Arte : Cleveland contre Wall Street, un documentaire de Stéphane Bron

Publié le par dan29000

mercredi 20 février 2013

 


22:20

Cleveland contre Wall Street


Cleveland à l'heure de la crise des subprimes...

ARTE France / © Christopher First

mercredi, 20 février 2013 à 22:20

 

 


Rediffusions :


23.02.2013 à 02:05
28.02.2013 à 13:55
Cleveland contre Wall Street
(Suisse, France, 2010, 94mn)
ARTE F


Réalisateur: Jean-Stéphane Bron

 

    

Cleveland à l'heure de la crise des subprimes : poursuivie par les huissiers, victime d'expulsions massives, la population réclame justice et intente un procès aux banquiers de Wall Street. Un plaidoyer implacable.

 



Des dizaines de milliers de familles expulsées de leur maison, des saisies immobilières vidant certains quartiers de leurs habitants... : à Cleveland, aux États-Unis, la crise des subprimes frappe la population de plein fouet. Convaincus que les banques de Wall Street sont responsables du désastre, les habitants expulsés multiplient les actions directes devant leurs sièges et s'organisent pour se faire entendre. Soutenus par la mairie de Cleveland, ils confient leurs dossiers à un cabinet d'avocats qui souhaite ouvrir un procès pour leur obtenir réparation. Le 11 janvier 2008, Josh Cohen et ses associés assignent en justice les vingt-et-une banques de Wall Street qu'ils jugent responsables des saisies immobilières qui dévastent leur ville. Mais les banquiers mis en cause s'opposent par tous les moyens à l'ouverture d'une procédure et font traîner l'affaire... L'équipe de réalisation du film, qui suivait déjà depuis plusieurs mois des familles d'expulsés, décide alors de mettre elle-même en scène un procès avec de vrais avocats, de vrais juges, de vrais témoins et un jury populaire. Cleveland contre Wall Street raconte l'histoire de ce "procès de cinéma", dont les faits, les protagonistes et les témoignages sont bien réels.


 

La vérité dans le prétoire



Malgré l'absence à la barre des banquiers visés par l'accusation, la mise en scène de ce procès qui aurait dû avoir lieu est doublement instructive : en expliquant clairement aux spectateurs l'engrenage des crédits exorbitants et les raisons du scandale des subprimes, il fait oeuvre de pédagogie ; en donnant la parole aux victimes des expulsions (choisies parmi les quelques 20 000 familles qui se retrouvaient à la rue en 2008), il redonne tout son sens à l'idée de démocratie mise à mal par l'iniquité du capitalisme libéral. Avec émotion et suspens à la clé, cette fiction documentaire parfaitement orchestrée s'inscrit ni plus ni moins dans la lignée des grands films de prétoire qui cherchent à établir la vérité, rien que la vérité.

 

 

 

SOURCE / ARTE

 

 

Publié dans écrans

Commenter cet article