Collectif "Sauvons les riches" : Manifestation vendredi 10 h

Publié le par dan29000

Chaise à porteurs, manants et petits marquis… : le collectif Sauvons les riches, gagné par l’ambiance régressive qui plane sur le royaume, appelle à une grande manifestation revival Ancien Régime, le jour de l’élection de Jean Sarkozy à l’EPAD par le Conseil général du 92. Solidaires d’un jeune homme otage de son propre clan, les militants du collectif Sauvons les riches volent à la rescousse de leur ami en péril autour d’un mot d’ordre simple : « Touche pas à mon népote ! ».


Assis sur leurs privilèges et leur tas d’or, le dauphin et ses courtisans ne savent que répéter à la face du monde que « s’appeler Sarkozy ne donne pas moins de droits ». On avait cru comprendre, Jean, merci du rappel !


Sauvons les riches appelle donc tous les stagiaires surdiplômés et sous-payés de la Défense à prendre une pause bien méritée pour venir remettre au Dauphin de la Porte Dauphine une version géante du célèbre « diplôme de fils à papa – mention Balkany » qui a ouvert tant de portes à Sarkozy II.



Vendredi 23 octobre, venez vous aussi vous payer la tête du boulanger, de la boulangère et du petit mitron, en souvenir d’un temps heureusement révolu où l’on la leur coupait pour moins que ça… Après une première tentative au Rotary Club de Paris, qui a manifestement échoué à ramener « Junior » sur terre, Sauvons les riches réitère sa charitable opération pour rappeler aux dignes représentants de l’élite qu’il y a tout de même des limites à l’indécence. Pour paraphraser le ministre de l’Intérieur et parrain de Jean : « les Sarkozy, quand il y en a un, ça va, c’est quand ils sont plusieurs que ça commence à poser des problèmes ».


Après avoir refusé un débat public, Jean Sarkozy avait tout de même accepté de recevoir le collectif Sauvons les riches dans le plus grand secret en son donjon alto-séquanais, le 28 avril 2009. Une oreille attentive à nos propositions ? Que nenni ! Le « Dauphin de la Porte Dauphine » avait préféré pérorer pendant deux heures, en particulier au sujet des tours de la Défense (« écolos » bien sûr…) sur lesquelles il lorgnait déjà.


Car derrière ce coup de force monarchique se cache un vrai projet politique : faire main basse sur 610 hectares supplémentaires essentiellement de Nanterre (voir la lettre de son maire-adjoint Julien Sage ici), et court-circuiter leurs élus locaux. Avec l’idée fixe de grossir encore et encore le quartier d’affaires et de déséquilibrer encore un peu plus l’aménagement de la région, au mépris de l’objectif officiel du Schéma directeur d’IDF (SDRIF) de mieux répartir zones d’activités et de logements. Bref, un projet anti-social, anti-écolo et anti-démocratique que l’Elysée pilotera directement à travers ce blond pantin.


La précarité des jeunes de son âge de son département semble le passionner un peu moins. Ainsi, lorsque nous l’avons alerté sur le projet de son ami Patrick Devedjian et de Valérie Pécresse de démolir 800 logements étudiants de la cité U Jean Zay à Antony, le dauphin s’est bien gardé de prendre position, et a préféré nous répondre, à côté de la plaque, que le Conseil généra avait vraiment envie de construire des logements étudiants… mais avait tant de mal à « dégager du foncier » pour le faire ! Manifestement, pour les tours de la Défense, on dégage du foncier avec beaucoup plus de facilités…


Nous vous donnons donc rendez-vous :
Vendredi 23 octobre 2009 à 10h au début de la séance du Conseil général du 92
www.sauvonslesriches.lu

contact@sauvonslesriches.fr
Le Collectif « Sauvons les riches », dans le cadre d’Europe-Ecologie, vise à instaurer un revenu maximal autorisé, de l’ordre de 30 fois le revenu médian, au-delà duquel les revenus seraient massivement imposés, sur le modèle de qu’avait instauré Franklin Roosevelt en 1942, qui a fait chuter les inégalités aux Etats-Unis pendant 40 ans. Dans ce but, les jeunes contestataires, armés de baguettes de pain et de paquets de spaghettis, interpellent à leur manière nos amis les riches, accros à un mode de vie destructeur, non-généralisable, et finalement tellement triste.

Publié dans actualités

Commenter cet article