Comité Justice et vérité pour Wissam, accentuer la mobilisation

Publié le par dan29000

Wissam-1463"Un comité en force et déterminé".

Vendredi 3 février, le Comité Justice & Vérité tenait une première réunion de bilan d’un mois de mobilisation. A l’ordre du jour : l’enquête, le comité, la mobilisation.

"Nous allons accentuer la mobilisation".

C’est l’implication citoyenne qui permettra d’obtenir la justice et la vérité, ainsi que la fin des violences policières".

"Wissam, un mois après, on ne t’oublie pas. On lâchera pas !"

Pour le comité, ce mois d’existence a démontré une chose : "notre force sera le nombre et la détermination".

C’est parce que des gens se sont mobilisés que l’exigence de la justice et de la vérité pour Wissam a pu voir le jour. C’est pour cette raison que "l’affaire Wissam" n’est pas passé à l’as, à la différence de bien d’autres affaires.

C’est parce que des gens continuent de se mobiliser, que l’on continue de parler de l’injustice mortelle qu’a subi Wissam et des violences policières. C’est pour cette raison que de partout des tas de gens et d’organisations prennent contact avec nous et nous soutiennent. C’est cette raison qui permet aussi aujourd’hui à d’autres victimes de violences policières de se tourner vers nous pour exiger, elles aussi, la justice et la vérité, ainsi que la fin des violences policières et de la dérive sécuritaire.

Nous ne devons pas oublier Wissam. Pour sa famille et pour ses proches, mais aussi parce que l’oublier serait fermer les yeux sur les dérives mortelles de la police et des politiques sécuritaires. Dans ce but, le comité a décidé de lancer plusieurs actions "Un mois après, Wissam on ne t’oublie pas. On lâchera pas !".

> Un collage massif d’affiches et la diffusion du journal "Justice & Vérité pour les victimes des violences policières" dans la ville.

> Une projection du film "La vérité sur Wissam" le Mercredi 15 février à la fac de Lettres (heure à confirmer)

> La création de la place "Wissam el-Yamni, décédé suite à des violences policières le 1er janvier 2012" pour les "40 jours" le samedi 18 février à la Gauthière (heure à confirmer)

"Ils sont quelques-uns, nous sommes des centaines de milliers."

C’est ce que démontre ce début de mobilisation. Nous avons été plusieurs centaines aux rassemblements et plusieurs milliers aux manifestations. De partout à travers la France de l’aide nous vient. D’autres comités existent ou se construisent. Par notre mobilisation et dans la rue nous pouvons faire en sorte que dans le débat électoral, la dérive sécuritaire et raciste soit contrée par la rue. STOP ! Assez de répression, de quottas et de contrôles au facies. Assez d’impunité policière. Assez de gestion policière de la misère. On veut l’égalité des droits ! Aux alentours du 15 mars, nous devons être des milliers à Clermont-Ferrand et un peu partout en France à l’exiger dans la rue.

Pour qu’il n’y ait pas de prochain Wissam, pour que les victimes des violences policières obtiennent justice et vérité, pour contrer la dérive sécuritaire, le comité Justice et Vérité enverra une délégation à Grasse le 24 février et appelle à :

> un seeting le samedi 11 février (heure à confirmer)

> deux ou trois jours de mobilisation pour Wissam et contre les violences policières entre le 15 et le 17 mars (avec manifestation, forum, meeting... heures et lieux à définir)

" Le comité s’est structuré. Il est mieux organisé et compte de nombreux alliés. Il est plus déterminé que jamais ".

A partir de de son mois d’existence, le comité a défini ses objectifs. Il a pour mission :

> de soutenir la famille de Wissam et de porter assistance aux victimes et proches des violences policières.

> de lutter pour que Justice & Vérité soient rendues pour Wissam.

> de contester les violences policières et la dérive sécuritaire que la disparition de Wissam nous a révélé.

Face à la difficulté de s’imposer dans les médias, le comité a décidé de se doter de ses propres moyens d’expression :

> le statut d’association loi 1901.

>un journal "Justice et Vérité pour les victmes des violences policières" et du matériel de campagne (tracts, affiches, autocollants...).

> une pétition en ligne et sur papier.

> une tournée de réunions, meetings, projections, stands... pour lequel nous voulons acheter un bus aménagé.

> l’usage de la rue (affichage, seetings, rassemblements...).

> des guides juridiques de poches à distribuer pour informer les citoyens de leurs droits devant la police et la justice.

Le comité s’inscrit dans un réseau local, national et international de résistance sur ces questions et c’est dans ce sens qu’il développera ses prochaines actions :

> des rassemblements, actions, manifestations, réunions d’infos, meetings, projections de films... localement.

> des initiatives prises avec les autres comités et associations de France (mobilisation, forums...).

> la mobilisation internationale contre les violences policières du 15 mars.

Le comité a réfléchi à un agenda qu’il proposera à ses partenaires locaux et nationaux. Les prochaines dates seront publiées sur le blog.

Les adhésions sont à 5€. On peut vous les faire à nos stands, à nos réunions...

" Les éléments de l’enquête révélés par la presse démontrent une mauvaise réponse des policiers ".

L’enquête suit son chemin. Maître Borie, l’un des avocats qui travaille sur le dossier, rappelle que le temps de la Justice, n’est pas le même que celui de la politique ou de l’actualité médiatique et a répondu à nos questions.

Pour le comité, globalement on peut dire aujourd’hui que les premiers éléments de réponses qui sortent peu à peu dans la presse confirment l’incohérence des premières versions officielles et donnent raison à ceux qui, des les premiers jours, se sont battus pour que la vérité et la justice soient rendues.

Toujours d’après la presse, nous savons déjà qu’il y a eu faute de la part des policiers avec l’usage de la technique dite du "pliage". C’est une technique d’immobilisation interdite en 2003 suite à de nombreux décès.Mais est-ce la seule raison de la mort de Wissam ? Si le pliage est avéré, cela n’exclu pas de prendre en compte les violences policières préalables, les conditions de détention, de transport, le nombre de policiers impliqués ou complices... Il faut prendre le temps de chercher de tous les côtés. C’est de là que viendra la justice.

Cependant, le comité continue toujours d’exiger que tous les moyens soient donnés à la justice pour que celle-ci soit rendue le plus rapidement possible en faisant en sorte que chaque procédure ne traîne pas. Wissam doit être enterré. Sa famille doit pouvoir faire son deuil.

 

 

Source : 

www.cjvpourwissam.over-blog.com / cjvpourwissam@gmail.com / 06 67 95 09 19

Publié dans actualités

Commenter cet article