Arte : "Le système Octogon", de Jean-Michel Meurice enfin diffusé le 1er juin

Publié le par dan29000

 

 

« Le Système Octogon » : Arte, la censure et le trésor des nazis

De Konrad Adenauer à Helmut Kohl, la CDU, parti chrétien-démocrate majoritaire dans l'Allemagne d'après-guerre, aurait bénéficié de financements occultes provenant du trésor caché des nazis. Le 1er juin, Arte diffusera « Le Système Octogon », documentaire signé Jean-Michel Meurice qui − censure oblige − dormait depuis trois ans sur les étagères poussiéreuses de la chaîne franco-allemande.

L'affaire remonte à 2007. Cette année-là, Jean-Michel Meurice soumet à Arte son projet. Aux côtés du réalisateur, les deux journalistes d'investigation Fabrizio Calvi et Franck Garbely y étayent la thèse selon laquelle l'Union chrétienne démocrate (CDU), parti de Konrad Adenauer, aurait bénéficié du système de financements occultes mis en place par les nazis.

Blanchi en Suisse, l'argent des nazis revient pour financer la CDU

Ce système reposant sur une société écran du nom d'Octogon, et dont le fonctionnement est raconté par le menu dans le documentaire, comme on peut le voir dans l'extrait repris par Telerama.fr :

« Le processus de lavage d'argent était tout simple. L'entreprise donne de l'argent, qui est transféré par des voies détournées en Suisse.

Là, officiellement, il est dépensé dans un but d'intérêt général inventé de toutes pièces, 10% sont soustraits au passage et le reste est récupéré par les trésoriers du parti conservateur ». (Voir la bande annonce du docu, passé sur la télé belge RTBF)


Le sujet est délicat mais porté par un collaborateur de longue date, et la chaîne valide le projet sans plus d'hésitation.

« Ils m'ont demandé une foule de corrections que j'ai refusées »

Le documentaire est donc tourné, programmé pour septembre 2008, puis… déprogrammé. Jean-Michel Meurice, qui n'a pas eu droit à la moindre explication, tombe des nues :

« Tout ça s'est fait dans le non-dit, comme si on pouvait poser le documentaire sur une étagère et l'étouffer. Mais on n'est pas dans un système soviétique. »

Le silence dure, Jean-Michel Meurice finit par comprendre que c'est la branche allemande de la chaîne qui bloque
la diffusion. « Le Système Octogon » dérange, les historiens allemands montent au créneau. C'est le début d'une (très) longue période de négociations. Jean-Michel Meurice se souvient :

« Un envoyé du siège strasbourgeois venait régulièrement me voir pour me dire que l'on pourrait couper ci ou couper ça, ou bien mettre un carton [un texte affiché à l'écran, ndlr] disant que tout ça est faux, enfin des choses qui étaient inacceptables, une foule de corrections que j'ai toujours refusées. »

« Une thèse contrebattue par les études réalisées depuis »

Pendant ce temps, Arte justifie cette déprogrammation comme elle peut. Invité, le 8 février, à une projection-débat organisée par la Scam, Victor Rocaries, directeur de la gestion d'Arte France, prend la parole :

« Il n'est pas acceptable que le nom d'Arte soit associé à un acte de censure. Nous ne l'avons jamais fait et nous avons toujours au contraire favorisé le documentaire d'investigation.

Pourtant, cette fois, c'est vrai, nous avons décidé de ne pas diffuser ce film.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il nous est apparu que la thèse véhiculée par le film − en gros, que l'argent nazi, caché en Suisse et au Liechtenstein, a permis de financer les campagnes de la CDU et des autres partis politiques allemands − nous paraît contrebattue par les études historiques réalisées depuis […].

Il n'est pas pour nous possible de dire en Allemagne que le financement des partis politiques allemands de l'après-guerre a été le fait des trésors cachés des nazis. Voilà pourquoi nous avons décidé de ne pas diffuser ce film. »

Il aura finalement fallu attendre mars 2011, et l'arrivée de Véronique Cayla à la tête de la branche française de la chaîne, pour que « Le Système Octogon » réapparaisse dans les grilles de diffusion. De quoi augmenter l'animosité de Jean-Michel Meurice à l'égard de l'ancien président d'Arte France :

« Jérôme Clément n'a pas voulu s'occuper sérieusement de cette affaire embêtante. Ce n'est pas un homme connu pour son grand courage, donc il a préféré laisser ça sous le tapis. J'en avais parlé, je lui ai réécrit à plusieurs reprises, mais il ne répondait plus. »

Les accusations contre Helmut Kohl finalement supprimées

Une issue favorable, ou presque. Car − la diffusion a un prix − c'est une version expurgée du « Système Octogon » que découvriront les téléspectateurs français et allemands le 1er juin. En effet, dans sa version originale, le documentaire faisait le rapprochement entre le financement, dans l'immédiat après-guerre, de la CDU d'Adenauer par l'argent nazi et l'affaire des caisses noires de Kohl.

