Avignon : Mohamed Darwich mis en scène par Mohamed Rouabhi

Publié le par dan29000

M_Darwich.jpgDarwich deux textes/Mohamed Rouabhi (Avignon)

La Cie les Acharnés – Mohamed Rouabhi présente :

« Darwich, deux textes » Discours de l’Indien rouge / Une mémoire pour l’oubli

De Mahmoud Darwich - Mis en scène et interprété par Mohamed Rouabhi


www.lesacharnes.com

© Eric Legrand

Festival d’Avignon Off 201

Du 8 au 31 juillet à 15h15

(relâche les mardis 13, 20 et 27)

Chapelle du Verbe Incarné

21G, rue des Lices - Avignon

Réservations : 04 90 14 07 49 www.verbeincarne.fr



« J’avais rencontré Mahmoud à de nombreuses reprises, à Paris mais principalement à Ramallah. Je savais son aversion pour les cérémonies, les protocoles, les hommages en tout genre. Je connaissais son amour du verbe, sa passion démesurée pour la musique des mots. Et la musique. Et les mots. J’aimais à l’infini sa poignante solitude. Celle du matin. Celle de la nuit. Celle du café. Alors j’ai attendu d’en avoir fini avec les souvenirs du poète. Fini avec les paroles. J’ai attendu la fin de tout cela. J’ai attendu d’en avoir fini avec la mort du poète. Pour enfin recommencer à lire le poète. Avec, comme une première fois, ce sentiment de beauté aveuglante mêlée à de la cendre encore chaude. »

Mohamed Rouabhi

« L’un des plus beaux spectacles, l’un des plus forts, que l’on puisse voir en ce moment dans la capitale et aux alentours. (…) Ces deux textes sont mis en scène (et interprétés) avec une rigueur et une pudeur extrêmes. Il se dégage de ce spectacle (c’en est un !), une émotion d’une rare intensité. »

Jean-Pierre Han, Témoignage chrétien – 22 octobre 2009.

« Sous les superbes lumières de Nathalie Lerat, Mohamed Rouabhi se laisse traverser par ces mots de feu, usant de sa voix et de son corps avec une implacable justesse (remarquable passage où les mots sont couplés à la langue des signes). Tout cela est d’une épure magistrale, d’une puissance ravageuse. »

Antoine Malo, Le journal du dimanche – 23 octobre 2009.

« Dire la poésie est un art auquel peu de comédiens se frottent, et dans lequel peu s’illustrent véritablement. Au jeu du dire sans dédire, Mohamed Rouabhi brille de créativité et d’implication. »

Thomas Flamerion, Evene – 23 octobre 2009.

« Mohamed Rouabhi met en scène deux longs poèmes de Mahmoud Darwich. Bouleversant. »

Marie-José Sirach, l’Humanité – 19 octobre 2009.

« C’est simple et bouleversant »

Sylviane Bernard-Gresh, Télérama – 21 octobre 2009

Cie les Acharnés – Mohamed Rouabhi

T / +33 (0)1 48 30 35 98

compagnie@lesacharnes.com

Administration : Fabien Méalet

T/ +33 (0)6 83 35 27 77

fabien.mealet@gmail.com

www.lesacharnes.com

 

Source : Cassandre/Hors champ 

Publié dans arts

Commenter cet article