Bretagne à Grande Vitesse : une demi-heure de gagnée pour 3,4 milliards d'euros

Publié le par dan29000

 

B.G.V. ( Bretagne à Grande Vitesse) : Une demi-heure gagnée au coût de 3,4 Milliard d'Euros, pour le profit de QUI ???

B.G.V. ( Bretagne à Grande Vitesse) :
Une demi-heure gagnée au coût de 3,4 Milliard d'Euros,
pour le profit de QUI ???



Seule une très petite minorité de la population utilise régulièrement le TGV, en général à titre professionnel et dans les classes dites moyennes/supérieures. Les autres, l'immense majorité n'en fait qu'une utilisation très occasionnelle et est alors bien plus sensible au prix et à l'accessibilité qu'à un gain de 30mn.
Par contre des milliers de Bretons subissent tous les jours des transports contraints du fait de l'éloignement entre leur domicile et leur lieu de travail ou école. La spéculation immobilière pousse les classes populaires à se loger de plus en plus loin en périphérie des métropoles. De 1994 à 2008, la fréquentation du TER a augmenté de +62,8% en France. Le prix du pétrole et de toutes les énergies qui ne peut que continuer à augmenter impose de développer le transport en commun de masse pour l'avenir. Pour SUD Rail, là sont les vrais enjeux. Les 3,4 Milliard d'€uros de la BGV ne seraient-ils pas plus utiles en étant investis dès maintenant dans le transport quotidien des Bretons ?
Il faut en finir avec le mythe du TGV symbole absolu de progrès. Le TGV a sa pertinence mais pas partout et à n'importe quel prix. Le tout TGV a surtout entraîné l'abandon des lignes transversales et la hausse des tarifs. Les voyageurs qui autrefois utilisaient le corail à pas cher se sont retrouvés obligés de payer 2 fois plus cher sans autre solution.
La BGV va t'elle permettre l'aménagement du territoire et le développement économique de la Bretagne ?
Un T.G.V. plus Renno-Rennais que Breton : Avec la B.G.V., Rennes sera plus prêt de Paris que de Brest et Quimper, quel progrès ! La Bretagne se caractérise par un réseau dense de villes moyennes qui assurent l'attractivité et le maintien de la vitalité de ses territoires. Pour SUD Rail c'est le TER qui est à même d'irriguer ces territoires quand la B.G.V., elle, favorisera surtout l'axe Rennes-Paris au détriment du reste.
L'arrière pays et sa côte ne doivent pas être condamnés à se couvrir de résidences secondaires, en chassant les travailleurs Bretons, mal payés, vers l'intérieur des terres. Le tourisme crée peu d'emplois, très saisonniers et sous qualifiés. La BGV n'est même pas construite que déjà les effets s'en font ressentir. Le prix de l'immobilier continue d'augmenter dans le centre de Rennes le rendant inaccessible aux classes populaires et moyennes. A St-Malo, la population est en baisse car les salariés modestes n'ont plus les moyens d'y vivre, chassés par la spéculation sur les résidences secondaires.


