Copwatch Nord-IDF dans le viseur de Guéant et Alliance

Publié le par dan29000

Les flics refusent d'être fliqués

Le ministère de l'Intérieur et plusieurs policiers ont déposé plainte en diffamation contre un site encourageant la collecte de données sur les forces de l'ordre.


Par C.B.

Libertaires vs le ministère de l'Intérieur, nouvel acte. Objet du bras de fer, le site Copwatch Nord-IDF, qui depuis une semaine publie des photos et commentaires peu amènes sur des policiers et CRS. Les auteurs du site, qui entendent rester anonymes, se réclament du copwatching, une pratique de surveillance citoyenne de l'action policière en vue d'en prévenir les dérives, développée aux Etats-Unis. L'entreprise a demandé «plusieurs mois» de collecte, précisent les auteurs.

 


 

 


Ciblant dans un premier temps les forces de l'ordre de Paris, Lille et Calais, «ce site est consacré à la diffusion de renseignements précis sur l'ensemble des forces de l'ordre par le biais d'articles, d'images (photos et vidéos), mais aussi et surtout de trois larges bases de données sur la police. Ces bases de données, accessibles par tous, permettront à toute personne victime d'abus, d'humiliations ou de violences de la part des flics, d'identifier le ou les policiers auteurs de ces actes», peut-on lire au chapitre présentation.

En somme, du flicage de flics. D'autres sites s'y sont déjà employé, notamment depuis les manifestations anti-CPE. Mais celui-ci, après un précédent avorté sur Indymedia Paris, va plus loin. Les photos, récupérées pour certaines sur Facebook, s'accompagnent des noms, prénoms, lieu d'affectation des policiers et de mises en garde: untel est réputé proche de l'extrême-droite, un autre «n'hésite pas à cogner et foutre en garde à vue» et se révèlerait «un stratège du guet-apens et de la chasse aux pauvre», etc.

«Nous n'hésiterons pas à user de termes sévères à l'égard de la police et de la gendarmerie, car nous considérons ces institutions comme la fosse commune de l'humanité, le charnier de l'évolution, la mise à mort quotidienne de la déontologie et de l'éthique. Nous serons sans équivoque. Policiers, nous vous identifierons tous un-à-un», revendiquent les auteurs – qui n'ont pas repondu à notre sollicitation.

«Délation»

Les syndicats de police sont évidemment remontés. Moins par la diffusion de photos de policiers en action, légale à l'exception de certaines équipes (Raid, GIGN...) que par le recoupement avec les adresses, le procédé de fichage et le discours résolument anti-police. «Filmer et révéler éventuellement des bavures, comme cela se fait aux Etats-Unis, c'est une chose, mais là il s'agit ni plus ni moins de délation, sur la seule base de photos qui ne sont pas de réelles photos d'intervention, et ne démontrent rien du tout», dénonce Denis Jacob, secrétaire administratif général d'Alliance, deuxième syndicat de gardiens de la paix. «Si Copwatch a des éléments tangibles, qu'il les communique à la justice. En l'état, c'est de l'antiflic primaire, source de graves conséquences pour les fonctionnaires de police et leurs familles.»

«Ce site ne diffuse et ne diffusera jamais une seule donnée concernant les familles des policiers», rétorque Copwatch. «A partir du moment où vous avez la photo et le quartier, c'est suffisament grave», s'inquiète Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, qui qualifie le site de «mélange assez nauséabond»: «Ce qui pose problème, c'est l'association de photos, d'adresses et de propos haineux et diffamatoires.» Quant à l'objectif affiché de lutter contre les dérives policières, «il y a déjà tout un arsenal judiciaire et administratif qui permet de garantir un contrôle déontologique de l'action de la police. Ce n'est pas au Web de faire la justice», oppose-t-il.

Alerté par Alliance, le ministère a annoncé, mercredi, le dépôt de deux plaintes en diffamation. L'une pour «diffamation publique envers un fonctionnaire de police», l'autre pour «diffamation publique de l'administration». En parallèle, «plusieurs dizaines de policiers fichés» sur Copwatch ont déposé plainte, fait savoir Alliance.

Histoire d'accélérer la manœuvre, le ministère a aussi demandé une procédure en référé auprès du tribunal de grande instance de Paris, pour faire retirer du site «les pages incriminées». Hébergé aux Etats-Unis (mais pourvu d'un nom de domaine acheté auprès d'un prestataire français) le site est difficilement attaquable. Mais «des recours sont possibles» assure l'Intérieur.

 

Source : Libération

Publié dans actualités

Commenter cet article