Bretagne : les politiques préfèrent lutter contre les écologistes que contre les algues vertes

Publié le par dan29000

Les politiques préfèrent lutter contre les écolos que contre les algues vertes !

Pourquoi un ministre se croit-il obligé, simplement parce qu'il est ministre, de défendre l'indéfendable ?


Répondant à un de ces innombrables députés clientélistes interchangeables de l'UMP (Claude Gatignol, député de la Manche, un pote de Madelin, déjà mis en cause pour un détournement d'argent et un des pro-OGM les plus acharnés) qui estime l'honneur des agriculteurs offensé par la campagne de France-Nature-Environnement (campagne par ailleurs censurée dans le métro parisien), Bruno Lemaire en remet une couche en traitant cette campagne de "scandale" et de "provocation". Cette vidéo est un parfait archétype de mauvaise foi politique et de clientélisme de bas étage.

Ils sont marrants, ces ministres, comme Woerth ou Alliot-Marie qui utilisent des termes comme "bassesse" ou  "honte" pour qualifier les attaques de leurs adversaires qui ne font pourtant que constater l'incurie de leur comportement et leur demander d'avoir la décence d'en tirer les conséquences… Woerth et désormais MAM, feraient mieux d'appliquer leurs mots-doux à eux-mêmes !

De la même manière, Monsieur Lemaire, qu'est-ce qui est un scandale ? La constatation que l'agriculture intensive et les OGM pourrissent la France ? N'est-ce pas au contraire le comportement de tous ceux qui ont fait qu'on en soit arrivé à cette catastrophe ?

Qu'on ne se méprenne pas, j'ai pourtant le plus grand respect pour le métier d'agriculteur. Tiens, c'est simple, dans un monde totalement débile, la plupart des métiers ne servent plus à rien. Agriculteur, c'est probablement l'un des métiers les plus utiles et estimables. Evidemment ils travaillent dur, souvent pour des revenus de misère, ils ne connaissent pas les congés payés ou les RTT. Ben oui. Mais est-ce une raison pour se voiler la face ?

En France, il y a une espèce d'Omerta sur l'agriculture. Les agriculteurs sont des sortes de vaches sacrées auxquelles on ne peut pas toucher sans blasphémer. La preuve. Tradition, basses préoccupations électoralistes, peur de perdre les voix rurales, celles de la France profonde… Pourtant, au fur et à mesure de l'industrialisation de l'agriculture, des agriculteurs il y en a de moins en moins… Et électoralement, ça ne doit plus peser bien lourd.

Et pourtant, qu'a-t-on fait de ces agriculteurs ? Des maillons de l'industrie agrochimique, subventionnés jusqu'au trognon, endettés jusqu'au cou, esclaves de leurs donneurs d'ordres et de leurs banquiers. Des boursicoteurs sur les marchés à terme, des pollueurs, voire des empoisonneurs, même si c'est à l'insu de leur plein gré. Pris dans une logique de remboursement de leurs dettes, ils n'ont même plus la possibilité de s'élever et d'avoir un regard critique sur ce qu'il font : de la merde !

Des cochons (ou des poulets) industriels entassés à outrance dans des camps de concentration, bourrés de médicaments, et nourris de soja OGM brésilien obtenu par déforestation. Des poules coincées dans des cages qui pondent sur des bandes transporteuses. Des pommes tartinées de plus de 20 couches de pesticides. Du blé tellement aspergé d'engrais et d'herbicides que le sol est mort. Lisez donc les livres de Fabrice Nicolino  !

Tiens, reprenons le problème des algues vertes, que je connais hélas bien pour être né et avoir grandi en Bretagne, ce qui m'a permis de constater l'évolution inexorable du phénomène. Soyons clair, le littoral breton est pourri de ces saloperies. Les Bretons ne peuvent même plus boire l'eau de leur robinet, farcie de nitrates.

L'agriculture, dans la bouche de nos politiciens, est censée être le fer de lance de l'économie bretonne : elle est au contraire en train de la faire crever !

Et il n'y a pas que l'UMP : Jean Yves Le Drian, président "socialiste" du Conseil Régional de Bretagne, porte plainte, non pas contre les pollueurs, mais contre FNE  !

« Nombre de Bretons, au premier rang desquels les professions agricoles, mais pas seulement, sont aujourd'hui choqués et meurtris par cette campagne caricaturale qui nie leur engagement déterminé pour un environnement durable et sain »

Ah bon ? Ce sont les affiches qui les choquent ? Et pas les algues vertes ? Un environnement durable et sain ? Quelle dérision !

La photo de FNE, qui montre un gamin pataugeant dans les algues vertes, est certes choquante. Mais elle n'est pas truquée. Elle a été prise sur l'immense, et normalement superbe, plage de Saint-Michel en Grève, dans les Côtes de Porc d'Armor, la plus touchée de la région. C'est là que Fillon, était venu faire un discours en 2009 .

Tiens, j'en remets une louche, avec une video prise (par un téléphone) en août 2010 sur la plage de Beg Leguer (dans les Côtes d'Armor aussi) : même si la plage est moins touchée que celle de Saint-Michel en Grève, les algues vertes sont partout, et voyez vous-même la "superbe" couleur vert-émeraude des vagues. C'est sûrement comme ça que l'on va attirer les touristes !

Pour les curieux, voici la carte des zones touchées : il n'y a pas que Saint Michel en Grève et la baie de Saint Brieuc : il y en a partout !