La BGV construite au détriment des usagers-contribuables?
Désengagement de l'état +P.P.P. Partenariat Public Privé+Financement par les collectivités territoriales, le triple scandale!
SUD rail dénonce le désengagement total de l'état sur un projet dépendant strictement de l'aménagement du territoire. Le chantier de la BGV a été attribué au groupe de BTP EIFFAGE. Comme EIFFAGE investit 1,1 milliard d'euro à la place de l'état dans le chantier, il lui est accordé en échange un contrat de partenariat de 25 ans sur cette future ligne. EIFFAGE ne prend aucun risque. Ce groupe capitaliste qui n'est pas connu pour son amour du service public va pouvoir rentabiliser son investissement et faire des profits en taxant les voyageurs qui prendront cette ligne. Le prix du billet de train va flamber !
Et comme les différentes collectivités territoriales Bretonnes (Conseil régional, les 4 conseils généraux, communauté urbaine de rennes et St Malo) suppléent elles aussi à l'état en versant 1,1Milliards d'euros, les Bretons doivent se préparer à payer deux fois : comme contribuables et comme usagers de la ligne!
La BGV construite au détriment des Cheminots?
Infrapôle: EIFFAGE décidera de la maintenance de la ligne pendant 25 ans. Qui fera l'entretien de ces voies ? Évidemment pas les cheminots de l'Infrapôle SNCF. L'impact sur l'emploi cheminots ne sera pas négligeable avec le transfert de l'entretien de cette ligne au privé. De plus, ce partenariat public-privé, introduit une logique de profit dans les décisions d'entretien de l'infrastructure, avec les conséquences catastrophiques que l'on a pu observer dans un pays qui nous a précédé dans ce domaine, le Grande-Bretagne.
Matériel : Les Cheminots du Technicentre SNCF de Rennes sont depuis janvier 2011 menacés de voir au moins 200 postes de travail détruits et leur Atelier délocalisé en banlieue du fait de la pression immobilière autour du projet Euro-Rennes.
Contrôleurs : Avec la mise en service de la L.G.V., les risques d'une dégradation importante des condition de travail sont réelles. Sans rapport de force il est probable que la direction ne joue que la carte de la productivité au détriment de la santé des Agents. Car en 2016, en résidence Rennes, 3 tours de Paris ce sera très faisable, un aller- retour Lille où Strasbourg aussi. A Brest et Quimper,  un aller retour Paris dans la journée devient possible. En outre, il y aura de fait intensification des tâches à bord puisqu'il faudra « a priori » assurer en 1h30 ce qui se fait en 2 H00 actuellement. Le nombre de RHR peut aussi être impacté à la baisse. Enfin si Pepy et consorts vont au bout de leur désir de casser le RH077, il n'y aura plus de limite...sauf celle de l'épuisement des A.S.C.T.! En conséquence quel en sera impact sur les effectifs des différentes résidences? La direction va t'elle tenter d'imposer la mobilité?
EVB :Voici le risque retenu pour les commerciaux :
Il y aura sans doute plus de fréquentation clientèle du fait de la nouvelle ligne, mais moins d’agents en gare (volonté de la direction), et donc moins de contacts humains (encore et toujours).Au début, ce sont surtout les agents de Rennes qui risquent d’en souffrir dans une filière déjà fragilisée. Enfin est-ce que sur des gares comme Rennes surtout, la direction n’en profiterait-elle pas pour reléguer la vente à des filiales, comme on le voit sur les lignes Sud-Est.
Traction: Comme pour les A.S.C.T., c'est la question de l'intensification probable du travail (nombre de kilomètres bouffés) qui se pose...et de la conséquence sur les conditions de travail et la santé des agents. Et bien sûr de la répartition des charges de travail entre E.T. et résidences, ce qui impacte les effectifs.
Propositions de SUD rail :
Pour une ré-orientation des financements publics
vers le TER et le Fret en Bretagne !
TRANSPORT VOYAGEUR
*Le TGV ne doit pas concourir à appauvrir les dessertes des villes moyennes bretonnes. Il faut au contraire prioriser les échanges régionaux internes qui servent la plus grande masse des citoyens bretons (travailleurs, étudiants, élèves, précaires..). Le développement du trafic TER doit rester la priorité incontournable des collectivités territoriales.
*Il faut diversifier les débouchés de la pointe Bretonne et à ce titre renforcer aussi les dessertes ferroviaires directes sur l'axe Nantes-Brest via Quimper.
*Le barreau Sud de Paris, goulet d'étranglement ferroviaire constituant un obstacle à la fluidité vers l'Est doit être une priorité d'aménagement pour l'Etat Français.
*La construction d'une liaison ferroviaire Nantes/Rennes digne de ce nom doit être prioritairement mise à l'étude, indépendamment du projet d'aéroport Notre Dame des Landes (projet inutile et sans avenir durable)
FRET
*Il faut une étude prospective sur la réalisation d'un schéma directeur régional inter modal des transports de fret. Il doit y être évalué tout les besoins et potentiels régionaux et dans une complémentarité modale des:
-Cabotage maritime-Fret ferroviaire -Fret routier
*Il faut engager une étude sur un maillage territorial pertinent de plateformes de ferroutage en complémentarité des trafics portuaires.
*Il faut recenser et évaluer toutes les emprises et installations ferroviaires pouvant être utilisée où revitalisée.
*Il faut œuvrer à la création où raccordement du réseau breton aux autoroutes ferroviaires déjà existantes.
En conclusion la BGV nous semble un projet inadapté aux enjeux à venir, coûteux, superflu, marquant le désengagement de l'état, la privatisation d'un bien public et la captation des financements des collectivités territoriales pour le seul profit d'une minorité. Il faut prioriser un trafic TER irriguant tout le territoire Breton. Il faut répondre aux enjeux sociétaux de la raréfaction énergétique et de lutte contre le CO2 par une reconversion des transports de marchandises, seul moyen de réduire l'impact de cette problématique sur les populations.

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 30/08/2011 18:45



La Bretagne à grande vitesse : une demie-heure de gagnée au coût de 3,4 Milliard d'Euros pour le profit de Qui ???


Est-ce bien raisonnable et est-ce vraiment nécessaire ???


Si peu de gens prennent le TGV, tout cela n'est pas nécessaire mais on va bien réussir à nous persuader que si ....



dan29000 30/08/2011 20:36



oui vraiment pas du tout nécessaire et surtout fort onéreux...Tousles défauts quoi....