Comment nous pourrions vivre, de William Morris, aux éditions Le passager clandestin

Publié le par dan29000

 

 

comment.jpg

 

 

 

 

 

Nous poursuivons notre série d'articles consacrée aux éditions "Le passager clandestin" avec, pour une fois, un texte datant du 19e siècle, plus exactement de 1884.

Peut-être ne connaissez-vous pas encore William Morris (1834-1896) ? L'homme eut plusieurs casquettes, socialiste anglais, mais aussi poète, architecte-décorateur, tout cela ayant un dénominateur commun qu'ici nous apprécions, l'utopie. Ce texte, qui nous semble si proche, est en réalité une conférence que l'auteur donna le 30 novembre 1884 à Hammersmith.

Déjà cet homme surprenant évoquait des thèses proches, très proches de celles de la décroissance.

Quelles sont les vrais causes des guerres entre Etats ?

Pourquoi notre société est-elle basée sur le gaspillage ?

Pourquoi, entre producteurs et consommateurs, les intermédiaires se remplissent les poches ?

Pourquoi les spéculateurs sont-ils toujours si présents au fil du temps ?

 

Avouons que ses questions "sonnent" bien en 2011 ?

 

Dans sa présentation de la conférence, Serge Latouche, professeur d'économie et objecteur de croissance, à juste titre, qualifie Morris de précurseur de la décroissance, et il n'hésite pas à lui faire une place aux côtés de quelques beaux noms célèbres, tels Thoreau, Ellul, Illich ou Lafargue avec son droit à la paresse. Tous ces gens ayant un socle commun , l'utopie et aussi une belle dose d'hérésie vis à vis des dogmes marxistes de leur époque. Latouche nous rappelle que la révolution selon Morris est bien loin du fanatisme austère, et plus proche du sens de la fête, une fête non dénuée de joie et aussi de poésie. Regardons du côté du Chiapas et de Marcos !

 

Les deux textes sont suivis par un entretien avec Christian Arnsperger, intitulé "Construire le "biorégionalisme", une démocratie par le bas", paru durant l'été 2010, dans "Imagine demain le monde" numéro 80.

 

Les trois textes formant un ensemble particulièrement vivifiant, ouvrant de belles perspectives que nous ne pouvons que partager. Il y a des textes déjà lointains (plus de 120 ans) qui nous semblent plus actuels que bien des textes de 2011 issus de philosophes médiatiques qui encombrent trop souvent les esprits et les écrans.

 

 

Dan29000

 

Comment nous pourrions vivre

William Morris

Présentation de Serge Latouche

Editions le passager clandestin

2010 / 96 P / 7 euros

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

EXTRAIT /

" Sachez d'abord que notre système social actuel est fondé sur un état de guerre perpétuel. Y a-t-il quelqu'un parmi vous qui trouvera cela normal ? On vous a souvent dit, je le sais,  que la concurrence, de nos jours  règle de toute production, est une bonne chose, qui stimule le progrès de l'espèce. Mais ceux qui vous le disent, s'ils voulaient être honnêtes, devraient désigner la concurrence par son abréviation et parler de la guerre."

++++++++++++++++++++++++++

 

Enfin signalons une petite collection dirigée par Xavier Renou. Elle se nomme DESOBEIR.

Un mot que nous aimons bien sur ce site. Quelques données pour comprendre, des arguments afin de mieux débattre et surtout des conseils judicieux afin de s'opposer au rouleau-compresseur du capitalisme actuel.

 

Désobéir dans l'entreprise, au nucléaire, à l'argent ou à la pub, désobéir avec les sans-papiers, désobéir pour le logement ou pour le service public.

 

entreprise--50--.jpgPetit format, 64 pages, et seulement 5 euros

 

En particulier nous avons apprécié "Désobéir dans l'entreprise" paru en fin d'année dernière, avec des ressources pour aller plus loin que nous ne pouvons que partager, comme le livre de Corinne Maier "Bonjour paresse" ou celui de Lafargue "Le droit à la paresse" ou encore le très subversif "Manifeste contre le travail" du Collectif Krisis. Sans oublier des films comme The Take de Naomi Klein ou "Attention danger travail" de Pierre Carles en 2003. On va d'ailleurs vous en reparler prochainement avec un livre récent intitulé :

Le travail, non merci...Tout un programme.

Et sur le web :

jeresiste.com

collectif-rto.org

 

Mais un autre travail est possible, c'est le cas pour le film "Nosotros del bauen", la reprise en autogestion d'un grand hôtel argentin. Lire notre article sur le DVD, ICI

Et voir le site des désobéissants, LA


Publié dans lectures

Commenter cet article

Mitsuko 08/03/2011 09:57



Je vais prendre ce dont j'ai besoin pour le trouver ...


Ca me semble tellement intéressant que ça vaut bien la peine de le chercher ... même si j'ai une pile impressionnante à lire en ce moment ... mais, quand on aime, on ne compte pas ...
n'est-ce pas ???


Bon mardi ensoleillé ... A bientôt. Bises.


Mitsuko



dan29000 08/03/2011 10:05



oui, petit par la taille mais grand par le contenu, pour résumé, bon mardi à toi