Anonymous frappe encore : Vivendi, l'Express, Sony, Visa, Hadopi

Publié le par dan29000

Les anonymous continuent leur croisade « #opmegaupload »

par Erwan Cario

 

Le masque du Guy Fawkes, symbole des Anonymous - DR

 

 

 

L’opération de représailles de la nébuleuse Anonymous suite à la fermeture de Megaupload continue. Ce week-end, c’est le site de Vivendi qui a rendu l’âme, le groupe français ayant préféré fermer ses serveurs en attendant de les sécuriser. Cette nuit, c’était au tour du site du ministère français de la défense d’être rendu inaccessible. Le ministère nous a confirmé qu’il s’agissait bien d’une attaque initiée par Anonymous. Le site a été rendu de nouveau accessible aux alentours de midi.

Le mode opératoire est donc toujours le même : surcharger un serveur de requêtes pour qu’il soit incapable de répondre (lire notre article sur les attaques par déni de service). Les activistes d’Anonymous peuvent en effet s’appuyer sur les internautes qui se sentent solidaires avec la cause défendue. Les sympathisants décident volontairement de rentrer dans le réseau d’attaque, simplement en installant un logiciel, Loic (pour Low Orbit Ion Cannon, référence à l’Empire contre-attaque). Et, en activant l’option « Esprit de ruche » (« Hive Mind »), ils autorisent le logiciel à suivre des instructions diffusées de manière centralisée sur un canal IRC (système utilisé couramment pour les discussions en temps réel sur Internet). Le lanceur d’ordre ne connaît donc pas le nombre d’ordinateurs impliqués, mais l’effet peut être dévastateur si la cause est fédératrice.

Ce fut le cas, on s’en souvient, en décembre 2010 avec Wikileaks, et c’est bien parti pour recommencer sur la durée avec la série d’attaques regroupée sous le nom #opmegaupload. L’opération a débuté dès l’annonce de la fermeture du site de Direct Download jeudi soir. Et la liste des sites attaqués ne cesse de s’allonger. D’après le site Cyberlaw Information, qui tient la liste à jour, le site de paiement en ligne des amendes, www.amendes.gouv.fr, aurait lui aussi été victime d’une attaque aujourd’hui. Par ailleurs, une opération de grande ampleur a eu lieu au Brésil, rendant inaccessible une centaine de sites gouvernementaux.

Les sites français attaqués jusqu’ici, toujours d’après Cyberlaw Information :

- http://www.sacem.fr/
- http://www.justice.gouv.fr/
- http://www.universalmusic.fr/
- http://hadopi.fr/
- http://www.elysee.fr/
- http://www.vivendi.fr
- http://warberbros.fr/
- http://www.vivendi.com
- http://defense.gouv.fr/
- http://www.amendes.gouv.fr/

Et les principaux sites internationaux :

- http://www.fbi.gov/
- http://www.justice.gov/
- http://mpaa.org/
- http://riaa.org/
- http://www.bmi.com/
- http://www.wmg.com/
- http://www.universalmusic.com/
- http://www.whitehouse.gov/
- http://www.copyright.gov/
- http://www.mastercard.com.br
- http://www.visa.com.br
- http://shop.mgm.com/
- http://www.sony.co.uk/
- http://www.sonymusic.com/
- http://www.cbs.com/ (hacked)
- http://premier.gov.pl/ (DOWN 6:44PM GMT)
- http://www.europarl.europa.eu/

Mise à jour 18h25 : Le site de l’hebdomadaire l’Express a semble-t-il lui aussi été victime d’une attaque en déni de service. Elle ferait suite à une chronique du directeur de la rédaction Christophe Barbier sur iTélé à propos des opérations actuelle d’Anonymous.

 

Source : Libération

Publié dans écrans

Commenter cet article