Contre le racisme de "Tintin au Congo", le CRAN rejoint l'action

Publié le par dan29000

tin_tin_in_congo1.jpgLe Cran rejoint l'action contre «Tintin au Congo» en Belgique


Le Conseil représentatif des Associations noires de France (CRAN) s'est joint mercredi à l'action judiciaire menée en Belgique par des Congolais contre «Tintin au Congo», exigeant que l'album d'Hergé soit assorti d'un avertissement sur son caractère «raciste».

La juge a lors de cette audience devant le tribunal de première instance de Bruxelles reporté une nouvelle fois les débats sur le fond, fixant au 31 mai une quatrième audience afin de trancher des questions de procédure soulevées par Moulinsart, qui conteste la recevabilité de la plainte et demande qu'elle soit portée devant un tribunal de commerce.

«Je pense que cet ouvrage a sa place dans un musée où il pourra être consulté par des adultes qui veulent tout savoir de l'époque coloniale», a déclaré le président du CRAN, Patrick Lozès, à l'issue d'une audience devant le Tribunal de première instance de Bruxelles.

«En attendant», a-t-il ajouté, «nous demandons qu'il soit assorti d'un bandeau et d'une préface éclairant le lecteur sur la nature d'une œuvre qui affirme une supériorité raciale, celle des Blancs sur les Noirs, et ne devrait donc pas être diffusé sans avertissement, surtout pour les enfants».

«Nous ne faisons un procès ni à Tintin, ni à Hergé, mais à des préjugés racistes. Ne voyez dans notre démarche rien d'autre qu'une intention pédagogique», a-t-il assuré à propos des aventures du célèbre petit reporter publiées en 1930, alors que l'actuelle République démocratique du Congo (RDC) était colonisée par la Belgique.

La première audience au civil sur cette affaire a eu lieu le 28 avril, le plaignant, Bienvenu Mbutu Mondondo, un Congolais résidant en Belgique, ayant demandé aux ayant droit d'Hergé, la société Moulinsart, que «l'album soit retiré de la vente ou à défaut qu'un avertissement y soit inséré» en raison d'une vision «offensante» des Africains.

Le 12 mai, il a assigné également l'éditeur des albums de Tintin, Casterman.

Le CRAN s'est joint mercredi à l'action de M. Mondondo, voulant déposer «en tant que témoin», et sera représenté par les deux mêmes avocats.

Un autre Congolais, Yves Otoka, qui dirige une association de défense des droits de l'Homme en RDC, s'était aussi porté partie civile début mai pour obtenir qu'un bandeau soit inséré à l'album.

(Source AFP)

Source : / libération.fr 

Publié dans lectures

Commenter cet article