Anti-THT : la solidarité face à la répression, agenda

Publié le par dan29000

Depuis plusieurs mois, la répression contre les personnes impliquées dans
la lutte contre la ligne Très Haute Tension (THT) Contentin-Maine a très
fortement augmenté. Ces lignes THT, imposées aux populations locales, sont
dangereuses sur le plan sanitaire et ne servent que les intérêts privés
liés à l’industrie nucléaire. Cette lutte a pris son essor dès le début du
projet, et a connu une nouvelle accélération après le blocage du train de
déchets nucléaires Castor et le début des travaux, en novembre 2011.

Elle s’est ensuite notamment développée autour du Chefresne (50), village
concerné par la ligne THT et opposé au projet, tant du côté de la mairie
que de la population, contre la ligne THT et pour l’arrêt immédiat du
nucléaire. L’assemblée générale du Chefresne constituée, de nombreuses
actions publiques ont été organisées (déboulonnages de pylônes, occupation
de chantiers etc), afin d’enrayer les chantiers de construction menés par
RTE (Réseau de Transport de l’Electricité, filiale d’EDF). L’Etat
nucléocrate, marchant main dans la main avec RTE, a décidé d’utiliser une
fois de plus la répression pour enrayer cette lutte, arrêtant des
militant-e-s, en convoquant d’autres, et en passant certain-e-s en procès.

Tout dernièrement, un week-end anti-THT a été organisé à côté du
Chefresne, du 22 au 24 juin, afin d’organiser des débats et des réflexions
notamment sur la lutte anti-nucléaire, clôturé par une action publique
contre les lignes THT. Mais 600 gendarmes ont attendu les 500
participant-e-s, dont les ordres étaient bien plus de blesser (25
blessé-e-s) que de s’interposer (un interpelé qui passe en procès).

L‘Etat et RTE préfèrent ainsi réprimer et tenter de museler une
contestation légitime. Les forces aux ordres de RTE en sont à chercher le
moindre prétexte. Ainsi, le 2 juin 2012 à Saint Pierre des Landes (53),
après avoir blessé un militant, ils en profitent pour le poursuivre au
motif de rébellion ; au même endroit, il est reproché à un militant
d’avoir garé son véhicule trop près d’une gendarme… Une infraction
tellement évidente qu’il fut interpellé 6 jours après les faits, une fois
RTE, la préfète et les gendarmes poursuivis pour leurs exactions… Enfin,
ayant préféré blesser qu’interpeller le 24 juin, les autorités tentent de
charger au maximum la seule personne à leur disposition, allant jusqu’à
lui reprocher l’entorse au doigt et les contusions à la main des deux
gendarmes “blessés”, bien qu’il ne corresponde pas à la description de la
personne mise en cause par eux. Plusieurs procès sont à venir (un est déjà
passé).
A chaque fois, nous appelons à un rassemblement de soutien devant le
tribunal.

La répression ne nous fera pas plier !
Arrêt immédiat du nucléaire et de ses pylônes THT !


AGENDA ANTI-REPRESSION :

6 août 2012 : 14h, tribunal de Coutances
Procès de l’interpellé du 24 juin à Montabot.

21 août : Tribunal de Coutances,verdict du procès du 19 juin.

23 août : 14h, tribunal de Laval
Procès du militant blessé puis interpellé le 2 juin à Saint Pierre des
Landes.

23 novembre : 9h, tribunal de Laval
Procès du militant arrêté le 10 juillet pour des faits remontant au 4
juillet.

9 octobre : Procès à Cherbourg de 3 personnes suite aux actions menées
près de Valognes le 23 novembre 2011.


Pour aider et/ou participer :
- Venir aux rassemblements et actions…
- Faire un don par chèque (avec mention THT au dos) à l'APSAJ :
Association Pour la Solidarité et l’Aide Juridique :
6 cours des alliés, 35000 Rennes.



Anti-répression de la lutte anti-THT
tél : 07.53.36.62.48
Mail :antirep-tht arobase riseup point net.

Plus d’infos sur : www.stop-tht.org ou antitht.noblogs.org


AGENDA ANTI-THT :

1 et 2 Sept. 2012: Assemblée Générale au Chefresne, au bois (occupé) de la
Bévinière.

29 Septembre : Rassemblement anti-THT et anti-nucléaire à Avranches


SOURCE / ANTIREP-THT

Publié dans environnement

Commenter cet article