Carcassonne / Forte mobilisation pour la langue occitane

Publié le par dan29000

 Les partisans de la langue occitane se sont mobilisés en masse samedi à Carcassonne, près  de 25.000 selon les organisateurs, pour réclamer le développement de l'enseignement de l'occitan et une télévision de service public en langue d'Oc.
Dans une ambiance festive, derrière de multiples banderoles et drapeaux rouge et or frappés de la croix occitane, ils ont défilé tout l'après-midi depuis  la préfecture de l'Aude et ont tenu meeting sous les remparts de la Cité médiévale.
Organisée par le collectif d'associations "Anem Oc!" (En avant pour l'Occitanie!) la manifestation réunissait des personnes venues d'une trentaine de départements, du Piémont italien et du val d'Aran espagnol, régions où la langue d'Oc est parlée. Des musiciens jouaient des fifres et des tambourins,  aux côtés du député européen José Bové :

"L'Etat français a failli à sa parole en ne traduisant pas dans la loi française la charte européenne des langues régionales, c'est l'Europe des régions que l'on va construire et elle ne s'arrête pas aux frontières des états".

"On en a plus qu'assez de ne pas être entendus par un Etat (...) qui ne veut pas entendre les gens qui réclament des écoles, des médias occitans, déclara David Grosclaude, président de l'Institut d'études occitanes.
Les organisateurs ont demandé dans un texte la reconnaissance d'un statut légal des langues régionales, la création d'une télévision et d'une radio de service public en langue occitane et l'instauration d'une "politique linguistique ambitieuse" permettant notamment de développer l'enseignement de l'occitan. Il nous faut une loi, un cadre règlementaire, demandaient les manifestants après la première victoire de la reconnaissance des langues régionales comme "patrimoine de la France" depuis 2008 dans la Constitution.

Publié dans actualités

Commenter cet article

jenofa 26/10/2009 16:45


A Bayonne, pour l'officialisation de la langue basque, ce n'était pas mal non plus!
"Civilisations, unissez-vous pour rester différentes". Robert Jaulin.