Carhaix : l'hôpital de nouveau dans la tourmente

Publié le par dan29000

Hôpital de Carhaix : la fusion c’est comme la tarte au concombre. c’est pas bon hein...?  


Il n’aura pas fallut longtemps avant de constater que la fusion entre le CH de Carhaix et le CHU de Brest nous entrainaient vers une catastrophe annoncée. 

Quand direction faire communication, sale coup en préparation...

Il y a quelques semaines paraissait dans le Poher Hebdo (notre journal local) un publi-reportage de quatre pages pleines de jolies photos et de propos lénifiants sur la fusion. Bref une opération de communication bien faite comme savent les faire les marchands de yaourt.

La réalité est bien différente. Me dupont, le directeur du CHU est tout sauf un imbécile. Nommé après la mobilisation de 2008 qui avait permis d’imposer le maintien des services de maternité et de chirurgie, il savait que pour fermer les services en question il devrait utiliser des moyens plus sournois et plus subtils que ceux employés par Perrin (ex-ARH) pour arriver à l’objectif jamais abandonné de FERMER les services de maternité et de chirurgie.

Plus roué, Dupont s’est attelé à désorganisé de l’intérieur les services de l’hôpital. Il emploie pour cela plusieurs méthodes complémentaires : non remplacement de médecins, désorganisation volontaire des services, pression permanente sur le personnel, fixations d’objectifs volontairement irréalistes (en terme de naissance par ex !)...

Comme un vulgaire Luc Brami, nettoyeur de son état, Dupont organise la fermeture de l’hôpital de Carhaix. Imposer des objectifs chiffrés irréalistes et dans le même temps froidement tout mettre en œuvre pour ne pas permettre au personnel de travailler dans des conditions sereines, voilà sa méthode. C’est la même que celle employée par les nettoyeurs dans le privé lorsqu’ils programment la fermeture d’une filiale.

Et les usagers dans tout cela

Les usagers ne sont pas dupe de ce qui se joue à l’hôpital. Ce n’est que la continuation de la guerre par d’autres moyens mais avec toujours en ligne de mire la fermeture des services.

Selon le sondage du Poher Hebdo réalisé fin 2008, plus de 80 % des usagers s’était prononcés contre la fusion. Cela n’avait pas empêché les élus PS se voter la fusion sans garantie négociée par Le Drian président PS de la région avec Bachelot.

Les opposants (majoritaires) à la fusion ont toujours alerté des dangers de jeter la clef par la fenêtre comme l’ont fait les élus du PS. L’hôpital de Carhaix doit conserver sa totale indépendance, tout en construisant des coopérations avec le CHU de Brest. C’est à ces seules conditions que l’hôpital peut réaliser sa mission qui elle fait consensus : permettre à tous un accès égal aux soins et le droit de naitre au pays. Nous le savons également. Le cas de l’hôpital de Carhaix n’est pas unique, il s’inscrit dans le cadre d’une politique qui vise au démantèlement des services publics. En France se sont près de 180 hôpitaux qui sont peu ou prou dans la même situation. Les choix en matière de santé sont politiques et uniquement politiques. Certains, ont fait le choix délibéré de casser nos hosto pour des raisons purement idéologiques, ils devront en assumer les conséquences...

Au fait est-ce un hasard, au moment ou la politique de la direction de l’hôpital est dénoncée par les syndicats dans la presse (voir plus bas), au moment ou la communication aussi habile fut-elle ne parvient plus à cacher la réalité d’une fusion « piège à con » de voir le maire de Carhaix Christian Troadec opposant déterminé de la fusion convoqué par la PJ ? S’agit t-il d’une manœuvre visant à neutraliser un élu encombrant ? S’agit-il de détourner les regards du sort réservé à l’hôpital ?

Les intimidations, les coups bas, le blabla... Rien n’y fera, nous avons défendu notre droit à l’accès aux soins, le Tribunal Administratif nous a donné raison en 2008,confirmant la justesse de ce combat. Nous ne laisserons pas détruire notre hôpital. Au delà du droit, c’est un devoir !

NB : l’audition de Ch Troadec par la PJ aura lieu le vendredi 21 mai à 10 à Brest. Un départ en car est prévu pour les soutiens.

Carland

======================================================================================

L’article du télégramme

La fusion telle qu’elle se pratique au quotidien au centre hospitalier est mal vécue par les personnels, selon la CGT, qui dénonce une absence de dialogue social.

La CGT dénonce une fois de plus le manque de dialogue social entre la direction brestoise du CHU et les personnels. Ce qui, en résumé, fait dire aux représentants du syndicat «que le risque d’échec de la fusion se profile, le ticket un temps annoncé gagnant-gagnant pouvant se transformer en perdant-perdant, si les nombreuses doléances du personnel carhaisienne sont pas prises en compte».

Débrayage en radio

N’ayant pas été entendues, les manipulatrices radio ont démarré vendredi un mouvement revendicatif qui se traduit par un débrayage généralisé. Face à une activité en hausse, le manque d’effectif se fait cruellement ressentir d’après Jocelyne LeGall, ce qui engendre de mauvaises conditions de travail. D’autre part, l’important reliquat d’heures supplémentaires 2009 n’apaspour l’instant été solutionné. Du côté des maisons de retraite, la CGT attend les 3,5 postes d’aide-soignant qui auraient été financés par le CG29, ce que nie la direction brestoise. Là également, la charge de travail s’alourdit en raison de l’état de santé derésidants de plus en plus âgés. La longueur des coupures de la mi-journée n’est pas du goût des personnels qui souhaiteraient les voir raccourcies. Une réorganisation du travail avait été proposée par les soignants, mais, là encore, la direction du CHU n’a rien voulu entendre. D’autre part, les syndicalistes craignent la suppression d’un des deux postes d’infirmières de nuit dans ces maisons de retraite. «Deux ans, insuffisant»

Cette liste non exhaustive de dysfonctionnements amène les délégués cégétistes à demander à ce que le délai de deux ans accordés au centre hospitalier carhaisien soit prolongé, le tempsqu’une réorganisationbien pensée soit mise en place. En attendant, l’intersyndicale reste en état de vigilance.

Source : Bella ciao + le télégramme

Publié dans actualités

Commenter cet article