samedi 10h30-13h / 14h-19h

 

 

 

PRESSE /

 

"Aminata, un des plus poignants romans jamais écrits sur la condition d’esclave." MARTINE DESJARDINS, L’Actualité

« Aminata n’est pas seulement un « chef-d’œuvre », mais un livre incontournable qui devrait être lu par tout le monde, à commencer par les adolescents. Il s’agit d’une leçon de vie essentielle. Ce roman est profondément émouvant. »
HANS JÜRGEN GREIF, Entre les lignes

« Un grand roman sur l’esclavage. Un roman immense, dur et bouleversant, qui lève le voile sur un épisode méconnu de l’histoire canadienne : l’arrivée de milliers de loyalistes noirs en Nouvelle-Écosse au lendemain de la guerre d’Indépendance américaine. »
MARIE-CLAUDE GIRARD, La Presse

« Aminata est un roman gigantesque. »
LORRAINE PINTAL, « Vous m’en lirez tant », Radio-Canada

« Ce roman est un chef-d’œuvre audacieux et impressionnant dans sa portée géographique, historique et humaine, convaincant grâce à la qualité de la narration et de la description, nécessaire pour imaginer le réel au-delà des vestiges laissés par l’histoire. »
The Globe and Mail

« C’est l’histoire magnifiquement racontée du périple d’une fillette africaine libre qui devient femme et esclave. Un roman digne de foi et intelligent. Vous avez l’impression de tourner les pages de l’histoire, les pages de la vérité. » AUSTIN CLARKE

« Stupéfiant, déchirant et inspirant… Le livre émouvant de Hill vous tiendra en haleine. C’est un chef-d’œuvre. » Publishers Weekly

« Aminata Diallo est une figure emblématique, non pas des Noirs mais de leur histoire, de ce qu’ils ont traversé. Et surtout de leur dignité à travers les épreuves, dignité qu’ils trouvent et qu’ils construisent à travers les mots, à travers le verbe, à travers la transmission. »
JEAN FUGÈRE, Radio-Canada.
« Courageux, à couper le souffle, tout simplement brillant. »

AFUA COOPER

Publié dans lectures

Commenter cet article