Beau tir groupé pour Jean-Pierre Levaray

Publié le par dan29000

Un beau tir groupé pour Jean-Pierre Levaray par Paco

 

 

Un beau tir groupé pour Jean-Pierre Levaray

Chaude actualité pour l’auteur libertaire Jean-Pierre Levaray. A son actif, une nouvelle BD avec Efix, un roman saignant, un livre jeunesse attachant et un film de Rémy Ricordeau tiré de l’explosif Putain d’usine.

 

 

 

Acte 1. Après Putain d’usine (1) et Les Fantômes du Vieux-Bourg (2), Jean-Pierre Levaray et Efix s’associent une nouvelle fois pour une mise en images de Tue ton patron (3), roman incisif publié en 2010 chez Libertalia. Les deux premières BD étaient sorties chez Petit à Petit. Entre temps, l’éditeur normand a intégré le groupe La Martinière. Présentée comme le troisième tome de Putain d’usine, la version BD de Tue ton patron est dans la même veine rouge et noire que ses petites sœurs.

Nous retrouvons un chômeur qui pique une grosse colère contre Pelletier-Raillac, le big boss de FFI© qui l’a flanqué à la porte après vingt-cinq ans de boîte. Plan de sauvegarde de l’emploi… Le banni, viré par sa femme par-dessus le marché, prépare patiemment sa revanche. L’ex militant syndical va jouer au transformiste pour infiltrer le siège social de la multinationale. Tour à tour faux vigile, faux larbin et faux chargé de com’ sous des noms évocateurs (Guy Debord, Marius Jacob, Paul Lafargue), le tueur (très) amateur ne quitte jamais son Parabellum neuf millimètres, Star modèle B. Un flingue qui appartenait à un combattant de la CNT espagnole. Cadeau d’un ancien collègue bien barjot. Bref, ça branle dans le manche du côté de la Défense, copie conforme de Gotham City.

Comme dans les deux précédents romans graphiques, Efix présente un travail sous tension avec des perspectives qui éclairent l’œil et l’esprit. Manœuvrant entre grisailles ouvrières et provinciales, scènes obscures du monde de la finance et clarté méditerranéenne d’une blancheur aveuglante, l’artiste joue sur tous les tons pour mettre en valeur les ombres et les lumières d’une fiction qui pourrait devenir réalité. Qui sait, au rythme où vont les choses... Fidèle à l’original dont le texte défile parfois comme une voix off inquiétante, Efix, connu pour ses jeunes femmes pulpeuses, sait aussi croquer du 100% méchant genre vieux comics quand ça chie des bulles bien carrées. Batman fait d’ailleurs une furtive apparition. La fin, que nous ne dévoilerons pas, résonne curieusement en ce début 2012. Le justicier redémarre une nouvelle vie en Grèce en se demandant si c’est un bon choix… Une chute qui appelle une suite !

Acte 2. Après avoir publié Tue ton patron (illustré par Gil), les éditions Libertalia tirent une seconde cartouche avec Tue ton patron, saison 2 (cette fois illustré par Thierry Guitard). Dans le premier, on l’a vu, le rebelle agit en solo. Dans le second, c’est le « tous ensemble » qui prime. Enfin, si l’on en croit le communiqué de presse. Le livre a un peu de retard… et n’est donc pas entre nos mains comme c’était prévu. Partie remise !

Acte 3. La SCOP audiovisuelle Les Mutins de Pangée (Bernard ni dieu ni chaussettes, Chomsky & Cie, Fin de concession, Grandpuits & Petites victoires, Mourir ? Plutôt crever !, Prévert et champs de révolte…) s’apprête à sortir un coffret qui comprend le livre Putain d’usine et le film éponyme de Rémy Ricordeau (4) où Jean-Pierre Levaray et quelques collègues reviennent sur leurs nuits en bleus, sur le temps perdu à gagner sa vie, sur les espoirs déçus, sur les sentiments de gâchis, bref, sur l’envie de vivre avant de passer l’arme à gauche… Sortie prévue le 24 avril. En commandant dès maintenant, vous soutenez la diffusion du coffret et vous bénéficiez de frais de port gratuits.

Acte 4. Avec C’est quoi ce travail ?, Jean-Pierre Levaray publie son premier roman jeunesse aux éditions Chant d’orties (également éditeur de A quelques pas de l’usine qui a donné la BD Les Fantômes du Vieux-Bourg citée plus haut). Entre des pages illustrées par David Rebaud, Levaray se met dans la peau d’une fillette qui s’interroge sur le travail de son père. Un vrai taiseux son vieux. Entre naïveté et bon sens, la gamine se pose des questions sur les 3/8, sur les tenues de travail (doit-il porter des tenues de cosmonaute ?), sur les mauvaises odeurs, sur les grandes cheminées qui crachent des flammes, sur les dangers. A l’école, on apprend aux petits à mettre du scotch autour des fenêtres pour bien se confiner en cas d’accident. « Et si les vitres explosent ? », demande un môme futé. Et puis la boîte ferme. D’autres questions surviennent. C’est quoi la grève ? C’est quoi le chômage ? On se demande où l’auteur va chercher son inspiration.

(1) La BD Putain d’usine.

(2) La BD Les Fantômes du Vieux-Bourg, une adaptation du livre A quelques pas de l’usine (éditions Chant d’orties).

(3) Tue ton patron, un roman social très noir.

(4) Putain d’usine, le film.

- Efix/Jean-Pierre Levaray, Tue ton patron, éditions Fetjaine/La Martinière, 144 pages, 16,90 euros. Le site des éditions Fetjaine.

- Jean-Pierre Levaray, Tue ton patron – saison 2, éditions Libertalia, 138 pages, 8 euros. Illustrations Thierry Guitard Le site des éditions Libertalia.

- Le site des Mutins de Pangée où l’on peut commander en prévente le coffret Putain d’usine (2006, 52’)/Inventaire avant liquidation (2012, 54’). Prix : 12 euros.

- Jean-Pierre Levaray, C’est quoi ce travail ?, éditions Chant d’orties, 34 pages, 7 euros. Illustrations David Rebaud. Le site des éditions Chant d’orties.

Bonus : une page du blog d’Efix, Anarchie dans la colle.

 

Source : Paco dans Le Mague

 

========================

Danactu vous parlera de la BD dans les prochaines semaines...

Publié dans lectures

Commenter cet article