Collectif Les morts de la rue : vague de froid et habituelles parades de soutien

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

La première vague de froid, et son éternelle parade de soutien aux personnes SDF
Vivre à la rue tue 

La première vague de froid arrive et avec elle l'éternelle parade de soutien aux sans abris. Comme à l'ouverture de la chasse : tout le monde est là ! Nos Ministres se précipitent malgré des agendas surbookés, ils enfilent la doudoune pour aller voir les structures d'accueil et aller soulever un carton d'un SDF bien choisi.

 

 




Bref ! On défile comme à Noël devant les vitrines du Bon Marché. On nous fait croire que nous sommes à nouveau dans un cadre d'urgence, d'une crise soudaine.

Je rappellerais à nos Ministres que chaque année nous avons un hiver avec les mêmes périodes de froid et que tout au long de l'année des personnes vivent dehors !

On nous annonce à nouveau que le gouvernement prend en charge les sans abris, des mots d'ordre sont lancés « pas une demande d'hébergement ne sera refusée ». Encore faudrait-il avoir un lieu pour les accueillir ou bien faciliter l'accompagnement de ces personnes pour se rendre à l'autre extrémité de la ville. 

Face aux caméras, on va nous dire que tout va bien et qu'il y a un nouveau dispositif conçu avec les associations pour mieux accueillir les personnes. On nous dit encore qu'il y a suffisamment de places. Pourquoi plus de 500 personnes à Paris sont en attente d'une place suite à une décision juridique de plus de 6 mois ? Ces personnes ont fait valoir leur droit dans le cadre de la loi DALO/DAHO (droit à l'hébergement opposable) et à ce jour l'Etat n'est pas en capacité de leur proposer un hébergement.


Quelle hypocrisie ! Depuis des mois, nous dénonçons cette situation, les associations se sont mobilisées le 5 novembre dernier en installant un campement pour pouvoir être reçues par le Premier Ministre. Celui-ci nous a reçus mais : « personnes précaires, vous ne semblez pas être une préoccupation prioritaire pour le gouvernement ! » 

Les services de l'état se démènent, les instructions pleuvent pour qu'il n'y ait pas un seul sans abri qui décède cet hiver dans la rue. En effet, en termes de communication, pour un gouvernement cela peut être désastreux.

Là aussi quelle duplicité de la part de nos responsables, le collectif les Morts de la rue dénonce le décès prématuré des personnes SDF tout au long de l'année, à ce jour plus de 270 depuis le début 2010.
Qui osera prendre ses responsabilités en assumant et en développant une politique solidaire qui tienne compte de l'individu mais aussi des efforts budgétaires que cela nécessite pour que : « plus personne ne soit contraint de vivre à la rue » et d'y mourir ?


C'est possible, d'autres pays l'ont vraiment décidé et l'ont vraiment fait !

Ici, cela a seulement été annoncé !


(Communiqué de presse du 23 novembre 2010)

Collectif les Morts de la Rue



Publié dans actualités

Commenter cet article