Bretagne : Plougoulm (29), pollution du Guillec, et pétition à signer

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

AE2D

Bretagne : au delà de la pollution du Guillec, arrêtons la stérilisation des sols !


Une catastrophe a affecté, le 23 octobre dernier, la rivière du Guillec, à Plougoulm (dans le 29 - Haut-Léon). Le bilan écologique est désastreux.


Les amis du Guillec et de la baie de Sieck ont mis en ligne une pétition.

 

 




Plusieurs jours après la catastrophe détectée par la destruction totale de 130 tonnes d’une pisciculture de truites, le bilan écologique sur ce petit fleuve côtier du Haut-Léon démontre l’impact sur la vie aquatique, sur plus de 12 km de cours d’eau et même sur le littoral, du traitement d’une parcelle par un produit chimique, le Trimaton extra. Ces conséquences sont dénoncées par l’association de pêche locale, les maires concernés, et les associations AE2D, Eau et Rivières de Bretagne, Europe-Ecologie Morlaix et Bretagne Vivante qui ont porté plainte auprès des instances judiciaires.


Le traitement au Trimaton extra d’une parcelle agricole au lieu dit « Kermadiec » est à l’origine de cette hécatombe liée aux fortes pluies qui ont suivi son épandage. Les finalités de ce traitement étaient de stériliser totalement le sol sur une épaisseur de quelques dizaines de centimètres avant de lancer un semis de mâche afin qu’il n’y ait plus aucune mauvaise herbe, plus aucun insecte, plus aucun champignon, plus aucun ver de terre qui vienne nuire à la production. De plus en plus souvent on voit apparaître ce type de méthode où l’on détruit toute vie du sol, ce dernier ne servant plus que de substrat inerte.


Ce produit chimique, formulé et commercialisé par la société CEREXAGRI, le dimethyl dithiocarbamate de sodium, c’est l’arbre qui cache la forêt des produits dit -de santé des plantes- « phytosanitaires » qui détruisent toutes formes de vie et dont certains sont déjà bannis de commercialisation par l’Union Européenne, mais dont d’autres sont toujours l’arme imparable pour une productivité exigée par les marchés ! Cette agriculture dictée par les géants de l’agro-chimie, nous en sommes tous les victimes directes ou indirectes.


Au delà des risques d’accident pour nos rivières comme ce fût le cas ce 23 octobre, nous dénonçons ces pratiques destructrices de la vie et de la biodiversité, dangereuses pour tous : agriculteurs, consommateurs. Nous souhaitons consommer des produits issus d’une agriculture respectant les grands équilibres, garante de la santé humaine, de la biodiversité et de la préservation des paysages.


Nous, signataires de cette pétition, voulons rompre la loi du silence sur les pratiques destructrices des hommes et de l’environnement et maintenir le débat pour une agriculture qui s’engage définitivement vers le bannissement de l’usage des pesticides.


C’est pourquoi, nous demandons aux instances judiciaires en charge de cette instruction la plus grande fermeté, à tous les niveaux de responsabilité, comme celle qui a été exercée lors des pollutions en mer ayant fait l’objet d’une actualité très récente.


Merci de bien vouloir signer la pétition ICI et la diffuser largement autour de vous.


Les amis du Guillec et de la baie de Sieck
 

Source : HNS info

Publié dans environnement

Commenter cet article