CALAS : colloque lois anti-terroristes, Tarnac, nouvel ordre sécuritaire

Publié le par dan29000

 

 

 

 

Colloque
Lois anti-terroristes 25 ans d'exception
Tarnac, un révélateur du nouvel ordre sécuritaire


LUNDI 18 OCTOBRE 2010 9h30 - 18h00
ASSEMBLÉE NATIONALE (Salle 6217)

 

 

 

 


« Juridictions d’exception ou lois d’exception, nous n’avons pas à les supporter, ni à les conserver. Elles sont inutiles, précisément du fait de leur caractère exceptionnel. Elles sont dangereuses au regard de notre liberté. Elles sont, enfin, détestables pour l’esprit même de nos lois »

 


Robert Badinter 1981, Garde des Sceaux.


9h30 Accueil

10h00 à 11h30 : 1ère TABLE RONDE
Contexte des lois antiterroristes

Modérateur : André Vallini, Député

En réponse à telle ou telle circonstance exceptionnelle, depuis 25 ans se sont accumulées dans le droit toutes sortes de dispositions, de procédures, d'instances, de dérogations visant à "lutter contre le terrorisme". À l'épreuve, il apparaît que ces exceptions ont une fâcheuse tendance, une fois admises, à contaminer l'ensemble du droit, devenant le modèle de nouvelles normes juridiques toujours plus menaçantes. Depuis le Patriot Act, cette logique a trouvé son point de référence mondial, vers quoi un grand nombre d'Etats semblent tendre. Comment analyser cette évolution ?

- William Bourdon, Avocat
- Hélène Flautre, Députée européenne; Membre de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieurs au Parlement européen
- Jean-Claude Paye, Sociologue
- Serge Portelli, Magistrat



11h30 à 12h30 : Conférence de presse avec les défenseurs
Jérémie Assous, W. Bourdon, Th. Lévy

12h30 à 14h15 Déjeuner


14h30 à 16h00 : 2ème TABLE RONDE
Gouvernance et terrorisme

Modérateur : Patrick Braouezec, Député

Ce que l'on nomme de nos jours "démocratie" s'est souvent accommodé, du moins tant que leurs activités restaient marginales, d'organes non soumis à ses critères, comme les services secrets ou de renseignement. Or il semble que, sous couvert de lutte contre le terrorisme, de protection de l'Etat et des populations, ces organes soient en train de prendre une importance et une autonomie nouvelles. Tarnac peut être vu comme un exemple de ce qui se passe lorsque le renseignement fusionne avec le judiciaire. Comment peut-on nommer un régime qui traite comme "terroriste" toute opposition radicale ? A l'inverse, quel est le rôle de la "menace terroriste" dans les nouvelles façons de gouverner ?

- Alain Brossat, Professeur de philosophie
- Jean-Claude Monod, Chercheur au CNRS
- Gilles Sainati, Magistrat
- Carlo Santulli, Professeur de droit


16h00 à 18h00 : 3ème TABLE RONDE
Que pouvons-nous opposer à l’exception antiterroriste ?

Modérateur : Noël Mamère, Député

C'est le plus souvent par souci de "l'efficacité", des "résultats", que l'on justifie l'entrave aux grands principes du droit, quand ce n'est pas par l'émotion du moment. Quelle est cette "efficacité" dont se prévaut "l'exception" antiterroriste ? Que seraient des principes qui ne se laisseraient pas constamment contourner et rejeter au rang de vieillerie par l'excuse de l'efficacité ? Au nom de quoi, et comment, s'opposer au démantèlement en cours de l'ordre juridique ?

- Jean-Pierre Dubois, Président de la Ligue des Droits de l’Homme
- Matthieu Bonduelle, Secrétaire Général du Syndicat de la Magistrature
- Antoine Comte, Avocat

Conclusion
- Thierry Lévy, Avocat
- Edwy Plenel, Media-Part
 
*** Informations pratiques ***

Pour assister au colloque : Rendez-vous sur un des liens suivants pour confirmer votre présence :

Je confirme ma présence au colloque le matin

Je confirme ma présence au colloque l'aprés-midi

Je confirme ma présence au colloque toute la journée


Une pièce d'identité est requise pour entrer à l'Assemblée Nationale.
Il est conseillé de venir avant l’heure dîte du fait des formalités à l’entrée

Contactez-nous sur colloquetarnac@fragmentsduvisible.org


--
Source : Le CALAS, Comité pour l'abrogation des lois anti-terroristes

Publié dans actualités

Commenter cet article

popo 02/12/2010 16:51



gora euskadi ta askatasuna!



Toyos Maité 23/11/2010 13:23



au secours! Aurore Martin militante politique basque(de citoyenneté française sous mandat européen d'extradition à la demande de l'Espagne pour participation à des reunion politique avec Batasuna
parti politique illégalisé là-bas) est condamnée à l'extradition(risque 12 ans en Espagne)pour soutenir un parti qui propose de sortir du dernier conflit armé d'Europe par des voies démocratique
en légalisant tous les partis politiques,mêmes ceux quiréclament le droit de décider de leur futur!Ici aprés le fichage Adn pour action syndicale et autre activité politique,pour non réception de
nos élus à la sous-préfecture lorsqu'ils qu'ils veulent soumettre une motion de protestation contre cette demande d'extradition(belle image de démocratie! nos maires sont des élus du peupleles
sous-prrefets ne sont que les serviteurs d'un pouvoir) aprés tout cela croyez vous que le risque ne sera pas de déraper vers la violence ,cette violence qui en fait sert à ces gouvernements à
justifier leurs lois liberticides dont pour l'instant nous sommes les premiers à en souuffrir mais qui bientot seront applquées sur tout groupe,personne contestataire considéré comme ennemi
interieur.Nous avons besoin d'aide afin de continuer à lutter pour la resolution du conflit par des voies démocratiques sans de nouveau tomber dans la violence qui ne fait que renforcer ceux dont
la percpective est la toute puissance.