Au commencement était la mer, un roman de Tomas Gonzalez pour Carnets Nord

Publié le par dan29000

 

 

 

commencement.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous poursuivons nos découvertes de premiers romans depuis septembre. Celui-ci est d'origine colombienne, paru en 1983. C'est la première traduction en français de Tomas Gonzalez par les soins de Delphine Valentin, pour Carnets Nord.

 

 

 

Quand on pense à la littérature colombienne, on pense aussitôt à l'immense Gabriel Garcia Marquez, ou encore aux très beaux romans d'Alvaro Mutis, mais de fait il existe d'autres romanciers. C'est l'enjeu de cette nouvelle édition des Belles étrangères (lire notre article). Parmi les douze écrivains invités, nous avons retenu Tomas Gonzalez.

 

 

Il n'est pas vraiment facile de changer de vie, de rompre avec les habitudes d'une vie, d'une vie citadine, celle de Medellin. C'est pourtant le projet, le désir de J. (dont nous ne saurons jamais le prénom).

Au tout début du premier chapitre, J. et sa compagne Elena partent, en bus, vers la mer. Le couple a décidé de se "retirer",  afin de mieux fuir les excès en tous genres des villes, afin d'effectuer une sorte de "retour aux racines de la vraie vie". Une belle idée  à la "Walden".

Après le voyage en bus, le voyage en bateau durant près de cinq heures, afin d'atteindre enfin cette île, terre promise isolée au sein de la mer.

Où une autre vie est possible ?

La maison, au pied d'une petite montagne, était grande et délabrée, pleine de poussières, de chauves-souris et de mulots, avec des fenêtres obstruées par des planches. Dehors une plage parsemée de rochers et de manguiers...

Peu à peu, le couple prend possession de la maison, sans eau courante, malgré une citerne en ciment défoncée à proximité. Détergents, insecticides et huile de coude parviennent à restituer à l'habitation un visage avenant, non sans mal.

La vie progressivement s'organise.

J. construit un lit à deux places afin d'en finir avec les lits de camp des premiers jours. Au fil du temps, le couple s'installe dans cette autre vie. Une fois par semaine, c'est une petite expédition afin de faire des courses. Une belle occasion pour l'auteur de nous décrire la forêt tropicale, une bananeraie ou encore un cimetière en bord de mer, envahi par la végétation.

Le style est simple, clair, évocateur, avec de brefs chapitres permettant au roman d'avancer sur un rythme soutenu.

Tout cela n'étant que le début du roman. Le couple va bientôt se trouver confronté aux petits problèmes du quotidien et à la nature qui ne s'avère pas toujours aussi clémente et hospitalière que prévu.

De multiples formes d'orages naissent alors. Dévoilant le couple.

Une belle réussite pour ce premier roman déjà lointain d'un auteur célébré en Colombie et qui est déjà connu en Allemagne et en Suisse.

Sa venue en France en novembre (voir les dates de sa tournée ci-dessous) va lui permettre obtenir un large lectorat vu la qualité de ce roman. On attend donc avec impatience la seconde traduction, puisque son éditeur Carnets Nord a décidé, à juste titre, de nous faire découvrir la totalité de son oeuvre.

Nous ne manquerons donc pas de vous reparler de Tomas Gonzales, et si vous avez la chance d'habiter dans une des villes ci-dessous, ne ratez pas le rendez-vous.

 

Dan29000

 

 

 

Au commencement était la mer

Tomas Gonzalez

Traduit de l'espagnol (colombien) par Delphine Valentin

Editions Carnets Nord

2010 / 224 p / 17 euros 

 

« Un livre qui nous éclaire de l’intérieur » Peter Stamm.

=========================================================================
gonzalez.jpgTomás González

« Le secret le mieux gardé de la littérature colombienne » : voilà comment Tomás González était présenté dans son pays en 2006. Il y est, depuis, largement commenté et reconnu.

Né en 1950 à Medellín, il a étudié la philosophie, a été barman dans une discothèque à Bogotá, passé trois ans à Miami dans une boutique de vélos, puis seize à New York comme traducteur. Il vit aujourd’hui, avec sa femme, dans une ferme à la campagne, à deux heures de route de Bogotá.

Il est l’auteur de six livres aux éditions Norma : Primero estaba el mar (publié pour la première fois en 1983), Para antes del olvido (1987), El rey del Honka-Monka (1995), Manglares (1997), La historia de Horacio (2000), Los caballitos del diablo (2003). Le septième, Abraham entre bandidos, sera prochainement publié aux éditions Alfaguara qui réédite du même coup tous ses livres.