Comme Bruno Lemaire, comme Le Drian, et comme en général tous les politiciens, Fillon refuse de dire le moindre mal des agriculteurs. C'est ainsi que dans son discours sur la plage la plus pourrie de Bretagne, il n'a même pas été foutu d'évoquer une seule fois la responsabilité de l'agriculture dans la catastrophe ! Et on se souvient forcément de la fameuse sortie de Sarkozy l'an dernier au salon de l'agriculture : "L'environnement, ça commence à bien faire". Et la pollution, ça commence pas à bien faire ?

[EDIT 18/02/2011 : Guénaël, breton et commentateur fidèle de ce blog, rappelle fort à propos cette tartufferie incroyable : le député de Lamballe (en plein coeur du pays du cochon dans les Côtes de Porc d'Armor), l'UMP Marc le Fur est l'auteur d'une loi qui a fait passer en 2010 la taille maximale des élevages de porcs de 450 à 900 têtes ! Et son projet initial en prévoyait 2000 ! Hallucinant ! A quand les premiers lagons en Bretagne ? Ce sont ces irresponsables qu'il faut juger, pas France Nature Environnement !]

 

Pourtant, tout le monde le sait, l'agriculture intensive est LA SEULE RESPONSABLE de la situation. Ce n'est d'ailleurs pas un secret, c'est même écrit noir sur blanc sur le site du ministère

"Le nitrate provient aujourd’hui essentiellement des activités agricoles, notamment de l’épandage d’engrais azoté d’origine minérale ou organique (engrais de ferme, issu des déjections animales : lisier ou fumier - forme liquide ou solide).

En Bretagne :
- 1/3 de l’azote épandu est de l’engrais azoté minéral ;
- 2/3 de l’azote épandu est de l’engrais azoté organique issu des déjections des vaches (57%), porcs (31%), volailles (12%).

Seule une partie de l’azote est absorbée par les plantes, et le reste se diffuse dans la nature (eau, sol, air). L’eau chargée en nitrates ruisselle depuis les champs, rejoint les rivières puis la mer."

C'est clair, non ?

Lemaire, dans sa diatribe contre les pourfendeurs de l'agriculture, prononce cette tartufferie magnifique : "Nous continuerons à les aider à aller vers davantage de bio". Plutôt cocasse de la part d'un ministre qui vient de diviser par 2 pour 2011 la déduction fiscale accordée aux agriculteurs bio ! 

La vérité est simple : en France, il n'y en a que pour l'agriculture productiviste, qui est parfaitement incompatible avec toute forme d'écologie. (Et je ne parle même pas des OGM !)  Il n'y a rien à amender, il faudrait tout rebatir en partant d'une feuille blanche.
Et plutôt que de pourfendre ceux qui ne font que crier leur indignation, les politiciens feraient mieux de s'y mettre. Et je ne parle pas des mesurettes énoncées sur le site sus-évoqué : 134 millions sur 5 ans, principalement pour observer le phénomène (on se contente de mesurer les rejets, pas de les limiter) et faire du traitement esthétique des désagréments (des tracteurs pour ramasser les algues avant l'arrivée des touristes). Pour fixer les idées, 134 millions, ce n'est même pas le coût de l'Air Sarko One (173 millions), et sur 5 ans, c'est 100 fois moins que le coût de la baisse de la TVA sur la restauration…
Rien à voir avec les mesures drastiques qui s'imposent :

- Trouver et juger les andouilles qui ont réussi à concentrer 10 millions de cochons en Bretagne dont 5 sur le seul département des Côtes D'Armor (au risque de me répéter, 10 cochons pour un habitant).
- Trouver et juger les profiteurs du système, et confisquer leurs biens mal acquis, au même titre que l'on traque aujourd'hui ceux de Mobutu, Bongo, Sassou, Ben Ali et Moubarak.
- Répartir de manière harmonieuse les élevages sur toute la France. Plus d'élevages, beaucoup plus petits, et plus proches.
- En conséquence, faire diminuer drastiquement la consommation de viande. Bouffer de la viande, c'est tuer des animaux, c'est polluer, c'est mauvais pour la santé. Cela devrait être rare et festif… Plutôt que de bouffer tous les jours de la saloperie de jambon polyphosphaté, du saucisson plein de graisse, de sel et de conservateurs, ou du steak haché infesté d'Escherichia coli. La bidoche serait évidemment plus chère, mais on ferait coup double en mangeant mieux, moins souvent, et donc moins cher. De plus, la Sécu nous remercierait un jour ou l'autre.

On a bien sauvé les banksters à coup de milliers de milliards. On pourrait bien en sortir quelques dizaines pour libérer les agriculteurs du carcan de leur crédit, et les aider à se reconvertir, comme on a reconverti la sidérurgie, et comme on devra reconvertir l'automobile. Reconvertir, que dis-je, à revenir à l'agriculture paysanne, à l'agriculture bio (3% des surfaces actuellement !) celle qui redonne à l'agriculteur son aura bien mal en point, la seule qui soit "durable".

 

 

Source :

Le blog de SuperNo

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 25/02/2011 05:48



Bonjour Dan,


Nos ministres ne sont pas des ministres, ce sont des hommes (et des femmes ...) qui ont un égo surdimensionner et se croient au-dessus des lois ... et tu le dis bien dans le titre .."les
politiques préfèrent lutter contre les écologstes plutôt que contre les algues vertes" ... Ils abimeraient leurs précieuses chaussures ... ils préfèrent donc de faire des ronds de manche
...


Et cela ne réhausse pas vraiment la France ...


Bon vendredi à toi. A bientôt. Bizzzzzzzzz ...


SuperNana