BFM TV, I-Télé, la désinformation en boucle, c'est maintenant !

Publié le par dan29000

desinformation.jpgDe l’info en continu à la désinformation continue

 

De l’info en continu à la désinformation continue: pour une remise à plat des pratiques journalistiques...

 

 


 

Les chaînes d’information en continu ont un credo : le direct. Mais ces derniers temps, rien ne justifie l’hyper-médiatisation de certains évènements, écrasant toutes les autres informations… pour aboutir, finalement, à une forme de désinformation.

 

Dimanche 13 janvier, toute l’après-midi, BFM TV et I-Télé ont diffusé des images de la manifestation des opposants au mariage pour tous. Les mêmes experts passaient d’un plateau à un autre. Critiqué sur les réseaux sociaux, le directeur de BFM TV a répondu qu’un tel traitement de l’évènement était mérité et que la même couverture médiatique serait mise en place pour la manifestation du 27 janvier. Il s’était peut-être un peu avancé…

 

La libération pour vice de procédure de Florence Cassez a donné lieu à la même saturation d’images, sans aucune analyse du dossier judiciaire. Le téléspectateur a ainsi longuement pu admirer la porte d’entrée de l’immeuble de la mère de Florence Cassez où toutes les équipes de télévision se pressaient. « Médias le magazine » (l’émission) a comptabilisé le temps d’antenne consacré au direct sur ce sujet en deux jours : 19h30 pour BFM TV et 27h00 pour I-Télé.

 

Durant tous ces directs interminables, la dépouille de Yann Desjeux, otage français tué en Algérie, a été rapatriée. Les chiffres du chômage ont été publiés. Les guerres au Mali et en Syrie continuaient. Dans ces conditions comment s’étonner que 74% des Français jugent que les journalistes sont coupés des réalités et ne parlent pas des vrais problèmes des Français (Source Ipsos).

 

Le rôle des journalistes est de sélectionner et de hiérarchiser les sujets pour donner aux citoyens une information la plus complète possible. Les chaînes d’information en continu pourraient délivrer une information pluraliste, traiter de sujets que l’on ne voit pas sur les journaux des grandes chaînes. Elles n’en font rien, nous offrent une vision réductrice et transforment l’information en spectacle, la vidant de tout contenu.

 

Le direct à la carte?

 

Une autre question se pose sur le traitement de la manifestation des partisans du mariage pour tous ce dimanche. La couverture de la manifestation était prévue. Les journalistes et les cars régie en place… mais les invités des plateaux télé ont été décommandés à la dernière minute (certains ont d’ailleurs dû se renseigner eux-mêmes pour savoir si leur intervention était maintenue). Jusqu’à 17 heures, les deux chaînes d’information n’ont traité que de l’arrivée du vainqueur de la course du Vendée Globe. Prévue initialement vers midi, l’arrivée n’a finalement eu lieu que vers 15h30 : durant trois heures, le téléspectateur a régulièrement été informé que « l’arrivée était prévue d’ici quelques minutes ».

 

Puis les chaînes d’information ont changé les titres de leurs éditions spéciales et basculé sur la couverture de la manifestation pour tous, plusieurs heures après le début de la manifestation. Pourquoi, alors que ces chaînes sont capables de jongler entre l’appartement de la mère de Florence Cassez à Paris, un tribunal et une prison mexicaine, sont-elles par contre incapables de suivre deux directs : une manifestation à Paris et l’arrivée d’une course en Vendée ? Pourquoi ce non partage de l’antenne ?

 

Sébastien Pietrasanta, député-maire PS d'Asnières-sur-Seine, a décidé d’écrire au CSA pour demander des explications sur la différence de traitement médiatique entre le "mariage pour tous" et la "manif pour tous".

 

Bien au-delà se pose fondamentalement la question du rôle des médias et du travail des journalistes : ce à quoi nous assistons montre l’urgence d’une remise à plat des règles de traitement pluraliste et démocratique de l’information. Il est temps que la profession des journalistes se dote d’une instance réunissant employeurs, employés et citoyens pour en faire un lieu de médiation et de réflexion sur les pratiques journalistiques et la déontologieUn « Conseil de Presse » d’un nouveau genre garantissant la liberté des rédactions et créant les conditions d’une confiance retrouvée entre les médias et le public.

 

 

 

Les Indignés du PAF, collectif citoyen a-partisan

Mail: lesindignesdupaf@gmail.com

Twitter: @IndignEsDuPAF, FaceBook: "Les Indignés du PAF"

 

 

 

 

SOURCE  / MEDIAPART

Publié dans écrans

Commenter cet article