Arte : "Bruxelles business" et "Dans l'antichambre du pouvoir", les lobbys de l'Europe

Publié le par dan29000

mardi 12 février 2013

20:50

Le bal des lobbyistes

A Bruxelles, il y a environ 15.000 lobbyistes qui espèrent influencer les politiques européennes en leur faveur. D'autre part, des militants luttant pour une plus grande transparence dans la politique européenne. ARTE présente le documentaire "The Brussels Business - Qui contrôle réellement l'Union européenne" et le documentaire "Dans les coulisses du pouvoir."

 


20:50

Bruxelles business

Mais qui contrôle vraiment l'Europe ?

mardi, 12 février 2013 à 20:50

Rediffusions :
24.02.2013 à 01:35
Bruxelles business
(Belgique, Autriche, 2011, 74mn)
ZDF
Réalisateur: Friedrich Moser, Matthieu Lietaert

Stéréo 16 / 9 HD natif

Comment, à Bruxelles, les lobbys financiers et industriels influencent les décisions européennes. Une enquête instructive au coeur de réseaux d'influences qui mettent en jeu le principe même de notre démocratie.

Aux abords des institutions européennes, il existe pas moins de 2 500 structures de groupes de pressions et plus de 15 000 lobbyistes. Ce qui fait de Bruxelles le deuxième pôle de lobbying après Washington ! Cette enquête propose de pénétrer dans les coulisses, souvent obscures, de la Commission européenne, là où se décident, se peaufinent et s'amendent des lois qui touchent directement les citoyens de l'Union. Un système législatif complexe et fragile que les industriels et les multinationales ont appris à manipuler et influencer via des représentants au carnet d'adresses bien rempli, experts en techniques de persuasion.

L'Europe sous influence
Pour mieux comprendre ces réseaux secrets d'influences, les réalisateurs ont rencontré notamment deux d'entre eux : Pascal Keineis représente à lui seul quarante multinationales dans le secteur des services, des banques et des assurances et du tourisme, soit 50 % du PNB de l'UE. À son opposé, le jeune activiste Olivier Hoedeman a créé il y a vingt ans un observatoire pour cerner l'influence de l'industrie sur les décisions de Bruxelles. Au début de ses recherches, il avait notamment découvert l'existence de l'ERT, groupe de pression réunissant les plus gros industriels européens, qui aurait influencé directement la création du marché unique en 1993 et ses modalités très libérales. Documents à l'appui, il a révélé ses informations dans un livre mais aucun média ne les a relayées ! Seul le vice-président estonien de la commission Siim Kallas a répondu en 2004 à son appel : il lancera le très controversé registre des lobbys, finalement ouvert uniquement... sur la base de la participation volontaire. La transparence est donc loin d'être de mise, surtout quand on constate que le comité nommé pour réguler les marchés financiers après la crise de 2008 est composé de prétendus sages en lien, pour la plupart, avec les banques.

 

 

 

 

 

mardi 12 février 2013



22:05

Dans l'antichambre du pouvoir

Rencontres rares avec des lobbyistes allemands et français qui oeuvrent dans les coulisses des parlements.

mardi, 12 février 2013 à 22:05

Rediffusions :
24.02.2013 à 02:50
Dans l'antichambre du pouvoir
(Allemagne, France, 2011, 27mn)
ZDF
Réalisateur: Henno Osberghaus, Anna Grün

Stéréo 16 / 9 HD natif

Rencontres rares avec des lobbyistes allemands et français qui oeuvrent dans les coulisses des parlements.

Ils représentent des fédérations ou des entreprises ou exercent comme consultants indépendants en charge d'un portefeuille de plusieurs clients dont ils défendent les intérêts auprès des décideurs politiques. La journaliste Anna Grün a pu accompagner exceptionnellement quelques-uns d'entre eux, notamment Corinne Fabre, une pointure du lobbying à Paris, et Karl Jurka, consultant allemand qui, pour 650 euros de l'heure, déploie tous ses talents et contacts pour influencer les décisions du parlement allemand notamment lors de rendez-vous discrets dans le très select China club... Leur objectif : donner la bonne information à la bonne personne. Si l'avis des acteurs du monde financier et industriel évite d'être coupé de la réalité d'un pays, la manière dont il pèse sur les décisions manque cruellement de transparence selon la députée PS française Catherine Lemorton. La faute selon elle au désengagement de l'État dans les expertises publiques désormais laissées aux seuls consultants extérieurs. À tel point que souvent les intérêts privés priment sur l'intérêt général, à l'instar de la loi sur le prix du médicament votée en Allemagne : le bénéfice thérapeutique qui conditionne le remboursement sera évalué non par un comité indépendant, comme proposé en première instance, mais par le ministère, plus facile à influencer. Un amendement directement proposé par l'industrie pharmaceutique et repris tel quel par le Parlement.

 

 

 

SOURCE / ARTE

Publié dans écrans

Commenter cet article