Bretagne : rapport de l'observatoire de la démocratie locale Morlaix Communauté

Publié le par dan29000

1er rapport de l’observatoire de la démocratie locale Morlaix Communauté

On est allé voir comment ça se passait chez-vous ! ... Et on a vu ! … C'est certain, la démocratie locale gagnerait en transparence et en légitimité, si les citoyens exerçaient leurs droits d'assister aux conseils municipaux et communautaires. Encore faudrait-il leur en donner les moyens !

Les Irréductibles Indignés de Morlaix et autres sympatisants ont suivi plusieurs réunions de Morlaix communauté et Morlaix ville. Ils ont constaté de nombreux dysfonctionnements.

 

 

 


Dysfonctionnement dans la lisibilité de l'annonce des réunions plénières et publiques. Rien sur le site internet de Morlaix communauté concernant les dates et lieux de réunion. Morlaix communauté communique essentiellement sur les réalisations mais rien sur les actions en cours ou les projets à venir alors que ce site est payé par nous les citoyens. Manque de transparence ! Morlaix communauté se contente du strict minimum à savoir une annonce dans la presse les jours précédant l'événement. Ce qui ne permet pas aux citoyens de s'organiser pour venir assister aux conseils ni de se mettre au courant sur les dossiers débattus.

Dysfonctionnement sur l'accueil du citoyen. Au bout de trois conseils communautaires, nous sommes en position de constater que Morlaix communauté n'a pas l'habitude de recevoir du public, et ne fait rien pour l'accueillir. Seulement une cinquantaine de chaises pour 28 communes (relevé par Ouest-France du 1er février 2012). Nous passerons sur le fait que l'eau est prévue pour les élus mais pas pour le bas-peuple. Quand on se permet de faire une marina à 22 millions d'€ et +, on peut peut-être prévoir une fontaine à eau ! Le président a été interpellé sur ce sujet à la sortie de la réunion du 27 janvier. Et à la fin de la seconde réunion de l'année (27 février), lors d'un échange entre les Irréductibles Indignés et Annie Loneux, à la question posée « Trouvez-vous normal qu'il n'y ait ni suffisamment de chaises ni eau pour le public ? », la vice-présidente, n'a rien trouvé de plus pertinent que de conseiller au public de se désaltérer dans les toilettes.

Dysfonctionnement dans le déroulement des conseils. Le manque de débat est flagrant dans la mesure où le bureau de Morlaix communauté présente des projets ficelés par des cabinets d'étude (réunion du 27 février concernant le projet du port de plaisance du Diben). L'attitude autocrate du président laisse peu de place au débat contradictoire. Une attitude cavalière et peu respectueuse des personnes qui ne pensent pas comme lui. Toujours ce 27 février, il a écourté, marginalisé et minimisé l'intervention de Michel Le Saint (conseiller municipal de Morlaix).« Avec les dépenses connexes, le stockage des déblais ou encore la requalification des routes, on sera au-delà des 30M. Alors que le chômage explose dans le Pays de Morlaix, que des gens crèvent la dalle, je trouve ces chiffres choquants. Il faudrait un sursaut pour revenir sur ce projet destiné uniquement à faire plaisir à quelques plaisanciers. » Et lors du conseil communautaire du 26 mars, Martine Carn (Conseillère municipale de Plougonven) s'est insurgée contre les brimades du président Yvon Hervé. Elle a déclaré que face à son attitude, elle n'osait « plus intervenir en séance. Et que ce n'était pas normal. » (Ouest-france et Télégramme du 28 mars). On attend de la part de personnes qui se targuent de faire partie d'un mouvement humaniste comme Agnès Le Brun, députée européenne et certains socialistes, une réaction pour recadrer leur président plutôt que d'accepter ses écarts de langage et d'attitude.

Soupçon de cooptation. Toujours au sujet du port de plaisance, on se demande comment des élus sont passés du « contre » au « pour » en un an (19 non, 11 votes blancs et 50 oui le 7 février 2011 – 8 non, 17 abstentions et 54 oui pour le 27 février 2012). Le silence de ces élus à l'assemblée est décalé par rapport aux propos qu'ils tiennent auprès de leurs « amis » de retour dans leurs terres. On comprend mieux l'auto-censuration de certains quand on sait que le devenir budgétaire de leur propre commune est lié à Morlaix communauté.

