Animaux : pétition contre la castration à vif des porcelets

Publié le par dan29000

 

Pétition contre la castration à vif des porcelets

Auteur :
PMAF (Protection mondiale des animaux de ferme)
A l'attention de Éleveurs de porcs, grande distribution

C’est un jeune porcelet, il a moins de sept jours lorsqu’il subit une mutilation effroyablement douloureuse. L’éleveur saisit le petit animal, le retourne et incise lui-même les bourses à l’aide d’un scalpel pour ensuite retirer les testicules, et tout cela sans anesthésie !
Cette torture dure quelques secondes tandis que le porcelet pousse des cris déchirants. La douleur, vive, est immédiate et peut persister jusqu’à quatre jours après l’opération. Après cette ignoble castration, le porcelet tremble, a des spasmes, ou peut rester prostré pendant de longs jours… Chaque année, des millions de porcelets subissent cette castration à vif !
Le verrat (mâle non castré) utilisé dans l’élevage de porcs en tant que reproducteur, produit deux substances qui peuvent dégager une odeur désagréable à la cuisson et donner un mauvais goût à sa viande.
Ainsi, pour être certain de supprimer tout risque d’odeur, on castre les mâles sans anesthésie et ce, dès leur première semaine de vie.
Cela est d’autant plus révoltant, qu’au final, seulement 5 à 10 % des porcelets mâles sont susceptibles de porter cette odeur à l’âge adulte (mais tous sont mutilés) !
La castration à vif est donc non seulement abominable et inadmissible, mais c’est une aberration ! Comment continuer à tolérer un acte aussi infâme ? Elle traumatise l’animal et son métabolisme. Les porcelets castrés grossissent moins bien et moins vite que les porcs non castrés.
Pourtant des alternatives existent !
On peut par exemple envisager la castration avec anesthésie et analgésie, mais aussi l’immunocastration par vaccin qui permet l’élimination de l’odeur de verrat. Bien souvent, ces solutions sont ignorées, ou ne sont pas appliquées. Une autre technique pourrait être l’emploi du « nez électronique ». A l’instar du « nez humain », il permet de différencier les carcasses odorantes sur la chaîne d’abattage.
Heureusement, à l’échelle européenne, de nombreuses parties prenantes ont signé, volontairement, une déclaration qui vise à supprimer la castration des porcelets dans sept ans, soit à partir du 1er janvier 2018 et à imposer l’emploi d’anesthésique et/ou d’analgésique dès l’an prochain (1er janvier 2012). Certains acteurs de la filière porcine européenne ont signé le texte et se sont donc engagés à respecter cette échéance.
Mais nous devons agir dès maintenant pour faire cesser ces pratiques barbares. En attendant la mise en place effective de techniques non mutilantes, nous devons nous battre pour rendre la castration aussi peu douloureuse et stressante que possible. NOUS AVONS BESOIN DE VOUS POUR NOUS FAIRE ENTENDRE !
Pour faire évoluer les mœurs, changer les comportements, créer des groupes de pression face aux lobbies de l’industrie porcine, nous avons besoin de votre signature.
Aidez-nous à mettre en place des alternatives à la barbarie !
Signez (et faites signer) la pétition, afin que dès à présent, les grands supermarchés demandent à leurs fournisseurs de viande porcine d’utiliser la castration avec anesthésie et analgésie, l’immunocastration par vaccin, ou bien qu’ils emploient la technique du « nez électronique ». Ainsi, vous contribuerez à éviter une ignoble torture à des millions de porcelets. Nous communiquerons aux éleveurs et aux distributeurs les résultats de la pétition.

La Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF)
www.pmaf.org

 

 

 

Pour signer, c'est ICI

Publié dans environnement

Commenter cet article