Au coeur des Conti, un livre de photographies d'Aurélie Douay

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

 

conti-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis sa création notre site a souvent parlé de la longue lutte des salariés de l'usine Continental de Clairoix. Encore le mois dernier nous avons mis en ligne un article sur le film de Philippe Clatot "Les Conti, gonflés à bloc". En attendant un second documentaire qui devrait voir le jour prochainement, en ce début d'année, il s'agit ici d'un livre. Un livre de photographies. Ce qui est peu courant sur une lutte ouvrière, et c'est dommage.

 


 

La lutte des Conti fut et d'ailleurs demeure pour nous exemplaire. Exemplaire d'un mouvement de résistance quand le fabricant allemand de pneus annonça en mars 2009, la fermeture du site de Clairoix, dans l'Oise, prévu pour début 2010.

Sur ce site, 1120 employés, les Conti qui allaient faire la une des médias durant de longs mois. D'abord avec leur capacité à sortir du site, allant manifester de Paris à Hanovre ou Sarreguemines...Ce fut aussi l'image forte d'un syndicaliste, Xavier Mathieu qui, avec d'autres, sut prendre la parole, mener le combat avec le comité de lutte et rompre avec brio la mollesse endémique de la direction de la CGT. Les AG se multiplièrent durant des mois, les manifestations aussi, sans oublier les fêtes de soutien. Et le soutien fut large et constant pour cette lutte qui fera date dans l'histoire des luttes ouvrières contre les patrons voyous.

Le combat emblématique des Conti fut un combat du "Tous ensemble", il fut aussi un combat contre l'attentisme des directions syndicales, un attentisme qui est une constante depuis déjà bien des années en France face aux attaques répétées du Medef.

Le combat ne s'acheva qu'en juin 2010 avec un quasi acquittement pour les inculpés du saccage de la sous-préfecture de Compiègne.

 

Avant la préface signée par la photographe, une belle citation du grand philosophe indien Krishnamurti (1895-1986) :

 

"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

 

Une citation importante, bien choisie, donnant le ton aux photographies.


C'est donc la restitution de ce long combat qu'Aurélie Douay nous propose en photographies, en noir et blanc, un choix heureux qu'elle explique ci-dessous. Le livre s'ouvre sur la manifestation franco-allemande de Hanovre, de la gare aux rues de la ville où s'effectua la jonction nécessaire entre travailleurs français et allemands.

Suivent les photos de la fête du travail à Compiègne, des AG devant l'usine, de l'occupation du siège français de Continental à Sarreguemines, ou encore de la belle manif à Compiègne avec les salariés de Goodyear.

La qualité des photographies sont à la hauteur de la qualité de la lutte des Conti. Un beau témoignage qui restera, d'une lutte qui restera elle aussi.

 

Signalons enfin qu'Aurélie Douay, la photographe, a aussi écrit les textes du livre, fait la maquette, la conception graphique et la couverture.

Espérons que la diffusion sera à la hauteur de la réalisation.

 

Dan29000

 

Au coeur des Conti

Aurélie Douay

Edition du bout de la rue

2010 / 70 p / 15 euros

 

==========================


Le mot d'Aurélie Douay :

 

« Si j’ai choisi de détourner mon regard de la couleur, c’est parce qu’elle aurait effacé partiellement l’effervescence qui émanait des visages, l’atténuant par des couleurs trop vives. Hormis une attirance personnelle pour le noir et blanc, le sujet s’y prêtait à merveille.
La fermeture d’une usine, la colère, la fin d’une histoire, la tristesse, un petit côté historique...
Pour un instant, à travers mes photographies, j’ai souhaité mettre l’être humain au premier plan dans une société où il est trop souvent mis de côté au profit de stratégies motivées par l’appât du gain. L’honnêteté et le respect des autres sont aujourd’hui des vertus fragiles, seuls les lâches et les faibles les perdent de vue car ils n’ont pas assez de courage et de cœur. »

 

On peut découvrir le site de cet éditeur indépendant et commander le livre, ICI

Publié dans arts

Commenter cet article