Brésil : une victoire historique, la justice stoppe les travaux du complexe électrique de Belo Monte

Publié le par dan29000

BELO MONTE : un jugement historique invalide la license du chantier et oblige l'arrêt immédiat des travaux

 

 


BELO MONTE : un jugement historique invalide la license du chantier et oblige l'arrêt immédiat des travaux

Source : Correio Braziliense

 


 

Au cours d'un procès historique qui s'est tenu dans la soirée du lundi 13 août 2012, la cinquième chambre de la première Cour fédérale de la région d'Altamira (Brésil, Etat du para) a décidé à l'unanimité l'arrêt immédiat des travaux du complexe hydroélectrique de Belo Monte. 


La décision a été prise par le TRF alors qu'il s'agissait de juger un embargo promu par le Ministère fédéral du public (MPF). L'amende prévue en cas de non respect du jugement a été fixée à 500 000 reals par jour (nb : plus de 200 000 euros). La décision de cinquième classe a été fondée sur l'article 1 et l'article 2 de l'Organisation internationale du Travail (OIT), qui exige une consultation préalable avec les parties affectées par les travaux: dans ce cas précis, les communautés autochtones, vivant sur ​​place. Cette requête doit être effectuée uniquement par le Congrès. Selon le juge Souza Prudente, elle n'a pas eu lieu.



"Le Congrès a émis le décret législatif n°788 de 2005 sans entendre les communautés autochtones tel qu'exigé par l'OIT et le paragraphe 3 de la Constitution brésilienne, autorisant le début des travaux de construction et lui ordonnant de faire une étude a posteriori", a déclaré le juge. "Toutefois, la Constitution n'autorise pas une étude a posteriori, mais exige une étude antérieure. Donc, ceci montre que la licence par l'IBAMA est invalide, "at-il ajouté".

Le juge Souza Prudente a également souligné que cette requête des Indiens est indispensable quand il s'agit de construire un complexe comme celui-ci. En outre, la mesure est prévue dans l'article 231 de la Constitution brésilienne et les paragraphes établissant une protection spéciale pour les terres autochtones, leurs histoires et leurs coutumes. «Les Indiens sont des êtres humains qui ont les mêmes droits que tout citoyen brésilien. Par ailleurs, les travaux de Belo Monte mettent en danger l'agencement naturel de 7 cascades », a ajouté le juge.



© Correio Braziliense - traduction / adaptation : Gert-Peter Bruch

Date de l'article : 14/08/2012

 

SOURCE / RAONI.FR

Publié dans environnement

Commenter cet article