Incompétence. Après l'épisode du sabordage des Arts dans la Rue en 2011, nous avons droit aujourd'hui à un projet de marina. Encore une fois, les citoyens présents ont constaté que peu d'élus semblaient connaître le monde de la plaisance. Ils se sont fait refiler une présentation carrément grotesque par des bureaux d'étude parisiens qui ont réussi à leur vendre des pontons en bois exotique avec des détails croustillants du genre prises d'eau et d'électricité (noter qu'un ponton sans eau et sans électricité s'appelle un radeau !), des arbres exotiques de Californie (c'est bon pour la facture énergétique !) une île artificielle... Ben voyons Morlaix ne connaît pas la crise ! Encore un petit effort, le Diben, c'est l'endroit où il faudra être vu ! Rappelons que la raison d'exister de ces cabinets d'étude est de convaincre leurs clients de la validité de leurs conclusions. Des promesses de création d'emplois. Il suffit de fréquenter un petit peu les marinas voisines comme à Trébeurden (plus renommé que le Diben) pour s'apercevoir qu'il n'y a pas d'activité hormis du 1er juillet au 30 août. Jacques Orsi conseiller municipal de Plougasnou qui a voté « pour le projet », a néanmoins témoigné de son expérience de plaisancier « Vous parlez du déficit du port de Trébeurden. Mais moi, en tant que plaisancier, je peux vous dire que je n’irais jamais dans le port de Trébeurden : il est trop loin des routes habituelles, mal desservi, moche. » On en droit de se poser la question sur

le fondement des investissements choisis par Morlaix communauté. La raison d'être d'une communauté de communes est de mettre en commun les moyens pour le bien commun. Or on sait très bien que cette marina ne bénéficiera qu'à une poignée de nantis qui ne seront même pas de la région. Et ceci avec nos impôts !

 

Nos recommandations

L'information du public : Doit être améliorée. Les Irréductibles Indignés demandent à Morlaix communauté d'utiliser leurs outils de communication (site internet, voie de presse...) pour mieux informer la population sur le fonctionnement de la communauté d'agglomération, le déroulement des conseils communautaires et les projets en cours.

Accueil du public : Nous demandons à Morlaix Communauté un changement d’attitude dans l’accueil des citoyens. Nous vous faisons l’honneur de venir assister à vos réunions, alors, nous vous demandons de faire preuve d’un peu plus d’estime à notre égard. Un effort au niveau de l'accueil des personnes qui viennent assister aux réunions, sièges et eau est à prévoir.

La liste des 90 conseillers présents et leurs fonctions faciliterait également le suivi des débats.

Compétences : Un peu plus de discernement au niveau du choix des responsables des dossiers et de leur champs d'action, compte tenu des budgets engagés. Une personne qui connait la milieu maritime pour le dossier de la marina, une personne qualifiée dans le domaine culturel pour faire de la culture et non du folklore. (Nous n’épiloguerons pas sur les maladresses de la Vice Présidente Annie Loneux qui en 2011 a raturé des documents déjà signés et paraphés, provoquant ainsi l'invalidation de la convention pluriannuelle 2010-2011-2012-2013 du Centre National des Arts de la Rue.)

Commissions de travail : A l’instar de ce qui se fait déjà dans d’autres Communautés de Communes comme par exemple celle de Lanvollon-Plouha, nous demandons à Morlaix Communauté d’ouvrir les commissions de travail à un Conseil Citoyen qui apportera sa contribution au débat communautaire afin de parvenir à des décisions globales acceptables par tous, puisque prises dans l’intérêt des habitants.

 

Ce rapport remis aux 90 délégués Communautaires et à la Presse sera diffusé auprès des citoyens via les réseaux sociaux.

 

Source : AGORA VOX / Irréductibles Indignés du pays de Morlaix

Publié dans actualités

Commenter cet article