Aux sources de l'utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d'influence

Publié le par dan29000

Livre à paraitre en janvier

Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence

d’après un mel d’Hervé Le Crosnier


C’est avec le plus grand plaisir que je vous annonce la sortie du livre :

 

Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence par Fred Turner

 

http://cfeditions.com/Turner

 

Il s’agit de la traduction en français d’un ouvrage publié aux Presses de l’Université de Chicago, et qui a connu le plébiscite de la presse anglo-saxonne (New York Times, Guardian,...).

Dans cet ouvrage magistral, Fred Turner revisite ce que nous croyons savoir de l’histoire de l’internet. Plutôt que de se focaliser sur les techniciens, il a choisi Steward Brand commme fil directeur... et c’est un choix des plus judicieux, qui met en pleine valeur le fait que l’internet est autant une construction sociale et culturelle qu’un réseau technique.

"Information wants to be free"... c’était Steward Brand "We owe it all to the hippies"... idem "Stay hungry. Stay foolish"... du Steward Brand repris par Steve Jobs devant les étudiants de Stanford

Tous ces messages qui fondent les discours de l’internet, dont chacun s’accordera à penser qu’il furent et restent essentiel dans la construction et l’envol du réseau, furent produit par un petit groupe réuni par Steward Brand autour du "Whole Earth Network".

 

Le livre de Fred Turner revisite toute cette histoire de la relation entre les Nouveaux Communalistes, ceux qui à la fin des années soixante rêvaient de construire des communautés à la campagne, et les sphères des ingénieurs et techniciens de la Silicon Valley. Il montre le pouvoir culturel des journaux et réseaux qui ont créé et diffusé les mythes de l’internet, au premier chef le journal Wired, dont Steward Brand fut un des initiateurs.

Ce livre n’hésite pas non plus à montrer les contradictions et les dérives de ces discours, sans jamais se départir d’un mélange d’attirance et de critique. A l’image de la complexité des rapports que nous entretenons avec l’internet.

Une passionnante plongée dans la contre-culture et son legs à la construction du cyberespace.


Des pages denses, instructives, mais qui se lisent comme une découverte passionnante, un dévoilement bien au delà des rituels techniques. On regarde autrement l’internet, ses mythes et ses gourous après avoir lu ce livre.


 

Posté le 2 janvier 2013

©© a-brest, article sous licence creative common info

Publié dans lectures

Commenter cet article