Arte : Les Yes Men refont le monde, de Bichlbaum et Bonanno

Publié le par dan29000

23:00

Les Yes Men refont le monde

Comment les Yes Men, guérilleros cravatés de la com', ridiculisent le néolibéralisme avec ses propres armes.

vendredi, 2 décembre 2011 à 23:00

Rediffusions :
09.12.2011 à 03:20
15.12.2011 à 10:00
Les Yes Men refont le monde
(France, 2009, 84mn)
ARTE F
Réalisateur: Andy Bichlbaum, Mike Bonanno

   

Comment les Yes Men, guérilleros cravatés de la com', ridiculisent le néolibéralisme avec ses propres armes. Désopilant et dévastateur, un manuel de survie en temps de crise.


Ce 3 décembre 2004, vingt ans après la catastrophe industrielle de Bhopal, en Inde, qui a causé plus de 18 000 morts, c'est la stupeur à Wall Street. En direct sur BBC World, un porte-parole de la société Dow Chemicals, répondant au nom étrange de Jude Finisterra, annonce que la firme, assumant enfin les responsabilités de sa filiale Union Carbide, va indemniser ses victimes indiennes à hauteur de 12 milliards de dollars. "C'est la première fois dans l'histoire, souligne-t-il, qu'une société cotée en Bourse (...) adopte une mesure contraire à ses intérêts tout simplement parce qu'elle est juste." En effet. Les actions de Dow dégringolent immédiatement, jusqu'au démenti embarrassé de l'entreprise, quelques heures plus tard, contrainte de clamer à la face du monde son indifférence totale pour les 100 000 malades et le site contaminé. Les Yes Men, autrement dit les "béni-oui-oui", ont encore frappé. Et l'imposture de Jude (saint patron des causes perdues) Finisterra (comme "fin du monde"), en réalité Andy Bichlbaum, a mis la tragédie de Bhopal à la une. Les armes de ces guérilleros de la com', partis à l'assaut du néolibéralisme mondial ? Le costume trois-pièces et le plan médias, les mêmes que celles de leurs ennemis - du géant Halliburton, qui fait fructifier a guerre en Irak, aux promoteurs de La Nouvelle-Orléans, profitant de Katrina pour chasser les pauvres des quartiers historiques, avec la bénédiction des autorités. Pour sauver le monde, les Yes Men et leur cohorte d'avatars (Hanniford Schmidt, Orillo Hochmecks, Erastus Hamm, René Osmin, Northrop Goody...) ont du pain sur la planche.

Contre-pouvoir du power point
Grosse ambition mais petit budget, les Yes Men, redresseurs de torts planétaires, élèvent le bidonnage au niveau du grand art pour tendre un miroir déformant au capitalisme en folie. Avec une déconcertante facilité (celle-là même, assurent-ils, qui permet aux multinationales de vendre aux rédactions leurs énormes mensonges), ils se font inviter dans les symposiums et salons internationaux pour vanter le profit à tout prix à coups de Power Point délirants. Malicieusement mise en scène, leur croisade potache pour réveiller les consciences et faire tomber les masques prend à la lumière de la crise une résonance salvatrice.

 

 

======================================

 

Qui sont les Yes Men ?

Imposteurs ? Hackers pervers et frimeurs cruels ? Andy et Mike sont certainement des professionnels du canular. Militants d'un nouveau genre, ils dénoncent le néolibéralisme avec sarcasme et férocité.

Les Yes Men préparent une nouvelle action.
zoom
Les origines

 

  • Andy Bichlbaum

    En 1996, il travaille pour Maxim, une société californienne de création de jeux vidéos, qui a produit The Sims. Avant le lancement du jeu Simcopter, il insert un bug : deux hommes en maillot de bain sortent d’une piscine pour s’embrasser. La société n’apprécie pas. Pour Andy, ce n’est que le début d’une longue "carrière".

 

  • Mike Bonanno

    Il est professeur au Rensselaer Polytechnic Institute de New York. Artiste et culture jammer, il est le créateur du Barbie Liberation Organization. L'objectif: inverser les voix des Barbie et des G.I Joe. Les soldats machos se retrouvent donc à crier Let’s go shopping. Les petites blondes en plastique Vengeance is mine!


Du maillot moulant doré au Survivaballs



Pour ridiculiser le libéralisme, les Yes Men sont prêts à tout. En 2001, ils créent un faux site Internet de l' OMC (Organisation mondiale du commerce).
Selon Naomi Klein, l’auteur de No Logo, les Yes Men se situent dans l’ordre du «génie».
Ils se font passer pour des représentants de l'organisation et lors de la conférence Les Textiles du futur, en Finlande, Andy se présente sur scène en costume cravate.
Pour dénoncer les dérives du néolibéralisme et la convoitise des entreprises il joue, comme toujours, sur les registres de l'absurde. Il traite Gandhi d’«idiot protectionniste » et dénonce l’esclavage comme une perte de temps, une étape inutile avant l’exploitation des pays du tiers monde. Mais dans la salle tout le monde ne comprend pas l'ironie. Pour réveiller les invités les moins perspicaces, Andy enlève alors son costume pour se retrouver en maillot moulant doré avec un phallus gonflable géant.

Depuis, les Yes Men n’ont jamais arrêté leur activisme. Canular après canular, ils se sont fait passer pour des délégués de McDonald's, en proposant un modèle de développement économique pas très durable, de Dow Chemicals, l'entreprise responsable de la tragédie de Bhopal, et du United States Department of Housing and Urban Development, pour dénoncer la planification urbaine de la Nouvelle Orléans après le passage de l'ouragan Katrina.

Aujourd’hui, ils persistent à vouloir refaire le monde, en proposant à des assureurs américains les Survivaballs. Ce sont des costumes énormes censés protéger (les plus riches d'entre nous, car le Survivaball est cher) contre les attaques terroristes, les armes chimiques et les catastrophes naturelles. Un projet absurde, que les acheteurs ont pourtant pris au sérieux, alors que la vidéo est assez explicite !


SOURCE / ARTE

Publié dans écrans

Commenter cet article