Après la mort d'un jeune gitan abattu par un gendarme, non au racisme anti-tsigane

Publié le par dan29000

Non au racisme anti-tsigane !

L'annonce par le chef de l'Etat d'une réunion sur les "problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Rroms", réunion qui « décidera les expulsions de tous les campements en situation irrégulière", vient en plein scandale Bettencourt et en pleine chute de la popularité du président de la République et du gouvernement. La communication officielle, point fort de la politique actuelle, cherche une fois de plus à détourner l'opinion publique des graves problèmes au plus haut niveau de l'Etat en désignant les boucs émissaires de toujours : les tsiganes. 
Prenant prétexte dans des violences commises par les proches de Luigi Duquenet, suite à la mort de ce jeune gitan abattu par un gendarme le 16 juillet, le gouvernement semble souhaiter mettre en place une politique encore plus systématique de répression, de sorte à casser la vérité sur la mort de Luigi et à diaboliser ceux qui sont les premières victimes du racisme en France : les tsiganes, qui sont Français pour plus de 95% d?entre eux. La constitution de fait d'un ministère des affaires tsiganes, dont le titulaire est Nicolas Sarkozy rappelle de fâcheux souvenirs. Le gouvernement français fait peu de cas des nombreuses condamnations et recommandations(1) des instances européennes, notamment celles du Conseil de l'Europe, portant sur tout l'éventail des discriminations anti-tsiganes en France (2) . Ces dernières identifiées depuis des années par la HALDE n'ont toujours pas été prises en considération par le gouvernement (voir rapport annuel de la HALDE 2009).

Les associations signataires demandent la vérité sur la mort de Luigi et appellent la France à rompre avec le racisme d'Etat qui la met au ban de l'Europe. 

UFAT (L'Union Française des Associations Tsiganes), La voix des Rroms, Centre Culturel Gitan, France-Liberté-Voyage, l'ANGVC (Association Nationale des Gens du Voyage Catholiques), Association des Gitans du Languedoc-Roussillon, La Casa d'Espagne, Samudaripen, AMIDT (Association pour la mémoire de l'internement et de la déportation des tsiganes), Fédération des Femmes kalé, manouches, rromane et sinté au lobby européen des femmes, Rromani Baxt, Centre de recherche et d?action sur toutes les formes de racisme, Mouvement Intellectuel Tsigane 

Contacts presse :

Milo Delage (UFAT) - 06 31 45 24 92
Alice Januel (ANGVC) 06 20 67 62 90
Henri Braun (avocat)  06 63 71 38 10


[1] Entre autres http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/socialcharter/default_FR.asp

[2] Une résolution est adoptée par le Comité des Ministres dans l'affaire Centre européen des Droits des Roms c. France - Suite à la décision sur le bien-fondé rendue par le Comité européen des Droits sociaux dans la réclamation n° 51/2008, où il a été conclu que la France ne respecte pas le droit au logement des gens du voyage, le Comité des Ministres a adopté la Résolution Res/CM/ChS(2010)5 le 30 juin 2010. Le Comité des Ministres prend note de la déclaration du Gouvernement s'engageant à mettre la situation en conformité avec la Charte révisée. Toutes les pièces relatives à cette réclamation peuvent être consultées sur la page web des Réclamations Collectives.

 

Source : LA VOIX DES RROMS.ORG 

Publié dans actualités

Commenter cet article