André Breton en 1925, répondait déjà à l'inculte Guéant

Publié le par dan29000

 

André Breton répond à Claude Guéant



par Faysal Riad





Pour le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, "

toutes les civilisations ne se valent pas". C’est ce qu’il vient de déclarer récemment devant les étudiants de droite unie. Pour lui, la civilisation occidentale est "supérieure", et cela justifie à ses yeux sa politique.

 

Peut-on se sentir insultés ? Que peut-on répondre ? Je veux dire : quand on est indigène.

 

Cette "civilisation occidentale", raciste, colonialiste, sexiste, ultra-libérale etc - de laquelle il n’y a aucune raison d’être fier, a toujours été défendue par le même genre d’individus. En pleine guerre du Rif, un écrivain dominant, ambassadeur de France, nommé Paul Claudel, a par exemple pris sa défense en se vantant d’être un bon patriote et en insultant les très rares anticolonialistes blancs de l’époque.

 

Qu’est-ce que ces anticolonialistes blancs ont pu répondre ?

 

"Nous souhaitons de toutes nos forces que les révolutions, les guerres et les insurrections coloniales viennent anéantir cette civilisation occidentale dont vous défendez jusqu’en Orient la vermine et nous appelons cette destruction comme l’état de choses le moins inacceptable pour l’esprit. (...) Nous saisissons cette occasion pour nous désolidariser publiquement de tout ce qui est français, en paroles et en actions. Nous déclarons trouver la trahison et tout ce qui, d’une façon ou d’une autre, peut nuire à la sûreté de l’Etat beaucoup plus conciliable avec la poésie que la vente de « grosses quantités de lard » pour le compte d’une nation de porcs et de chiens. C’est une singulière méconnaissance des facultés propres et des possibilités de l’esprit qui fait périodiquement rechercher leur salut à des goujats de votre espèce dans une tradition catholique ou gréco-romaine. Le salut pour nous n’est nulle part. Nous tenons Rimbaud pour un homme qui a désespéré de son salut et dont l’oeuvre et la vie sont de purs témoignages de perdition. Catholicisme, classicisme gréco-romain, nous vous abandonnons à vos bondieuseries infâmes. Qu’elles vous profitent de toutes manières ; engraissez encore, crevez sous l’admiration et le respect de vos concitoyens. Ecrivez, priez et bavez ; nous réclamons le déshonneur de vous avoir traité une fois pour toutes de cuistre et de canaille."


Paris, le 1er juillet 1925.

 

André Breton, Lettre ouverte à M. Paul Claudel Ambassadeur de France au Japon

 


Vous voyez ? Breton est un écrivain blanc reconnu, du "Patrimoine", qu’on étudie à l’école... Lorsqu’une telle personne s’est sentie insultée, elle a pu écrire à quelqu’un qui le méritait bien - ainsi qu’à toute la nation qui le soutenait - "chiens" sans tiret avant, au milieu ou à la fin.

Lorsque l’une d’entre nous, dans un tout autre registre, a osé s’exprimer sur le racisme de cette civilisation en parlant - comme d’ailleurs un homme politique blanc (Jean-Louis Borloo) avant elle, l’avait fait sans que personne ne s’en émeuve - de "souchiens", de nombreux défenseurs de la civilisation occidentale ont non seulement tenu à entendre une insulte qui n’avait jamais été prononcée ("sous-chien"), mais ils ont considéré aussi qu’une "Houria Bouteldja" ne méritait certainement pas de jouir de la liberté d’expression qu’on a tolérée pour un "André Breton".

Nous savions bien que le degré de liberté d’expression dont nous jouissons dans cette République dépend surtout de la race. Tout le monde sait que si les artistes, intellectuels et militants noirs et arabes qui ne se soumettent pas à l’ordre établi sont harcelés de toutes parts, c’est à cause de leur race. Mais nous n’osons pas toujours le dire. Aujourd’hui que Claude Guéant nous insulte de nouveau et que je me demande ce que j’aurais le droit de dire, je ne peux m’empêcher de penser à ce que d’autres qui n’étaient pas de ma race, en d’autres temps, ont pu répondre aux semblables de Guéant défendant cette fameuse "civilisation occidentale".

Faysal Riad, membre du PIR

 

Source : LES INDIGENES DE LA REPUBLIQUE

 

Publié dans actualités

Commenter cet article