Copenhague : Climate Justice Now : une journée avec Christophe Aguiton

Publié le par dan29000

Mardi 19h, Klimaforum
Plus de 400 militants au «briefing» quotidien de CJN!

-   20mn de débriefing sur les dernières nouvelles des négociations, la poursuite du blocage et les différentes «manœuvres» pour tenter de diviser les pays du sud.

-   20mn d'informations sur la répression, la présentation du communiqué de presse de CJN! et le lancement d'un appel auprès de toutes les délégations nationales pour qu'elles le relaient ou en écrivent un spécifique pour leur propre presse.

-   30mn pour préparer les actions du 30, avec conseils légaux, numéros de téléphone d'avocats et surtout des rendez-vous donnés pour le lendemain pour les délégués accrédités, mais aussi pour ceux qui se voient refuser leur accréditation (les délégations voient leur nombre réduit de 80%) et qui protesteront devant l'entrée du Bella Center, et surtout pour la manifestation qui partira de la gare de Tarnby.
Mardi 20h 30, Klimaforum

Réunion technique rapide pour vérifier que tout ce que devait faire Tazio Muller (principal animateur de CJA) est pris en charge par d'autres militants. Échanges de numéros de téléphone pour la coordination des actions du lendemain.
 
Mardi 21h 30, restaurant

Diner avec les militants thaï, philippins et indiens, échanges d'impression et préparation pour le lendemain.
 
Mardi 23h

Juste avant de se coucher, coup de fil annonçant une descente de police dans les locaux où les représentants de «Via Campesina», la fédération internationale de paysans dont fait partie la Confédération Paysanne en France, tenaient une conférence. Ils étaient sortis quelques minutes auparavant...
 
Mercredi 7h 30, dans le train
Coup de fil annonçant l'exclusion de la conférence des 90 militants des Amis de la Terre.
 
Mercredi 8h, à la station de train Tarnby
Plusieurs centaines de jeunes militants se retrouvent joyeusement, malgré le froid, une samba venue de France réchauffe l'atmosphère. Les représentants de Via Campesina et Jubilee South, la coalition qui exige l'annulation de la dette des pays pauvres, prennent la tête de la marche qui compte bientôt de 5.000 à 10.000 manifestants.
 
DSC06510 Mercredi 8h45, Tarnby
Il est temps d'essayer d'entrer au Bella Center. Descente à la gare où un employé des chemins de fer explique aux passagers que le trafic des trains est arrêté par la police: des militants seraient sur les voies…

Seule solution, un jogging sous la neige pour arriver à temps au Bella Center… A mon âge et avec un badge de délégué, aucun problème pour y arriver. La police présente à tous les coins de rue me renseigne poliment sur le chemin à prendre.
 
Mercredi 9h30, Bella Center

Pas de problème –ouf– pour entrer.
Une vingtaine de militants indigènes indiens protestent devant l'entrée.
Après la sécurité, rencontre avec José Bové qui vient juste d'être interpellé, pour 10mn, par la sécurité de la conférence.
 
Mercredi 10h, Bella Center
Rencontre dans le grand hall avec les militants qui préparent l'action.
La responsable presse de CJN! est parveune à faire venir toute la presse américaine, ce qui n'est en général pas si simple. La presse française, allemande et italienne est là aussi. Série d'interviews pour expliquer pourquoi nous sommes là.

Pas pour réclamer la fin des négociations. Au contraire pour exiger un «bon accord», qui engage de façon contraignante les pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en suivant au moins les recommandations du GIEC, qui reconnait la responsabilité historique des pays du Nord et qui dégage les fonds nécessaires à l'adaptation et à la conversion énergétique des pays pauvres.

Nous sommes là également pour protester contre les tentatives d'étouffer toutes voix dissidentes, par des arrestations massives ou des interdictions de participer à la conférence.
 
Mercredi 11h, Bella Center

L'action démarre, sous les cris «climate, justice !» et les slogans. Plus de 200 représentants de mouvements et d'ONGs, rejoints par des représentants de la délégation bolivienne, parcourent le centre de conférence. Une cohue incroyable de journalistes et de caméras.

La sécurité des Nations unies est bon enfant, ravie de voir que l'on se dirige vers la sortie.  
 
Mercredi 11h45, extérieur du Bella Center
La petite manifestation sort de la salle de conférence. Elle est rejointe par quelques dizaines de délégués non admis qui attendent dehors et marche vers le lieu où est arrivée la grande manifestation. Après de longues négociations, la police empêche toute jonction. Le groupe est arrêté sur un petit pont, la police matraque, mais sans arrestation. A l'inverse, de l'autre côté des palissades, des centaines de personnes sont en train de se faire arrêter.

RTXRWE3_Comp RTXRWAJ_Comp

Mercredi 12h 30 extérieur du Bella Center

Nous contournons les barrages policiers pour essayer de rejoindre le gros de la manifestation partie de Tarnby. Un dernier cordon nous en empêche.

Tentative de rentrer au Bella Center, toutes les entrées sont interdites aux ONGs et bientôt à la presse, seuls ceux qui sont à l'intérieur peuvent y rester.
 
Mercredi 15h, centre-ville
Retour vers le Klimaforum. Coup de fil: le caucus des peuples indigènes qui devait avoir une réunion avec Evo Morales au Bella Center est interdit d'entrée…

Source Libération

Publié dans environnement

Commenter cet article