Brassens toujours subversif de Rennes à Toulouse, ou le ridicule policier ne tue pas

Publié le par dan29000

 

 

Au commissariat pour avoir chanté Brassens devant le palais de justice


SOCIÉTÉ. Il ne faut pas chanter du Brassens quand des policiers se trouvent pile à passer en bas de son balcon. En tout cas pas L'Hécatombe du Marché de Brives-La-Gaillarde où le moustachu à la guitare parle de «rosser les cognes», les qualifie de «guignols» et doute de leur virilité.

C'est parce que le fait a valu 200 euros d'amende et 40 heures de travail d'intérêt général à un «gars de Rennes» le 27 mai dernier qu'une joyeuse chorale baptisée La Canaille du Midi s'est donné rendez-vous mercredi 8 juin devant le Tribunal de grande Instance des allées Jules Guesde à Toulouse.

Le lieu devait être jugé approprié par les chanteurs et chanteuses pour y entamer le quatrième couplet de la chanson gaillarde où Brassens raconte qu'une «mégère gendarmicide» fait crier à un vieux maréchal des logis: «Mort aux vaches, mort aux lois, vive l'anarchie». La police filme, comme pour un clip.

Même motif, même punition: «tout le monde s'est fait embarquer vers 18h30», raconte un «anonyme» sur le site démosphère qui se présente comme agenda alternatif de la région toulousaine. Et appel est aussitôt lancé à un «rassemblement de soutien devant le commissariat central».

À 21h08 un message parvient à LibéToulouse expliquant que les quelque vingt interpellés sont relâchés, mais convoqués pour le lendemain 9h30 boulevard de l'Embouchure au motif d'outrage à la nation et aux forces de l'ordre.

Selon la police, les chanteurs ne se seraient pas contentés de la chanson de Brassens mais auraient empruntés à d'autres textes jugés «offensants». Les auditions sont en cours ce jeudi matin. 

GLv.

Source : LIBERATION

 

==========================

 

La chanson incriminée

 

 


 

Publié dans musiques

Commenter cet article

Mitsuko 14/06/2011 07:44



Brassens toujours aussi subvertif, même mort, il est fort le Georges Brassens et je l'imagine en train de bien rire en lisant tout cela ... et c'est tant
mieux ...


Et ça nous montre aussi que le ridicule policier ne tue pas ...


Intéresant de se retrouver au commissariat pour avoir chanté Brassens devant le Palais de Justice ... c'est un peu fort quand même ....



dan29000 14/06/2011 10:02



Cela démontre, s'il en était besoin, où est tombée notre société actuelle, où les libertés d'expression minimales s'amenuisent et dans le meme temps les chaines de télés se multiplient permettant
de mieux endormir et abrutir ceux qui ne sont pas dans les rues à chanter du Brassens, deux faces de la meme pièce...