Corridas, ferias, et barbarie inscrite à notre patrimoine culturel

Publié le par dan29000

Des corridas à la Feria de Bayonne : la barbarie inscrite à notre patrimoine culturel

Par

Fondation 30 Millions d'Amis

LE PLUS. Comme chaque été, la petite ville de Bayonne accueille des fêtards venant de toute la France pour sa fameuse feria. Tradition oblige, courses de vachettes et corridas sont aussi au rendez-vous. Pour Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d'Amis, c'est l'occasion de plaider contre cette pratique, qu'elle juge barbare.

Édité par Louise Pothier  

 

 

 

J’avais mis Alain Afflelou en garde sur la destination du don important qu’il faisait aux fêtes de Bayonne. Il voulait apporter son aide à ces festivités mais Il a été abusé par le lobby tauromachique, qui entretient à dessein l’amalgame entre les fêtes et la corrida. Sur les 500.000 euros qu’il avait prévu de verser aux Fêtes de Bayonne, il est évident qu’une bonne partie allait aller directement à la tauromachie, qui est en déficit. Je suis donc très contente qu’il ait fait marche arrière, il envoie ainsi un signe fort contre la souffrance animale. 

 

L’organisation de corridas à Bayonne est scandaleuse, et ce d’autant plus que 95% des visiteurs ne mettent pas du tout les pieds dans les arènes. Il arrive un moment où il faut suivre l’opinion publique : hormis quelques aficionados, personne ne va voir ces spectacles d’un autre âge. Je ne vois pas pourquoi l’on maintient une tradition à laquelle tout le monde a tourné le dos.

 

On ne peut pas perpétrer cette horreur au nom de la tradition ! Dans ce cas-là, pourquoi ne pas également rétablir les jeux du cirque à Rome, où les humains se faisaient dévorer par des lions ? Il faut évoluer avec son temps. La Fondation 30 Millions d’Amis est sans arrêt confrontée à la souffrance animale mais grâce à Internet et aux réseaux sociaux nous pouvons réagir très rapidement.

 

La reconnaissance à l'Unesco ? Ridicule !

 

J’avais déjà apostrophé Frédéric Mitterrand à ce sujet. L’ancien ministre avait fait entrer la corrida au patrimoine culturel immatériel de la France à l’Unesco. C’est ridicule. Notre pays dispose tout de même d’autres atouts à mettre en avant ! J’ai également écrit à Aurélie Filippetti dès son arrivée au Ministère de la Culture, en lui disant qu’il fallait absolument mettre un terme à cette reconnaissance décriée par une large majorité. C’est une image affreuse et dégradante pour la France !

 

Je pense à l’Espagne, qui a été toujours été le pays de la tauromachie. Pourtant, aujourd’hui, la ville de Barcelone a interdit la corrida et d’autres municipalités sont en train de suivre son exemple sous la pression du public. Et nous, Français, nous inscrivons cette barbarie à notre patrimoine culturel.

 

L'animal, un objet ?

 

Pour mettre fin à la tauromachie, c’est le statut des animaux dans leur ensemble qu’il faut modifier.

 

Un de mes combats depuis de longues années c’est de changer le statut juridique de l’animal. Le Code Civil le considère comme un meuble ! J’ai tenu, pour la rentrée, à m’entourer d’intellectuels, de philosophes, afin de convaincre le législateur de reconnaître les animaux comme des êtres sensibles qui souffrent. Nous faisons encore partie des rares pays qui assimilent l’animal à un objet et ce n’est pas normal. Une fois que l’on aura gain de cause, nos combats pourront enfin être menés avec davantage de fermeté. On va bien finir par y arriver !

 

 

SOURCE / NOUVEL OBS

Publié dans actualités

Commenter cet article