Il est traduit en Allemagne (chez Fischer), en Autriche et en Suisse (chez Edition 8).

Source : Carnets nord

 

L'auteur est en France en ce moment pour l'édition 2010 des Belles étrangères consacrée à la Colombie, voici son programme dans plusieurs villes dans les jours prochains :

 

Programme des rencontres avec Tomás González

Paris | mardi 9 novembre 2010.

19h
Rencontre avec Tomas Gonzalez, Juan Manuel Roca et Antonio Ungar
Présentés par Jean-Baptiste Para
Organisée par l’Institut Cervantès avec la participation de la librairie de Paris

Institut Cervantès
7, rue Quentin Bauchart, 8ème arr.
Renseignements : 01 40 70 92 92
http://www.paris.cervantes.es
Paris | mardi 9 novembre 2010.
10h
Les élèves du lycée Honoré de Balzac rencontre Tomás González
Présenté par Fernando Huerta
Organisée par le Rectorat de Paris avec la participation de la librairie El Salon del Libro


Rennes | mercredi 10 novembre 2010.

15h
Les détenues du Centre de détention pour femmes de Rennes rencontrent Juan Gabriel Vásquez
Présenté par Christian Ryo
Organisée par Livre et lecture en Bretagne et la Ligue de l’enseignement 35 avec la participation de la librairie La Cour des miracles

18h30
Rencontre avec Tomás González et Juan Gabriel Vásquez
Présentés par Arnaud Wassmer
Organisée par Livre et lecture en Bretagne et la Bibliothèque Les Champs libres avec la participation de la librairie La Cour des miracles

Café des Champs libres
10, cours des Alliés
Renseignements : 02 23 40 66 00
http://agenda.leschampslibres.fr

 
Rennes | vendredi 12 novembre 2010.

9h30
Les étudiants en espagnol de l’université Rennes 2 rencontrent Tomás González et Juan Gabriel Vásquez, suite à l’atelier de traduction durant lequel ils auront traduit des pages inédites en français des deux auteurs

Organisée par Livre et lecture en Bretagne et le département d’espagnol de l’université Rennes 2 avec la participation de la librairie La Cour des miracles

 
Albi | lundi 15 novembre 2010.

18h30
Rencontre avec Tomás González et Juan Manuel Roca
Présentés par Ana Pacheco et Nicole Hibert
Organisée par le Café Littéraire et la Scène Nationale d’Albi avec la participation de la librairie Guillot et des médiathèques d’Albi, Saint-Juéry, Carmaux, Aussillon, Pampelonne, Graulhet, Lagrave et autres du Tarn.

La Scène Nationale
Place de l’Amitié entre les peuples
Renseignements : 05 63 38 55 66
http://www.sn-albi.fr

 
Porto-Vecchio | mercredi 17 novembre 2010.

15h
Rencontre avec Tomás González
Présenté par Patrice Antona avec Nestor Salamanca Leon
Organisée par la bibliothèque départementale de prêt de Corse du Sud avec la participation de la librairie Le Verbe du soleil

Bibliothèque départementale de prêt de Corse du Sud
Route de Bastia - RN 198
Renseignements : 04 95 23 35 89

 
Corte | jeudi 18 novembre 2010.

17h30
Projection du film ¿Qué tal Colombia ? Les Belles Étrangères 2010

18h30
Rencontre avec Tomás González
Présenté par Patrice Antona avec Nestor Salamanca Leon
Organisée par la Bibliothèque départementale de prêt de Haute-Corse avec la participation de la librairie La Marge

Bibliothèque départementale de prêt de Haute-Corse
Route d’Aleria
Renseignements : 04 95 45 04 53

 
Ajaccio | vendredi 19 novembre 2010.

17h30
Projection du film ¿Qué tal Colombia ? Les Belles Étrangères 2010

18h30
Rencontre avec Tomás González
Présenté par Patrice Antona, avec Nestor Salamanca Leon
Organisée par la bibliothèque municipale d’Ajaccio avec la participation de la librairie La Marge

Bibliothèque municipale - Salle Patrimoniale
50 rue Fesch
Renseignements : 04 95 51 13 00

 

Lire aussi l'article sur "LES BELLES ETRANGERES", en date de ce mardi... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article