Continental, la résistance continue pour 520 salariés aux prud'hommes

Publié le par dan29000

 

 

520 salariés de Continental contestent leur licenciement aux prud'hommes

LEMONDE.FR avec AFP


 

 

Leur conflit social particulièrement dur, au printemps 2009, avait duré plusieurs semaines, faisant des "Conti" les héros récurrents des journaux télévisés. Leur lutte s'était achevée en juillet 2009 par un accord entre les syndicats et la direction portant sur un plan de sauvegarde de l'emploi qui prévoyait notamment l'octroi d'une prime extra-légale de 50 000 euros à chaque personne licenciée et le reclassement de 80 % des salariés à au moins 80 % de leur salaire brut.

Depuis, les caméras ont disparu, l'usine Continental de Clairoix, dans l'Oise, a fermé, mais les "Conti", eux, n'ont pas encore tourné la page. Presque deux ans après, cinq cent vingt anciens salariés de l'usine ont engagé, lundi 18 avril, une procédure devant les prud'hommes pour contester leur licenciement.

Ils réclament des dommages et intérêts en réparation du préjudice subi du fait du caractère qu'ils qualifient d'illicite des suppressions de postes. Ces licenciements étaient "fondés prétendument sur un motif économique qui n'existe pas", a affirmé à l'AFP leur avocate, Marie-Laure Dufresne-Castets. Invoquant des surcapacités de production, l'équipementier allemand avait annoncé en mars 2009 la fermeture de l'usine de Clairoix, concrétisée au début de l'année 2010.

TROIS CENT QUATRE-VINGTS DES MILLE CENT TREIZE ANCIENS SALARIÉS "ACTIFS PROFESSIONNELLEMENT"

L'avocate justifie aussi cette procédure, engagée en septembre dernier, par le fait que Continental n'a pas respecté, selon elle, "ses obligations de reclassement". Au 31 mars 2011, sur les mille cent treize anciens salariés de l'usine, trois cent quatre-vingts personnes étaient "actives professionnellement", plus de deux cents personnes étaient en formation et deux cent huit autres venaient d'achever leur formation, selon un point de la direction sur le reclassement. Environ deux cent soixante personnes ne cherchaient pas de travail, dont une centaine parce qu'elles ont la possibilité de faire valoir leur droit à la retraite, a indiqué un porte-parole de la direction. Ce dernier affirme que certaines personnes, devant les prud'hommes, "réclament des sommes à six chiffres en ayant parallèlement refusé huit offres d'emplois".

Durant quatre jours, les salariés concernés par la procédure vont faire, avec la direction, l'objet d'une procédure de conciliation. "Un préalable obligatoire en matière prud'homale", rappelle Me Marie-Laure Dufresne-Castets. "A mon sens, la conciliation va échouer", estime-t-elle, soulignant qu'elle réclame "entre un an et quatre ans de salaires" de dommages et intérêts par salarié, alors que la direction propose "deux à trois mois", "des propositions totalement dérisoires", selon elle.

Si la conciliation échoue, les deux parties seront renvoyées devant le bureau de jugement du conseil de prud'hommes le 18 octobre.

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 22/04/2011 17:15



Bonjour Dan,


Impressionnant 520 salariés de Continental aux prudhommes qui contestent leur licenciement ... Wahouça doit faire du bruit quand même ... enfin je suppose
... J'espère vraiment qu'ils gagneront ... pour une fois ...


Bon vendredi ensoleillé. A bientôt. Bisous, bisous.


Mitsuko



dan29000 22/04/2011 17:29



je pense effectivement qu'ils ont des chances de gagner, mais avec les prud'hommes dont je me méfie souvent on ne sait jamais, il y a certes la parité patrons-représentants des salariés, mais
dans ces derniers il y en a qui passent parfois du mauvais côté...Bon vendredi  à toi