Apiculteurs en colère contre l'insecticide-fléau Cruiser

Publié le par dan29000

 

Abeilles : les apiculteurs « ont la trouille » de l'insecticide Cruiser

Spectaculaire transhumance d'abeilles. Elles ont débarqué mardi de leur campagne, et ont accosté les quais de la Seine, héroïnes de la manifestation des apiculteurs en colère.

Quai Saint-Bernard, dans une odeur de lavande, les apiculteurs piqués de colère sont venus demander « l'asile écologique » : en danger dans la nature, les abeilles cherchent refuge en ville.

L'autorisation d'utiliser l'insecticide Cruiser sur les cultures de colza, depuis juin dernier, est la menace de trop pour les abeilles selon les apiculteurs.

Ce happening en jaune et noir avait quelque chose d'insolite. En tenue de travail, les apiculteurs sont allés déposer les ruches au Jardin des
Plantes, dans le Ve arrondissement de Paris.


Selon la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAP), les abeilles sont en danger de mort. Deux constats :

  • un accroissement de la mortalité des abeilles depuis 1994, allant jusqu'à 30% du cheptel en hiver ;
  • une baisse de la production de plus de 50% en quinze ans.

En cause, l'utilisation de plus en plus systématique d'insecticides et de pesticides, comme l'expliquait le documentaire « La Disparition des abeilles, la fin d'un mystère ».


« Le même système que le Mediator »

Le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire vient d'étendre l'autorisation du Cruiser aux cultures de colza alors qu'en février, le Conseil d'Etat avait annulé des autorisations pour le Cruiser sur les cultures de maïs.

Une étude de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) a conclu qu'il n'y avait pas de risques pour l'environnement. Faux clament les militants pour qui les tests réalisés ne sont « pas suffisants ». Nicolas Guintini, apiculteur et administrateur à la FFAP, fulmine :

« On sait que c'est toxique mais on l'utilise quand même. Et sur le même système que le Mediator, il y a quelque chose d'opaque, un conflit d'intérêts autour des décisions prises. »

En Italie, le Cruiser est interdit depuis trois ans, et selon les apiculteurs en colère, les abeilles se portent déjà mieux. Il est trop tôt en France pour évaluer les conséquences de l'insecticide, fraîchement autorisé. Nicole Russier, apicultrice en Ariège, hausse les épaules :

« On verra au printemps prochain, au moment de la récolte du miel, mais on a la trouille. »

Publié dans environnement

Commenter cet article