Banque de France : Grève et manifestation nationale à Paris mardi

Publié le par dan29000

Soutien à l’action des personnels de la Banque de France : Journée de grève et de manifestation nationale à Paris le 29 janvier

 

 


 

COLLECTIF " POUR UN PÔLE PUBLIC FINANCIER AU SERVICE DES DROITS !"

 

 


 


CGTG IEDOM/AFD GUADELOUPE, CGTR IEDOM/AFD REUNION, SNB CFE-CGC IEDOM/AFD GUADELOUPE, SNB IEDOM/AFD MARTINIQUE, CGT MA IEDOM MAYOTTE, SNUCLIAS-FSU, CREDIT FONCIER : CFTC, CFE/CGC, CGT, SU/SNA, et CFDT (sous délégation SPUCE), CAISSES D’EPARGNE (COLLECTIF NATIONAL CGT CAISSES D’EPARGNE, SNP FO), SNUP- CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS – FSU, CGT GROUPE CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS, CGT BANQUE DE FRANCE, CGT AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT, SPUCE CFDT (PARIS- ILE DE FRANCE : BANQUE DE FRANCE, CAISSES D’EPARGNE, CREDIT FONCIER, AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT), INDECOSA CGT, UNION SYNDICALE SOLIDAIRES, FEDERATION CGT FINANCES, FEDERATION CGT BANQUE ET ASSURANCE, FEDERATION SUD PTT, UNION FEDERALE DES RETRAITES CGT DE LA BANQUE ET DE L’ASSURANCE
Et
AFVS (Association des familles victimes du saturnisme), AITEC (Association internationale des techniciens et chercheurs), ATTAC FRANCE, FONDATION COPERNIC, MARCHES EUROPEENNES, DAL (Droit au Logement), CONVERGENCES POUR LES SERVICES PUBLICS, COORDINATION NATIONALE DE DEFENSE DES HOPITAUX ET DES MATERNITES DE PROXIMITE, RESISTANCE SOCIALE

TOTAL SOUTIEN À L’ACTION DES
PERSONNELS DE LA BANQUE DE FRANCE
JOURNÉE DE GRÈVE ET DE MANIFESTATION NATIONALE
À PARIS LE 29 JANVIER



Le collectif pour un pôle financier public au service des droits apporte son total soutien à l’action des personnels de la Banque de France qui sont appelés par leurs organisations syndicales à une journée de grève et à une manifestation nationale à Paris le 29 janvier.

Les revendications des agents de la Banque de France rejoignent les buts du collectif en matière de défense des services publics de proximité, en matière de mobilisation des moyens financiers au service du droit à l’emploi et à un revenu décent, en matière de lutte contre l’exclusion bancaire et en matière de financement de la transition écologique. Face à un projet du gouverneur Noyer qui affaiblirait irrémédiablement l’action de la Banque en supprimant 2 500 emplois d’ici à 2020 et en dévitalisant la plupart de ses implantations locales, les syndicats présentent un projet alternatif qui permettrait à la Banque de mieux répondre aux attentes de la société en s’ouvrant davantage aux citoyens et aux acteurs économiques et sociaux.

Le collectif partage leurs propositions :

  • d’un renforcement de l’action de la Banque en matière de prévention du surendettement et en matière de lutte contre l’exclusion bancaire ;
  • de mise en œuvre de nouveaux critères économique (création de valeur ajoutée), sociaux (emploi, salaires, formation) et écologiques (économies d’énergie et de matières premières) pour la cotation des entreprises par la Banque en vue de sélectionner les crédits susceptibles d’être refinancés à des taux favorables par la BCE ;
  • de constitution d’un réseau de coopération entre la Banque de France et les autres institutions financières publiques en vue d’atteindre ces objectifs.

Il soutient la demande, formulée par de nombreux parlementaires, maires et assemblées régionales et locales, d’un moratoire dans la mise en œuvre de la réforme en vue de permettre la réunion d’une table ronde pluraliste permettant l’expression des points de vue de toutes les parties prenantes de l’action de la Banque – banques, entreprises, pouvoirs publics mais aussi les salariés et leurs syndicats, les citoyens et leurs élus locaux, régionaux, nationaux et européens.

Le Collectif appelle solennellement Monsieur Pierre Moscovici, ministre de tutelle de la Banque de France, à répondre favorablement et sans délai à la revendication de l’intersyndicale de la Banque de France (moratoire sur le projet de restructuration suivi de l’ouverture d’une table ronde pluraliste à l’ensemble des parties prenantes) conformément à la ligne politique qu’il a pris le parti de défendre publiquement et au nom du gouvernement devant les Français  : "Notre méthode, fondée sur la concertation et tournée vers l’usager, est différente de celle de nos prédécesseurs. Je l’estime plus efficace et plus juste. Tailler à la hache, comme l’a fait le gouvernement précédent à travers la RGPP, crée des blocages et des résistances qui font rater la cible." (Interview - Le Figaro du 10 janvier 2013).

Paris, le 14 janvier 2013

Le Collectif « Pour un Pôle public financier au service des Droits »

 

 

 

 

SOURCE / FONDATION COPERNIC

Publié dans actualités

Commenter cet article