Brest : un laboratoire attaque les éditions Dialogues

Publié le par dan29000

Le labo qui voulait faire taire un livre
 
 Les toutes jeunes éditions Dialogues.fr ont été assignées en référé par le laboratoire Servier qui demandait le retrait de la couverture du livre Mediator 150 mg, Combien de morts? à paraître le 3 juin. Leur pdg, Charles Kermarec, évoque «un moyen détourné de demander la mise au pilon du livre», qui revient sur ce médicament retiré du marché en 2009.  

 


C'est par assignation délivrée à 16h34 vendredi 28 mai 2010 (à l'heure ou nos avocats songeaient à partir en weekend), que les laboratoires Servier ont «attrait» les éditions dialogues à comparaître, en référé heure par heure, lundi 31 mai, devant le Président du tribunal de grande instance de Brest.
Ils lui ont demandé le retrait de la couverture d'un livre en ce qu'elle risque de leur causer un préjudice grave et imminent, l'ouvrage paraissant le 3 juin.
De quoi s'agit-il ? Le livre a pour titre Mediator 150mg Combien de morts ?
Que la question posée soit directe et claire, soit !
Mais en aucun cas il ne saurait y avoir préjudice imminent causé à raison de cette couverture au laboratoire Servier.

En effet :
Le mediator 150mg est un médicament dont l'autorisation de mise en marché a été retirée par l'Afssaps en novembre 2009. Le livre (sa couverture !) ne saurait donc causer de préjudice commercial imminent s'agissant de la vente d'un médicament qui est interdit.


Est-il possible que des patients et leurs avocats se fondent sur cet ouvrage (plus que sur sa couverture !) pour attraire Servier en justice et lui demander réparation de dommages qu'ils auraient subi du fait de ce médicament ? Peut-être. Mais cela relève de l'exercice d'un droit !!! Et je ne saurais être tenu responsable de procès que feraient des patients souffrant de maladies causées par le Mediator.
Alors demander le retrait de la couverture de ce livre c'est un moyen détourné de demander la mise au pilon du livre. Cette assignation s'analyse donc en une tentative d'intimidation, une volonté de censurer.


Ainsi donc il ne s'agit plus seulement de santé publique. Il ne s'agit plus seulement de la souffrance des 300 000 personnes qui prenaient encore en 2009 ce médicament essentiellement pour maigrir, et dont certaines sont aujourd'hui invalides. Il ne s'agit plus seulement des morts causés par ce mediator. Il s'agit désormais aussi de libertés publiques. L'un des moyens de faire taire un éditeur, on le sait, c'est de lui faire des procès. En l'espèce sur la couverture du livre !


300 000 personnes prenaient du Mediator 150mg en 2009, au total plus de deux millions de personnes ont besoin de savoir ce qu'elles ont avalé et certaines d'entre elles de savoir pourquoi elles sont aujourd'hui malades.


Le débat de santé publique qu’ouvre Irène Frachon avec ce livre est nécessaire. Salutaire.


Le jugement a été mis en délibéré au 7 juin. Le livre sort, bien sûr, jeudi 3 juin, avec pour titre, « Mediator 150 mg - Combien de morts ? ».



Source : MEDIAPART 

Publié dans lectures

Commenter cet article