Le commentaire expliquait :

« Helmut Kohl est maintenant au sommet de la CDU […] les méthodes de financement n'ont pas changé et continuent grâce au système construit trente-cinq ans plus tôt. »

« On a reconduit l'ancien système avec de nouveaux protagonistes, de nouveaux trésoriers, une nouvelle banque, mais les donateurs étaient toujours les mêmes […] il n'y avait que le trésoriers, les acteurs, les personnes qui récoltaient les fonds, il n'y avait que ça qui changeait. »

Rajoutée à la demande de la chaîne qui voulait « actualiser » le propos du film, cette partie sur l'implication du chancelier de l'Allemagne réunifiée dans cette affaire ne figurera pas dans la version finale du documentaire.

En tout, c'est près d'une dizaine de minutes de film qui auront été coupées, et ce sur les conseils du grand historien Marc Ferro :

« Arte m'a demandé ce que j'en pensais. J'ai donné un avis favorable quant au fond, mais critique quant aux imprudences de la réalisation : au lieu de s'arrêter à l'époque d'Adenauer, Jean-Michel Meurice a voulu montrer que les successeurs à la CDU avaient aussi utilisé cet argent.

J'ai donc dit que c'était un piège à procès. Ça me semblait de l'acharnement, donc j'ai recommandé que l'on coupe la fin et que l'on ne parle pas de Kohl. »

Conscient d'avoir fait « un amalgame qui pouvait laisser croire qu'il y avait eu une relation entre Kohl et l'argent nazi », Jean-Michel Meurice n'a pas contesté la coupe, déplorant « un manque de professionnalisme de la part d'Arte » bien plus que « l'acte de censure » en tant que tel.

« Le film lève le tabou sur l'intégrité du chancelier Adenauer »

Mais ce n'est pas simplement ces quelques minutes qu'avaient incriminé les historiens allemands. En effet, à en croire Marc Ferro, au-delà de Kohl, la façon dont le documentaire révèle les accointances de Konrad Adenauer avec les nazis a dérangé les spécialistes germaniques :

« Les historiens allemands ont sorti leurs épées en voyant qu'on s'en prenait à Adenauer […] Je pense que ils se soulevaient parce que le film lève un tabou, après Hitler et le nazisme, Adenauer c'était l'intégrité, la pureté. Entacher Adenauer, c'était entacher toute l'Allemagne. C'était un film sacrilège. »

Au travers de la figure emblématique d'Adenauer, premier chancelier de la République fédérale d'Allemagne, « Le Système Octogon » aborde frontalement le problème de la non-dénazification dans l'Allemagne d'après-guerre, comme le souligne Jean-Michel Meurice :

« Il n'y a jamais que dix-neuf personnes qui ont été condamnées à Nuremberg, alors qu'il y a des millions d'Allemands qui ont été derrière Hitler. Ce n'est pas seulement l'affaire de dix fanatiques. »

Ce qui dérange, c'est que sa thèse s'appuie sur « le fait qu'Adenauer ait reconstruit l'Allemagne de l'Ouest avec essentiellement des nazis, et en faisant feu de tout bois avec la corruption », dit le réalisateur :

« Toute la structure administrative de l'Allemagne nazie a continué de fonctionner après la guerre » : selon lui, c'est ce que les historiens allemands – eux aussi victimes d'un héritage trop lourd à porter – se refusent à entendre.

L'existence d'une réunion sur Octogon en 1944 contestée

Ces derniers nient ainsi en bloc certains éléments clés du documentaire comme, par exemple, l'existence de la fameuse réunion de Strasbourg durant laquelle aurait été mis en place, à l'été 1944, le système Octogon.

Ce à quoi Jean-Michel Meurice répond :

« Ils disent que la fameuse réunion de 44 n'a pas existé ? Mais nous, on a des documents très sérieux alors il faut voir quels documents ils ont. On a un rapport écrit par l'un des participants, qui était un agent secret travaillant pour les services français. C'est la note que l'on retrouve dans les archives américaines. »

Le 1er juin, la diffusion du documentaire sera suivi d'un débat au cours duquel les pros et antis « Système Octogon » pourront s'expliquer. Débat auquel Jean-Michel Meurice ne participera pas. Mais qu'importe, le réalisateur est sûr de lui :

« Tout est vrai, c'est de l'investigation rigoureuse, toutes les sources sont vérifiées, croisées, il y a toute la rigueur du journalisme d'investigation. L'histoire, c'est l'histoire et je n'invente rien. »

Publié dans écrans

Commenter cet article

Mitsuko 29/05/2011 16:54



Bonjour Dan,


Si l'article "Le système Octogon" est vrai, il faut le montrer car ceux qui ont travaillé pour que ce documentaire passe sur Arte auront alors fait un
travail formidable ...


Si ce qu'on lit sur cet article est la réalité, il est grand temps de le partager avec tout le monde ...


Bon dimanche à toi, Dan. Bises.


SuperNana



dan29000 29/05/2011 18:18



Oui, une date  à retenir cette semaine sur arte...