Bordeaux : contre la suppression de l'occitan à l'université

Publié le par dan29000

 

 

revista4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non à la supression de l’occitan à bordeaux !

 


de : LIBERTAT-nòrd-gasconha

Version FR/ÒC

 

 

 

 

L’université de Lettres Michel de Montaigne méritera-t-elle encore son nom d’ici peu ?

Les projets de l’équipe présidentielle menés de façon assez autoritaire et précipitée (à l’image des réformes gouvernementales dans l’éducation et l’enseignement supérieur) peuvent permettre d’en douter. Leur nouvelle maquette de l’offre de formation pour les cinq ans à venir prévoit de continuer la fermeture de préparations aux concours de l’enseignement ou au moins la réduction du temps de la préparation. Ce premier pas vers la suppression pure et simple de filières concerne un certain nombre de disciplines comme l’Occitan après avoir concerné le Chinois ou le Basque l’année précédente ! C’est donc tout simplement l’héritage et l’identité de cette université qui est en train d’être détruit : Montaigne avait appris à parler le latin et le gascon avant le français.

Pour quelles raisons ? Officiellement le coût de ces formations à effectif réduit et le souci de réduire les dépenses de l’université. Comment alors expliquer en même temps l’ouverture (ou le projet d’ouverture) de filières entières comme la Licence « Chanson Française » dont le coût d’une seule est bien plus élevé que celui des préparations menacées ? Pourquoi cette concurrence entre les formations, entre les savoirs ?

Ne nous y trompons pas : ces décisions, sans consultation réelle de la communauté étudiante, enseignante et du personnel, sont avant tout les conséquences de la mise en œuvre du Processus de Bologne. Lancé en 1999 par plusieurs pays et organismes européens, il s’agit ni plus ni moins de soumettre l’enseignement supérieur et la recherche à la loi du marché (concurrence, rentabilité) et de transformer l’université en une institution au service au monde économique. La mise en place du LMD (Licence-Master-Doctorat) puis la récente loi LRU (loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités) n’en sont que des applications malgré les dégâts constatés dans les pays européens où ces réformes ont été menées plus rapidement. Cette harmonisation européenne et cette (fausse) autonomisation des universités ne servent en réalité qu’à mettre en concurrence les lieux de transmission de savoir et de savoir-faire. Cette recherche de « compétitivité » ne sera ni plus ni moins qu’une course aux fonds privés et aux subventions de l’État : toute filière qui ne sera pas « utile » aux élites économiques et politiques, sera soit supprimée soit mise à l’écart en attendant sa mort de fait (par manque de candidats faute de visibilité par exemple) ou qu’une bonne âme charitable vole à son secours (vous avez dit « collectivités locales ? »). L’université doit rester un lieu de culture, de recherche et d’échanges le plus indépendant possible des pouvoirs ! Il est vital de préserver ces domaines et ces institutions hors de la doxa néo-libérale, d’empêcher leur subordination au monde économique et au diktat du chiffre ! Ne tombons pas dans le plus profond des obscurantismes en perdant la richesse culturelle et humaine de notre monde !

Ce bouleversement dans l’offre de formation et la fonction de l’université touche profondément notre langue occitane. En effet, l’avenir de la préparation au CAPES demeure incertain et opaque, malgré le vote définitif du Conseil d’Administration de Bordeaux 3 du 1er avril, à cause notamment de son volet financier. L’affaire est lourde de conséquences puisque Bordeaux est le dernier centre de l’Aquitaine à préparer de futurs professeurs d’occitan. Plus de filière à Bordeaux : c’est plus de gascon enseigné et transmis dans l’enseignement secondaire ! En outre, en affaiblissant la préparation, la nouvelle maquette peut mettre en danger le débouché principal sur lequel a été fondé la filière. La formation toute entière est donc fragilisée alors même qu’un étudiant en Occitan a plus de chances de trouver un emploi que ceux de certaines disciplines comme les Lettres modernes. Pourquoi ne pas développer cette Licence d’Occitan déjà existante en diversifiant son contenu et ses débouchés ? L’université ne serait plus à contre-courant des dernières avancées obtenues pour la vie de notre langue mais en adéquation avec le développement dans l’espace public de l’occitan.

Cette situation de précarité et d’incertitude pour l’avenir même de notre langue est inadmissible ! Face à cela, Libertat !Gasconha Nòrd et la CNT STE 33 appellent toutes les personnes se sentant concernées par la défense de l’occitan et d’une conception humaniste de l’université, à continuer la mobilisation et à rester vigilants pour s’assurer que le gascon vive à Bordeaux 3 et dans l’aire gasconne. Dans la même logique, nous nous battons pour la sauvegarde des CAPES de Lettres classiques, de Musicologie et de l’Agrégation de Grammaire ainsi que du Master d’Arabe et des autres filières qui seront menacées. Enfin, nous refusons l’ouverture de certains masters une année sur deux.

La véritable autonomie, ce n’est pas la mise en concurrence mais la possibilité de pouvoir décider librement de son avenir !

Volem víver e estudiar au país !

E l’universitat de letras Miquèu de Montanha s’ameritarà enqüèra son nom en guaire temps ?

Los projèctes de l’equipa presidenciau miats de faiçon pro autoritària e ahonida (au parièr de las refòrmas governamentaus dens l’educacion e l’ensenhament superior) pòden perméter d’en dobtar. Soa navèra maqueta de l’auhèrta de formacion taus cinc ans a viéner preved de contunhar la barradura de preparacions aus concors de l’ensenhament o au mei chic la redusida deu temps de l’aprestatge. Aqueth purmèr pas de cap a la supression shens restrenhuda de cordèras tanh uas disciplinas com l’Occitan après aver tanhut lo chinés o l’euskara l’annada passada! Es donc hèra simplament l’eretatge d’aquera universitat qu’es a estar destrusit : Montanha avèva aprés a parlar lo latin e lo gascon abans lo francés.

