Colmar : contre la chasse aux enfants, l'école Oberlin occupée par les parents d'élèves

Publié le par dan29000

 

 

 

 

ecole_oberlin_colmar_10dec2010--50--.jpgDes parents d'élèves ont décidé d'occuper les locaux de l'école pour une durée indéterminée

L´avocat de la famille recevrait éventuellement les journalistes par la suite, il est occupé au tribunal de Colmar pour une affaire similaire...

Association des Parents d’Elèves
De l’Ecole Maternelle Oberlin
22, rue de l’Est
68000 Colmar

 

Colmar le 09 décembre 2010

Monsieur,

Nous souhaitons vous faire part de la situation scandaleuse d’une famille d’origine congolaise dont les enfants sont scolarisés depuis 2 ans dans notre école maternelle.

Aujourd’hui, nous avons appris la triste nouvelle: la famille Ntungi a été appréhendée le 07 décembre à son domicile et menée au centre de rétention de Saint Louis pour y être expulsée.

Il convient de préciser que ce centre est un centre pour célibataires et qui par conséquent ne présente pas les conditions d’accueil adéquates pour deux enfants de 3 et 5 ans.



Une délégation de parents s’est rendue sur les lieux ce matin pour leur apporter soutien. Nous avons alors été témoins du traitement infligé aux parents à savoir qu’ils étaient menottés devant leurs enfants, pris en charge dans des conditions très précaires.

En tant que parents nous posons la question de savoir comment un enfant peut se remettre d’un tel traumatisme !

Nous rappelons également que la maman est très malade et que son état de santé ce jour était très alarmant, elle tient difficilement debout. Nous demandons à ce qu’elle soit rapidement prise en charge par un service médicale adapté.

La France, pays des Droits de l’Homme, n’est–elle pas engagée dans la défense d’un certain nombre de valeurs, notamment celles d’humanité et de respect de la personne ?

L’expulsion devait se faire ce jour en début d’après-midi. Nous ne savons pas ce qui a motivé à ce que la décision soit reportée. Ce soir la famille a été déplacée à Rouffach, sans pour autant avoir d’informations claires sur le lieu de leur destination. On imagine sans peine la terreur des enfants, ballotés, menacés de partir, puis en sursis……nous parlons à cet égard de traitement inhumain, de droits bafoués. Une convention internationale de Droits de l’Enfant existe, sensée protéger les conditions d’évolution et d’éducation de tout enfant. Nous posons la question du respect de cette convention dans cette procédure.



De surcroît, nous rappelons que ces deux enfants sont parfaitement intégrés dans l’établissement scolaire, ne parlent que le français. Les parents veillent à l’éducation de Grasdi et Christivi, leur seul souci est de garantir le bien-être de leurs enfants, de leur permettre d’évoluer favorablement en accord avec les valeurs du pays qui les accueille.

Les parents les ont inscrits en section bilingue pour la prochaine rentrée scolaire et ils participent activement à la vie de l’école.

Nous trouvons inadmissible que des enfants, dont la fréquentation scolaire est exemplaire, soient arrachés à l’école en plein milieu d’année scolaire,de surcroît, deux semaines avant les fêtes de Noel, qu’ils ont d’ailleurs préparées en classe. A cet égard nous voulons juste vous retranscrire les mots de Christivi, 3 ans, ce matin au centre de rétention : « mais le Saint Nicolas m’a dit que j’étais sage »...



De grâce, prenez en considération notre demande et protégez ces enfants d’un sort si incertain, fait de ruptures, de violences et de traumatismes profonds.

De grâce, ne privez pas la France d’une famille si profondément attachée aux valeurs républicaines qu’elle a déjà commencé à transmettre à ses enfants.
Pétition de soutien à la famille NTUNGI

Mercredi, 8 décembre au matin Monsieur et Madame Ntungi, et leurs enfants Grasdi et Christivi, 3 et 5 ans ont été arrêtés à leur domicile, à Colmar et emmenés au centre de rétention de Saint-Louis, pour être expulsés.
Leur embarquement pour leur départ était déjà prévu, le 9 décembre à midi.
Ils sont ainsi restés, toute la nuit, les parents menottés devant leurs enfants, dans un local qui, en outre, ne présente pas les conditions minimum pour des enfants de 3 et 5 ans. Le départ n’a toutefois pas eu lieu et la famille a été transférée à Rouffach, sans savoir quel allait être son sort.
On imagine sans peine la terreur des enfants, ballotés, menacés de partir, puis en sursis…Vous ne pouvez pas, Monsieur le Préfet, laisser ainsi une maman malade et des enfants de cet âge dans ces conditions et nous vous demandons instamment de revenir sur votre décision d’expulser cette famille.

Le comité de soutien à la famille NTUNGI


Merci de soutenir notre action en faveur de la famile NTUNGI en signant cette pétition. Son problème est urgent et vital.

Pétition de soutien à la famille NTUNGI

pétition en ligne : http://resf.info/P1745

adresse postal pour retourner cette pétition papier signée :
comité de soutien à la famille NTUNGI
RESF 68 - CDAFAL du Haut-Rhin - 3, rue Georges Risler - 68100 MULHOUSE

SIGNER LA PÉTITION ! ICI

Source : RESF

Publié dans actualités

Commenter cet article