Arte : Les Molex, des gens debout, documentaire de José Alcala

Publié le par dan29000

 

 

 

Vendredi 28 janvier 2011 à 23.00

Les Molex des gens debout, un documentaire de José Alcala

 

L'usine Molex de Villemur-sur-Tarn
zoom

L'usine Molex de Villemur-sur-Tarn

Les Molex, des gens debout


Le 23 octobre 2008, alors que l’usine de connectique automobile Molex, située à Villemur-sur-Tarn (près de Toulouse), affiche 1,2 millions d’€ de bénéfices, la direction informe le Comité d’Entreprise de la fermeture du site.

Le 6 novembre 2008, plus de 4000 personnes manifestent silencieusement dans les rues de Villemur-sur-Tarn pour protester contre un plan social aux mesures drastiques. Soutenus par la municipalité et les habitants des communes environnantes, les 283 employés de l’usine alertent les médias par tous les moyens possibles, provoquant très vite une mobilisation aux résonnances nationales.

La disparition annoncée de Molex n’est que le début d’une longue liste de fermeture de sites industriels jusqu’alors considérés comme performants en France et dans le monde. Dans les journaux, à la radio, à la télévision, on relate les aventures de ces ouvriers qui refusent de regarder partir leur outil de travail sans broncher. Car c’est la principale particularité de la lutte des Molex : ils refusent d’entendre parler de prime de licenciement ou de reconversion, ils ne souhaitent pas d’argent. Ils désirent seulement travailler. Ils vivent la fermeture de l’usine comme une spoliation.

Les Molex décident de se battre. Désormais, pour se défendre, ils vont se servir de la justice, de leurs droits fondamentaux de travailleurs Le 31 décembre 2008, armé d’une caméra, le réalisateur José Alcala prend la route de Villemur-sur-Tarn. À l’orée de cette nouvelle année, il lui semble brutalement inconcevable de ne pas se rendre auprès de ces ouvriers en résistance.


Fiche technique
Réalisation José Alcala - Montage Pascale Chavance - Image et son José Alcala - Montage son et mixage Nathalie Vidal - Etalonnage Raphaël Thibault
Coproduction : ADR Productions
Producteur : Pascal Verroust - TLT –Toulouse Télévision
Directeur Général : Franck Demay - .
Responsable Programmation Antenne : Eric Debève
Avec la participation de ARTE France - Unité de Programme Découverte et Connaissance : Hélène Coldefy - Chargée de programmes : Christine Reisen
Avec le soutien de La Région Midi-Pyrénées et du Centre National de la Cinématographie

 

Les Molex, des gens debout
vendredi, 28 janvier 2011 à 23:05
Rediffusion vendredi 4 février à 10H45
(France, 2010, 88mn)
ARTE F

 

Pourquoi ce film ?

Le projet est né à l’été 2008 dans un contexte économique où, quotidiennement, les médias évoquaient la crise économique, la refondation du capitalisme, l’effondrement du système financier et alors que les « Conti », les « New Fabris », les « Caterpillar »… commençaient à se faire bruyamment entendre. Notre idée n’était pas de filmer un conflit, mais plutôt d’apporter un regard sur la mutation à laquelle on assistait : le retour du politique dans l’économie. …Au-delà de ces mots, il y avait une réalité à filmer.

 

Ce qui nous a touchés chez Molex, ce sont ces salariés qui n’étaient pas en grève mais postés jours et nuits devant l’usine pour protéger leur outils de travail. Nous avons tous en mémoire le visage, aujourd’hui disparu, de l’ouvrier des années 70, avec ses revendications fortes. Devant nos yeux à Villemur-sur-Tarn, aux pieds des grilles de l’usine, un nouveau visage est apparu.

Nous avons découvert des salariés devenus de véritables experts de la situation économique et financière, tenant un discours parfaitement construit sur l’état du monde. L’emprise de la bourse, les fonds de pension, les actionnaires à renflouer, la circulation mondiale de l’argent… Ils ont tout à fait saisi les raisons purement spéculatives pour lesquelles on fait fermer leur usine alors qu’elle affiche de beaux bénéfices. Dans les années 70, la classe ouvrière voulait renverser le système. Celle d’aujourd’hui cherche à saisir le système. « On ne comprend pas », disent les Molex, eux qui avaient l’impression d’avoir mené un parcours modèle, en quête de sens.

Ils ont également à souffrir d’un Etat, partie prenante, qui accompagne le désastre, d’une justice bafouée dans laquelle ils n’ont jamais cessé de croire, d’un droit social conspué, de la schizophrénie entre ce que dit l’Etat et la réalité sur le terrain…

Entend-on encore la parole aujourd’hui ? De nos jours on n’écoute plus le discours porté dans un cadre syndical, ce n’est juste qu’un syndicaliste qui parle. En revanche, s’il y a une revendication posée violemment, comme dans le cas des « Conti », les pouvoirs répondent. Non pas pour accéder aux demandes, mais pour faire cesser les images de violence.
Les Molex, eux, ne voulaient pas s’armer de brutalité pour justement faire entendre leur seule parole.
 
José Alcala, réalisateur
Pascal Verroust, producteur

Pour aller plus loin :

Association Solidarité Molex : molex.solidarite@sfr.fr
Blog citoyen «Un oeil sur Villemur», tenu par les habitants de la ville.
Source : ARTE

 

Publié dans écrans

Commenter cet article