Tà quinas rasons ? Oficiaument lo còst d’aquestas formacions a efectiu redusit e lo chepic de redusir los despéners de l’universitat. Com alavetz explicar dens lo medish temps l’aviada (o lo projècte d’aviada) de cordèras sancèras com la Licéncia «Cançon francesa» dont lo còst d’ua soleta es hòrt mei haut que’u de las preparacions miaçadas ? Perqué aquera concurréncia enter las formacions, enter los sabers ?

Ne’ns i enganam pas : aquestes decís, shens consulta reau de la comunitat estudianta, ensenhaira e deu personau, son abans tot las consequéncias de l’aplicada deu Procèssus de Bolonha. Entinoat en 1999 per mantuns país e organismes europèus, s’ageish ni mei ni mensh de sosméter l’ensenhament superior e la recèrca a la lei deu mercat (concurréncia, rentabilitat) e de cambiar l’universitat en un establiment au darrèr deu monde economic. L’alogada deu LMD (Licéncia-Master-Doctorat) puish la recenta lei LRU (lei relativa a las Libertats e Responsabilitats de las Universitats) ne’n son pas que aplicacions a despieit deu domau constatat dens los país europèus on las refòrmas son estat miadas mei lèu. Aquera armonizacion europèa e aquera (faussa) autonomizacion de las universitats ne serveishen pas en realitat que tà hicar en concurréncia los lòcs de transmission de saber e de saber-har. Aqueste recèrc de « competitivitat » ne serà pas ni mei ni mensh qu’un córrer aus fons privats e a las subvencions de l’Estat : tota cordèra que ne harà pas « servici » a las eleits economicas e politicas, serà sii suprimida sii estremada en esperar sa mòrt de hèit (per manca de candidats manca de visibilitat per exemple) o qu’ua bona amna caritadosa vòli au secors (que avetz dit « collectivitats locaus ? »). L’universitat deu demorar un endret de cultura, de recèrca e d’escambis lo mei independent possible deus poders ! Es vitau de preservar aquestes maines e aquestas institucions hòra de la doxa neoliberau, d’empachar soa subordinacion au monde economic e au diktat de la chifra ! Ne cadem pas dens lo mei pregond deus obscurantismes en pèrder la riquessa culturau e umana de nòste monde !

Aquera partvirada dens l’auhèrta de formacion e la foncion de l’universitat pertòca pregondament la lenga nòsta. En efèit, l’aviéner de l’aprestatge au CAPES s’es maussegur e opac, en despieit deu vòte definitiu deu Conselh d’administracion de Bordèu 3 deu 1èr de abriu, pr’amor mei que mei de son tròç financèr. L’ahar es grèu de consequéncias puishque Bordèu es lo darrèr centre de l’Aquitània de preparar de aveniders professors d’occitan. Pas mei nada cordèra a Bordèu : es pas mei nat gascon ensenhat e transmés dens l’ensenhament segondari ! En suberpés, en aflaquir l’aprestatge, la navèra maqueta pòt botar en dangèr la seguida principau sus que es estat fondada la cordèra. La formacion tota sancèra es donc fragilizada mentre qu’un estudiant en Occitan a mei sòrta de trobar un emplec que los de daubuas disciplinas com las Letras modèrnas. Perqué non pas desvolopar aquesta Licéncia d’Occitan dejà existenta en diversificar son contiengut e soas seguidas ? L’universitat ne seré pas mei a contra-briu de las darrèras avançadas obtiengudas entà la vita de la lenga nòsta mes en adequacion dab lo desvolopament dens l’espaci public de l’occitan.

Aquesta situacion de precaritat e d’incertitud tà l’aviéner medish de la lenga nòsta es inadmissibla ! Cap ad aquò, Libertat! Gasconha Nòrd e la CNT STE 33 apèran totas las personas se sentir pertocadas per la defensa de l’occitan e d’ua concepcion umanista de l’universitat, a contunhar la mobilizacion e a demorar vigilantas tà s’assegurar que’u gascon vivi a Bordèu 3 e dens l’aira gascona. Dens la medisha logica, nos batem tà la sauvaguarda de la preparacion deus CAPES de Letras classicas, de Musicologia e de l’Agregacion de Gramatica atau com deu Master d’Arabe e de las autas cordèras que seràn miaçadas. Fin finau, arrefusam l’obertura de daubuns masters ad annada passada.

La vertadèra autonomia, n’es pas la mesa en concurréncia mes la possibilitat de poder decidir librament de son aviéner !

Volem viver e estudiar au país !

www.libertat.org

seccion nòrd-gasconha


De : LIBERTAT-nòrd-gasconha

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 12/04/2011 17:32



Bonjour à toi, Dan


Pourquoi suppriner l'Occitan à Bordeaux ... Je ne comprends pas, il y a quelques temps, tout le
monde était d'accord pour laisser les langues des régions pour permettre aussi que les jeunes apprennent la langue de leur région ...


Et maintenant, ils suppriment tout ça ... c'est n'importe quoi ... drôle de politique, drôle de façon de faire ... A croire qu'ils font les choses au jour le
jour ...


Bon mardi à toi, Dan. A bientôt. Bises.


Mitsuko



dan29000 12/04/2011 18:06



L'hexagone n'a jamais aimé vraiment les langues régionales, meme si cela varie d'une région à l'autre, l'Etat reste sur les pratiques culturelles très jacobin, avec une peur des régionalisme donc
la langue est la partie bien visible...A+