Copenhague : Pour un bloc anti-capitaliste durant le sommet

Publié le par dan29000

Appel contre le sommet mondial sur le climat de Copenhague du 7 au 18 décembre 2009. Texte publié sur le site de coordination contre le sommet Never Trust a Cop.

Le XXIe siècle s’est ouvert comme le siècle des catastrophes, et, symétriquement, celui des états d’exception permanents. Grippe A, grippe aviaire, grippe à venir. "La" crise, le terrorisme, les catastrophes. Les vieux capitaines pétroliers assistent paniqués à la désertion de pans entiers de l’équipage, se taillant leurs propres canots dans l’épave.
Dans la lignée du sommet de Kyoto, le rassemblement écologique mondial du COP15 se veut un changement de cap, une nouvelle voie diffusée par toutes les sirènes : « Tous sur le pont pour le capitalisme vert ! ». Après nous avoir mobilisés pour protéger la démocratie de la barbarie terroriste, la culture occidentale de l’immigration, et récemment, l’économie de la crise, on nous sert cette fois-ci un argument plus émouvant : il faut réagir pour nous sauver tous du réchauffement climatique et de l’apocalypse. Ce sera surtout, pour le capitalisme, l’occasion de poser les bases de sa nouvelle légitimité, le lancement d’un nouveau cycle vert, bio, et durable : le moment pour nos sociétés de se poser comme seules à même de relever ce défi.

Mais on ne serre pas les rangs sans serrer aussi les ceintures…et les dents. A la Nouvelle-Orléans, après Katrina, l’indispensable appropriation de la nourriture dans les supermarchés abandonnés a été réprimée par des militaires en armes ; à l’Aquila, après le tremblement de terre, il a été interdit de se faire à manger dans les tentes, et de se regrouper à plus de trois ; au Mexique, la gestion de la grippe A a été l’occasion d’un quadrillage total de la ville. Les situations d’exception se déclinent ainsi en occupations policières, suivies de reconstructions conformes à un urbanisme de contrôle, qui taille les rues à la mesure de la police, des caméras, et d’une distance sociale de pandémie.

La gestion des catastrophes récentes a donné le ton de ce qui couve derrière l’écologie mondialisée. Le COP15, arguant de problèmes de dimension planétaire (réchauffement climatique, disparition de la biodiversité, avancée du désert), est le moment où s’organisera l’extension de cette gestion catastrophiste à l’échelle mondiale, dans laquelle on nous prescrit même ce que nous devons manger. La crise et la catastrophe ne sont plus seulement des effets secondaires du système : elles en deviennent le moteur, le point d’où se façonne le monde ; où en échange de concessions momentanées, il réclame une concession à perpétuité – au sens que revêt ce terme dans les cimetières.

Dans les rues de Copenhague, il ne servira à rien d’exiger plus de cohérence, ou de négocier la dot d’un mariage de raison entre écologie et capitalisme. Le paradigme qui s’étend du décroissant baba-cool au nouveau chef d’entreprise restera celui qui perfectionne et approfondit le contrôle intégral de ce monde. Celui d’une nouvelle donne économique et civilisationnelle du capital, qui convoque toutes les franges de la population et exige le renoncement à toute forme d’hostilité entre elles, ou envers l’Etat, au nom de l’humanité. Bref : qui impose la fin du politique.

Il s’ouvre pourtant, dans tout tumulte, une opportunité de changement radical pour tous ceux pour qui s’auto-organiser commence par se nourrir, se défendre, se soutenir, par leurs propres moyens. Ceux des tentes de délogés, des piquets de grève, ou des pillages de zones commerciales…et tous ceux qui saisissent dans la nouvelle configuration qu’incarne le COP15 un accroissement de la guerre entre bourgeois et pollutaires. Dans la rue, les remontrances citoyennes sur un déchet négligemment oublié montrent déjà la rapide intériorisation de ce que seront les prochaines lois vertes. Voilà ce que cache cette sale notion d’humanité : une guerre souterraine qui se resserre au plus près de nos conditions d’existence, et dont les sommets comme celui-ci sont des moments d’intensification. Contre-attaquer veut dire a minima : empêcher le bon déroulement de cette cérémonie de la pax ecologica.

Programme des festivités
Lundi 7 décembre : premier jour du sommet.
Vendredi 11 décembre : Jour du business – meeting des corporations et du big business.
Samedi 12 décembre : rejoignez le bloc anti-capitaliste lors de la manifestation massive du parlement danois au Bella Center, lieu du sommet du COP15.
Dimanche 13 décembre : FRAPPONS LA PRODUCTION ! - venez et joignez-vous aux actions pour anéantir la production capitaliste.
Mercredi 16 décembre : arrivée des hauts délégués – action "PRENONS LE POUVOIR ! Lutter pour la justice climatique" au Centre des conférences, organisée par CJA.
Vendredi 18 décembre : dernier jour officiel du sommet.


Publié dans actualités

Commenter cet article